Test : Lian Li PC-B12

Sous la référence PC-B12, Lian Li signe un boîtier tout en alu qui fait la promesse de réduire les nuisances sonores de l'ordinateur avec un traitement spécial pour le son sur toutes les parois et un conduit à l'arrière pour minorer le dérangement du ventilateur installé en extraction. Pari tenu ?

Nous nous intéressons aujourd'hui au Lian-Li PC-B12, boîtier au format moyen tour ATX tout en aluminium. Il pèse 6,4 Kg à vide pour 56,8 cm de hauteur, 53,2 cm de longueur et 26,6 cm de largeur. Il dispose de série d'un ventilateur en position d'extraction de 12 cm de diamètre installé à l'arrière, et de deux autres turbines de 14 cm cette fois pré-montées à l'avant. L'une se chargera de ventiler jusqu'à trois disques durs 3,5" (complétés par un emplacement 2,5") alors que la deuxième tombe pile en face de la carte graphique.

Lian Li PC-B12 (1)Lian Li PC-B12 (2)Lian Li PC-B12 (3)Lian Li PC-B12 (5)
Consulter la galerie complète (20 photos)

Il sera possible de monter deux périphériques 5,25" avec un système de verrouillage maison. Le panneau avant, s'il vous rappelle quelque chose, est le même que celui retrouvé sur bien d'autres références de Lian Li ou de sa filiale Lancool, comme le PC-K9 que nous avions testé l'année dernière. Il présente deux ports USB 3.0 et le couple de prises jack pour l'audio, camouflés derrière une trappe en alu. Pour le reste des spécifications, ce PC-B12 de Lian-Li propose un support des cartes graphiques d'une longueur de 36 cm maximum, d'un ventirad de CPU allant jusqu'à 24 cm de haut et d'une alimentation ATX de 16 cm de long. On note également la présence du système de fixation des cartes d'extension breveté Lian-Li qui ne nécessite pas d'outils particuliers. On soulève, on place la carte et on rabaisse le levier pour la maintenir en place.

Une impression de déjà vu...

Après ce tour du propriétaire, il est temps de sortir nos tournevis pour commencer le montage. Malheureusement pour nous, le transport de notre PC-B12 ne semble pas s'être bien passé. La photo de l'agencement intérieur montre une cage HDD qui semble être de travers. En effet, elle est bien de travers. C'est l'un des inconvénients de l'aluminium, celui-ci a tendance à se déformer sous la contrainte. Si le transport a pu être brutal avec notre modèle d'essai, nous espérons qu'il en sera autrement avec ceux disponibles en boutiques.

Lian Li PC-B12 (9)        Lian Li PC-B12 (7)

Bon, avec un peu d'huile de coude, tout rentre dans l'ordre, les vis de maintient permettant de remettre tout cela d'aplomb, et l'on peut commencer le montage de la configuration de test.

Configuration de test :

Les entretoises pour la carte mère ATX sont déjà posées. L'alimentation s'installe en bas comme d'habitude avec sa grille filtrée pour qu'elle puisse profiter d'un apport d'air frais sans subir la poussière. La carte graphique se glisse dans son emplacement double avec le système de fixation sans outils. Le montage se fait sans peine. Les embouts en caoutchouc pour mettre les disques durs dans la cage sont au nombre exact, soit douze petits pour les 3,5" et quatre plus gros pour l'unique 2,5". Un peu de rab n'aurait pas été de refus, car là, on n'a pas le droit d'en perdre un en cours de route.

Le cache du ventilateur arrière, qui fait la particularité de ce modèle "silencieux" en se voulant être une manière d'orienter le flux d'air et d'atténuer les nuisances sonores, se fixe sur les trous mêmes du ventilateur. Il faut démonter celui-ci, placer la première partie du cache et remettre le ventilateur en face pour visser les deux éléments ensemble. Pour le souci du détail, Lian Li propose de monter soi-même une couche isolante pour le bruit sur la deuxième partie. On aurait préféré que la firme taïwanaise l'installe en usine. Ensuite, il faudra visser avec quatre vis moletées ce deuxième panneau coudé vers le bas. Lian-Li indique que ce système permet de réduire sensiblement le bruit de la configuration, on verra cela dans nos tests.

Lian Li PC-B12 (12)   Lian Li PC-B12 (11)

Le passage du câble EPS pour alimenter le CPU en haut à gauche de la carte mère a été un peu plus compliqué au départ. En effet, la documentation ne fait pas mention de cette étape. On a donc cherché un moment avant de s'apercevoir que toutes les tentatives pour faire passer ce câble de 8-pin est tout simplement impossible dans le petit trou situé en haut de la plaque de support de la carte mère. Après démontage de la façade du boîtier et des quatre vis qui maintiennent le capot du dessus, il est alors possible de le passer sans se fatiguer. On vous livre donc ici une petite astuce non documentée qui pourra certainement vous être utile si vous faites l'acquisition de ce PC-B12.

La gestion des câbles est intéressante, enfin sur le papier. Les passages créés sur la plaque de support de la carte mère permettent amplement la circulation des câbles d'un côté ou de l'autre. Au lieu de proposer une colonne centrale ou encore des passages pour les colliers auto-serrants, Lian Li propose une approche différente. Du haut vers le bas, et au bord à gauche de la plaque de support quand on l'a face à soi, Lian Li a disposé deux trous espacés de 2 cm environ, tous les centimètres et demi. Des trous oblongs espacent de temps en temps ces fixations pour autoriser le passage des câbles de la configuration. Ces deux trous de fixation serviront de passage pour le collier auto-serrant. Ainsi, on obtient un toron central bien maintenu de haut en bas. Mais le taïwanais n'a proposé dans son bundle que deux petits colliers auto-serrants de couleur blanche. Dans le cas de notre montage, il était bien trop petit pour fixer tout notre câblage.

Un certain manque d'ajustement

Lian Li PC-B12 (16)Il est maintenant temps de fermer les portes latérales de ce PC-B12 pour continuer notre test par la gestion de la chauffe des composants. Mais en fermant la porte arrière où se trouve le passage des câbles, il faut forcer autant que sur une valise la veille d'un départ en vacances en Australie.

On obtient alors une tôle en alu qui se gondole à la position du toron central et affiche un peu de jour entre le bord du boîtier et la porte. En le regardant de face, on s'est également aperçu que le lecteur optique que nous avions installé et sécurisé par deux vis affiche, lui aussi, un certain jour qui permet de voir la lumière de la LED bleue témoin de mise sous tension de la config' à l'intérieur.

Si l'on peut mettre ces problèmes de finitions sur le nombre important de câbles à l'arrière, elles ne semblent tout de même pas au point et il manque un certain soin sur l'usinage des différentes pièces qui composent ce PC-B12. On pense notamment au manque d'espace relatif entre la porte et la plaque de support si l'idée était de faire tenir tous les câbles au même endroit, dommage. Le PC-B12 semble clairement davantage orienté vers un montage laissant un maximum de câbles se balader à l'intérieur de la configuration, quitte à entraver le flux d'air créé à l'intérieur. En effet, le manque d'espace entre la paroi droite et la plaque de la carte mère réduit presque à néant toute réelle volonté de mettre en oeuvre un cable-management digne de ce nom. Même sanction pour le conduit arrière qui affiche un défaut de fabrication. En ouvrant le conduit arrière, le retour de celui-ci se bloque dans une vis et fait apparaitre un jour...

Lian Li PC-B12 (17)        Lian Li PC-B12 (15)
Le genre de défauts d'usinage auxquels ne nous avait pas habitué Lian Li.
Le PC-B12 n'est clairement pas au mm près...

Silencieux et performant ?

C'est un fait, les parois en aluminium n'ont pas un bon indice d'isolation phonique. Pour résoudre ce problème, ce boîtier est doté d'une fine couche de mousse compressée positionnée sur le panneau du dessus, les panneaux latéraux et le coude de la ventilation arrière. Les deux ventilateurs installés à l'avant bénéficient également d'un traitement spécial. Ils n'aspirent pas l'air frais directement par une grille mesh que l'on voit souvent sur d'autres boîtiers, mais par le dessous du boîtier via une grille de 3 cm sur presque toute la largeur du PC-B12.

Lian Li PC-B12 Graphique Températures

Le test en charge est sans appel, la partie refroidissement de ce boîtier ne permet pas de tenir la charge avec les ventilateurs réglés sur 5V. Notre CPU atteint assez rapidement les 86°C, le haut du boîtier affiche 54°C, une température que nous avions croisée sur le Cooler Master Silencio 650. La ventilation n'est donc pas assez puissante pour aérer notre configuration lorsque celle-ci est poussée dans ses retranchements. Doit-on mettre cela sur le compte de la protection phonique ? C'est probable... Mais celle-ci ne nous semble en revanche pas réellement efficace. A 50 cm du poste de travail, les ventilateurs font leur travail à 41,1 dbA (alors que l'on relève 35,5 dbA au sonomètre config' éteinte). C'est un peu trop haut pour passer inaperçu. A 5V, la ventilation est quasiment inexistante et fait encore un peu trop de bruit à notre goût (38,2 dbA). On entend surtout un ronronnement que l'on apprécie disparaitre quand l'ordinateur s'éteint. Rien de dramatique, mais au regard des capacités de ce boîtier à refroidir notre configuration, on l'attendait un peu plus silencieux... surtout vu les efforts déployés par Lian Li sur ce poste précis.

On en attendait trop...

Si l'on titre notre conclusion de cette manière, c'est que ce boîtier Lian Li ne correspond pas vraiment à ce que l'on connait habituellement de la marque. Affiché à 130€ en moyenne sur les boutiques en ligne, ce boîtier nous semble être bien trop cher pour la prestation proposée et la qualité des finitions, malgré une conception 100% alu.

On pourra toujours mettre certains problèmes comme la baie HDD de travers sur le compte du transport qui s'est mal passé, mais certains autres désagréments restent à mettre sur le compte de la conception et de la réalisation du boîtier. L'espace qui sépare la plaque de support carte mère et la tôle du boîtier est par exemple bien trop mince pour ranger ses câbles dans un toron central comme le laisse supposer Lian Li. Ajouter 1 cm de largeur au boîtier n'aurait pas changé grand chose, si ce n'est la vie de l'assembleur amateur. Le plus étrange est qu'il s'agit d'un détail habituellement pris en compte par le fabricant. La finition est aussi en dessous des critères habituels de la firme taïwanaise, notamment à hauteur d'yeux avec le lecteur optique. Un jour qui fait vraiment tache pour le prix demandé, alors que Lian Li propose d'habitude un cache pour l'unité optique, comme sur le PC-V700 ou le PC-TU200. Des modèles bien plus réussis, mais également vendus plus chers, au dessus des 200€. Le PC-B12 se veut être presque de l'entrée de gamme pour Lian Li, et quelque part, cela se voit.

Lian Li PC-B12 (14)   Lian Li PC-B12 (13)
Le conduit arrière en position fermée à gauche et ouverte à droite

La ventilation est également trop faible dans l'ensemble. Les deux ventilateurs de 14 cm en façade ont bien du mal à aspirer l'air par la petite grille du bas. Celle-ci nous parait bien trop mince pour les deux turbines. Avec le cache "phonique" à l'arrière, le son n'est pas non plus atténué et les valeurs relevées avec notre sonomètre ne changent pas vraiment par rapport à ce que proposent d'autres boîtiers. Cependant, la chaleur a un peu plus de mal à être évacuée par ce conduit. Même au repos, la température en haut du boîtier reste assez élevée, sans aucune activité particulière sur les composants de la configuration. Et en chauffe, on peine à évacuer les calories...

Enfin, si le système de verrouillage des cartes d'extension et la trappe USB vous disent quelque chose, c'est parce que nous les avons aussi croisés sur le Lancool PC-K9. Celui-ci est actuellement vendu à 70€ et propose quasiment les mêmes prestations, en mieux, mais avec de l'acier en lieu et place de l'aluminium. Ce PC-B12 vaut-il les 60€ de plus demandés par rapport à ce PC-K9 ? Pour nous, c'est clairement non.

LE VERDICT

Ce PC-B12 aurait pu être techniquement intéressant sur le papier avec son châssis en alu et son traitement phonique supplémentaire. Mais il a de gros défauts que Lian Li n'a pas réussi à gommer. On pense notamment à un montage qui recèle de quelques étapes qui ne manqueront pas de mettre au défi les néophytes, à l'anecdotique couche de mousse isolante et enfin à la ventilation pas assez efficace pour évacuer la chaleur d'une grosse configuration. Pour cette fois, on passera notre chemin.

Les plus
  • USB 3.0
  • Design discret
  • Pour qui aime l'alu
Les moins
  • Finitions
  • Ventilation limitée
  • Isolation phonique inefficace

COMMENTAIRES
Lire le commentaire

Les commentaires sur ce document sont clos.

Publié le Par Denis Leclercq
Catégorie : Hardware, Boitier
Tags : , ,
1 commentaire
EN SAVOIR PLUS
GALERIE D'IMAGES
POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld