Test : Shuttle SZ77R5

Shuttle nous propose de tester ce tout nouveau modèle équipé du dernier chipset Intel Z77 qui accueille bien sûr les dernières puces Intel Ivy Bridge. Est-ce que le système ICE bien connu du fabricant permet d'évacuer la chaleur de notre configuration ? Qu'en est-il de la qualité du boîtier ? Faut-il craquer pour ce mini PC ?

Shuttle, une société qui n'est plus vraiment à présenter dans le domaine. Depuis des années, ce fabricant propose des boîtiers avec un ensemble de composants déjà préinstallés facilitant le montage et donnant le choix au client pour certains composants comme le processeur, la carte graphique et les disques durs. Pour le reste, Shuttle produit ses cartes mères et son boîtier ainsi que le système de refroidissement du processeur qui sera installé plus tard.

Nous avons reçu le tout nouveau modèle équipé du chipset Intel Panther Point aussi connu sous le nom Z77 qui est associé au socket LGA 1155 et ses processeurs Ivy Bridge. Ainsi, Shuttle nous met à disposition son modèle SZ77R5 qui ne propose pas un design révolutionnaire comme le Bitfenix Prodigy - même s'ils ne jouent pas dans la même cour - ce barebone ne se distingue pas des autres.

Le seul moyen de savoir que c'est un modèle récent, c'est les ports USB 3.0 présents en façade qui peuvent mettre la puce à l'oreille. Au nombre de deux, ceux-ci sont accompagnés de deux autres ports USB 2.0 dont un spécialement conçu pour recharger un périphérique, même quand la configuration est éteinte. Au côté de ces ports se trouve une prise jack pour le casque et une autre pour le micro, c'est tout, nous pouvons refermer le clapet de protection.

shuttle_SZ77R5_devant_ouvertAu niveau dimension, ce SZ77R5 fait 33,2 cm de longueur pour 21,5 cm de largeur et 19,8 cm de hauteur. Le poids ? Ce n'est pas précisé, mais celui-ci est vraiment léger et peut être transporté sous un bras sans trop de difficulté, même plein. Shuttle n'a pas oublié de mettre son système d'ouverture universel pour le lecteur optique et propose une trappe d'ouverture juste en dessous pour accéder au lecteur de disquette. Ici, nous aurions préféré un rack pour disque dur, sachant que ce type de stockage est devenu obsolète au profit des disques durs, cela aurait été plus pertinent. Cependant, ce modèle propose une option tout de même intéressante puisqu'il dispose d'un support en métal pour y loger deux SSD l'un sur l'autre en quelque sorte. Ensuite, une fois solidarisé sur ce support en métal, il suffit juste de le glisser dans l'un des deux emplacements disques durs disponibles, astucieux.

shuttle_SZ77R5_cote_droit_ferme  shuttle_SZ77R5_derriere_ferme   shuttle_SZ77R5_devant_ferme  shuttle_SZ77R5_cote_gauche_ferme

Le panneau arrière propose pléthore de ports et autres connecteurs. De gauche à droite, nous avons une sortie DVI et une sortie HDMI directement prises en charge par le processeur Intel, juste au-dessus une sortie optique, ensuite deux ports USB et un port eSATA, puis deux ports USB 3.0, un port RJ45 Gigabit et encore deux ports USB 2.0, un bouton pour remettre les paramètres par défaut du BIOS et les sorties audio multicanaux. Juste à côté se trouve deux emplacements libres pour une carte PCI-Express 3.0 16x double slot ou encore une carte graphique simple slot et une carte additionnelle sur un port PCI-Express 2.0 x4.

shuttle_SZ77R5_cote_droit_ouvert  shuttle_SZ77R5_cote_gauche_ouvert  shuttle_SZ77R5_dessus_ouvert  shuttle_SZ77R5_dessus_ouvert_sans_lecteur

Justement, passons à la carte mère que nous propose Shuttle avec son SZ77R5. Tout d'abord, comme à l'accoutumée cette carte mère est précâblée, ce qui évite de le faire. Il ne reste plus que les deux ports SATA 3 et deux autres ports SATA 2 à brancher, les quatre bancs mémoire supportant la DDR3-1600 en double canal et jusqu'à 32 Go seulement.

Ne pas oublier un câble...

Configuration de test :

Pour le montage, soit nous y allons comme des barbares, soit nous prenons le temps de lire la notice explicative en 5 langues pour voir et anticiper toutes les pièces nécessaires au montage d'un aussi petit boîtier. Prenons la seconde solution. En effet, cette notice est vraiment bien faite, photo à l'appui pour expliquer chaque étape. D'ailleurs, il n'y a pas beaucoup d'étapes puisque le montage se résume à mettre quelques disques durs dans leurs berceaux, le lecteur optique, la carte graphique, les barrettes de mémoire et les câbles de liaison entre les différents composants.

A peine la lecture terminée, nous commençons par tout démonter, le berceau des disques durs, le système de ventilation ICE, et rien d'autre. Le montage du processeur est simple, puisqu'il reprend le système de fixation des ventirads d'origine Intel avec un presser-tourner qui se pince dans la carte mère. Le système de caloduc remonte jusqu'aux ailettes qui sont maintenues par un bloc contenant un ventilateur. Quatre vis à main plus tard et le tour est joué.

shuttle_SZ77R5_ICE_dessus     shuttle_SZ77R5_ICE_profil

shuttle_SZ77R5_ventilateur_dedans

Nous attaquons ensuite le montage du berceau des disques durs et du lecteur optique. Comme un sandwich, il faut commencer par le bas et mettre notre premier disque dur à plateaux, puis notre cage de SSD déjà monté, puis le lecteur optique. L'ajustement de ce dernier se fait assez rapidement en glissant le berceau dans son emplacement puis en calant le lecteur au fond pour qu'il touche. Une vis de part et d'autre et c'est terminé.

Nous ne détaillerons pas le montage de la mémoire, bien que nous aurions préféré que Shuttle pousse la simplicité un peu plus loin en inversant les étages d'alimentation et son bloc de refroidissement et les bancs mémoires. Si le berceau est en place, il faut pousser le tas de câbles pour enficher les barrettes dans leurs emplacements. Rien d'insurmontable, mais cela peut être gênant si une maintenance doit être faite plus tard.

Avant de monter notre carte graphique, il faut mettre quelques câbles pour les disques durs et le lecteur optique. Pour ce dernier pas de souci, mais pour les SSD, cela se complique un peu. La cage adaptateur fourni est en retrait et se trouve caché par le lecteur. Il faut donc de petites mains pour pousser le câbles SATA dans le fond en espérant ne pas s'être trompé dans le sens de l'ergot. Ou alors, pas comme nous, vous montez les câbles SATA avant de visser la cage et pas de souci.

Le montage de la carte graphique est assez aisé dans son ensemble. Un loquet vient appuyer sur les deux brackets de notre carte double slot pour ensuite visser le tout. Nous n'avons pu mettre qu'une seule vis car le trou de la deuxième n'arrivait pas en face de l'oeilleton du bracket de notre carte. Même avec une vis, la carte est solidement fixée et ne risque pas de sortir toute seule. Au passage, nous noterons que l'alimentation proposée avec ce SZ77R5 va jusqu'à 500 Watts et certifiée 80Plus Bronze. Il sera alors possible de mettre une carte graphique récente sans aucun problème.

shuttle_SZ77R5_cote_gauche_ouvert_monte    shuttle_SZ77R5_cote_droit_ouvert_monte

Avant de faire chauffer la bête, nous avons dû passer par une phase d'installation du système d'exploitation et des pilotes du Shuttle. Sur ce point, le fabricant fait bien les choses également puisqu'il fournit un DVD contenant tout ce dont le client a besoin pour que la machine fonctionne. A l'image d'ASUS avec son autoinstallateur, Shuttle propose un système d'installation en un seul clic avec le redémarrage de la machine en fin de course.

Petit ventirad, petite ventilation ?

Nous pouvons nous demander si Shuttle n'a pas vu trop petit pour son SZ77R5. Son système ICE avec son ventilateur minuscule nous semble vraiment sous dimensionné pour ventiler le processeur et les composants de la configuration. D'ailleurs, en l'absence de ventilation supplémentaire, nos disques durs et autre carte graphique vont-ils supporter le choc ?

shuttle_SZ77R5_graph

En regardant ces graphiques, nos craintes n'étaient pas fondées. Ce ventilateur situé à l'arrière fait très bien son travail. Nous n'aurions pas dû en douter, cela fait des années que Shuttle travaille dessus et le propose dans de bien nombreux modèles. Au niveau sonore, l'unique turbine dégage tout de même un petit bruit situé entre les médiums et les aigus. Si ce SZ77R5 doit trouver sa place sur le bureau à proximité immédiat du poste de travail, à force il fatiguera les oreilles. D'ailleurs, que ce soit au repos ou en charge, il y aura toujours ce même bruit avec une légère amplification en pleine charge.

A 400€, est-ce un bon compromis ?

shuttle_SZ77R5_devant_fermeEn terminant ce test, nous avons pensé au Bitfenix Prodigy (cf notre test) qui dispose d'une taille similaire bien que ce Shuttle soit un peu plus petit. Si l'on rajoute une carte mère miniITX, une alimentation de 500 Watts au prix du Prodigy, nous n'arrivons pas au 400€ demandé par Shuttle pour ce modèle. Depuis le lancement de ses produits, ce fabricant a toujours eu pour habitude de pratiquer des prix un peu plus élevés. Mais cela ne l'a pas empêché de subsister et de continuer à proposer des produits intéressants.

Nous sommes un peu dans ce cas. Ce SZ77R5 est à l'image des autres Shuttle, ni plus ni moins. Que ce soit par ses petites astuces de montage avec le pince câble juste en dessous de la cage des disques, ou encore l'adaptateur SSD qui double la place disponible. Au final, ce mini PC peut être une option intéressante si le budget suit et si un montage complet n'était pas prévu au départ. La finition Shuttle est plus que correcte et l'esthétisme classique passe-partout pourra attirer plus d'un client contrairement au Bitfenix un peu plus prononcé sur ce dernier point qui rappelle un autre constructeur d'ordinateur frappé d'une pomme.

Pour terminer, nous avons noté que les grilles d'aération disposées de chaque côté sont un peu trop basses pour que notre carte graphique aspire correctement de l'air. Mais la température de celle-ci ne semble pas tellement en souffrir. Ce sera surement un peu plus dérangeant si le ventilateur de la carte installée est en position centrale.

LE VERDICT

Shuttle ne change pas ses habitudes avec son système de ventilation maison efficace, même si les processeurs Intel Ivy Bridge ont un TDP de plus en plus bas. Toujours est-il que l'alimentation de 500 Watts intégrée dans le boîtier permettra de mettre une carte graphique de bon niveau pour jouer dans de bonnes conditions. Il y a de bonnes habitudes, mais aussi de mauvaise et le bouton d'ouverture du lecteur optique en est une. Tout comme la position de la mémoire vive qui se trouve en travers du boîtier sous la cage de disque, difficile à atteindre en cas de maintenance. Nous notons aussi que la cage de disque est difficile d'accès une fois les câbles positionnés. Une fois montée, il ne faut plus y toucher.

Les plus
  • Montage rapide
  • ventilation ICE
  • Alimentation 500 Watts
Les moins
  • Rack HDD
  • Position de la mémoire vive
  • Bouton d'ouverture du lecteur perfectible

Les commentaires sur ce document sont clos.

POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld