Twitter prépare son entrée en bourse, avec une valorisation à 11 milliards de dollars

Souvent périlleuse, l'aventure boursière s'avère souvent nécessaire lorsqu'il s'agit de lever des fonds pour développer une entreprise. Et aussi, disons-le, pour gagner beaucoup plus d'argent.

BourseUne valorisation symbolique estimée par un analyste - aussi prestigieux soit-il - cela ne vaut pas plus que quand un professeur signale à ses parents qu'un enfant a tout le potentiel pour aller marcher sur la Lune. Ca fait plaisir, tout le monde a les yeux qui brillent, mais il faudra attendre d'être confronté aux dures réalités de la vie pour savoir si tout cela avait vraiment un sens. Par conséquent, on prendra de grosses pincettes en citant Max Wolff de l'agence Greencrest Capital lorsque, cité par Forbes, il affirme que le site de micro-blogging Twitter vaudrait actuellement la somme colossale de 11 milliards de dollars. 

Un chiffre à relativiser dans la mesure où l'on n'aura une idée de la vraie valeur de l'entreprise californienne qu'à partir du moment où elle fera son entrée sur le grand théâtre de la bourse. Et justement, selon la même source, l'Initial Public Offering (IPO) soit cette fameuse arrivée sur les marchés boursiers, devrait se produire dans le courant de l'année 2014, les préparatifs relatifs à l'introduction devant être mis en route dans les mois qui viennent. 

Evidemment, le monde financier scrutera avec une certaine impatience le déroulement des opérations au vu du douloureux précédent Facebook dont l'action introduite au prix de 38 dollars au mois de mai 2012 n'en valait plus que 23,70 à la fin du mois de juillet. Mais la situation pourrait s'avérer bien différente dans la mesure où Twitter a récemment entrepris de grands chantiers pour monétiser son service, notamment en introduisant un système de tweets sponsorisés. Un mouvement qui devait permettre à l'entreprise de réaliser un chiffre d'affaire de 260 millions de dollars sur l'année 2012. 

Toujours est-il que l'on ne parle ici que d'hypothèses émises par un analyste et qu'il faudra attendre la décision de Dick Costolo, PDG de la société, pour en avoir le coeur net.

COMMENTAIRES

Aucun commentaire sur cet article.

Les commentaires sur ce document sont clos.

Publié le Par Michel Beck
Aucun commentaire
POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld