20 cartes graphiques, 10 jeux, 1500 résultats...

L'arrivée de Windows Vista et les fêtes de fin d'année font que vous allez être nombreux dans les semaines à venir à vouloir acheter une nouvelle configuration. Après notre guide sur la mémoire, nous vous proposons un comparatif de 20 cartes graphiques testées dans 10 jeux sous 3 résolutions avec et sans les détails graphiques, le tout totalisant près 1500 résultats...

Nous activons l’anti aliasing dans le jeu pour la suite de ces tests. Le «Visual Treatment» est reglé sur High ce qui émule des effets types HDR qui n’empêchent cependant pas l’activation de l’anti aliasing sur les GeForce 7.

The image “http://i.pcworld.fr/170811-nfsc.png” cannot be displayed, because it contains errors.


Nouveau crime de lèse majestée pour le X1950 XTX qui vient titiller le GeForce 8800 GTS une fois l’anti aliasing activé. La GTX, comparée à la Radeon propose un bond en avant d’une quarantaine de pourcents.

The image “http://i.pcworld.fr/170821-nfsc.png” cannot be displayed, because it contains errors.


La GTS reprend son bien et la GTX augmente légèrement son avantage lorsque l’on pousse un peu plus haut la résolution. Reste que les écarts sont assez significatifs à l’intérieur même de la gamme d’ATI : pratiquement 50% de performances d’écart entre la X1950 XTX et la Pro. Et pour une fois, c’est lié en quasi-totalité à la charge en matière de pixels shaders. Preuve en est le facteur de performances entre la X1800 XT équipée de seulement 16 unités de shaders contre le haut de gamme équipé de 48 : 2,2 !

The image “http://i.pcworld.fr/170831-nfsc.png” cannot be displayed, because it contains errors.


Pour ce dernier résultat, la X1950 XTX veut s'octroyer une fois de plus la seconde place. Ce n'est pas la première fois que l'on voit les cartes d'ATI proposer une conservation de performances plus élevées que la GTS lorsque l'on passe du 1600 au 1920. Pas très important, la hiérarchire reste la même : sévère.

Niveaux de détails


A la vue des écarts, il est très intéressant de voir l'impact des différents niveaux de détails sur les architectures de type GeForce 7 :

Image

Première constatation : les performances dans le niveau de détail le plus faible. La 7900 GTX est loin d’être mal placée dans ce cas. Par contre, ses performances s’écroulent véritablement dès que l’on passe au mode de shader « medium ». Elle perd 55% de ses performances, ce qui est assez comparable à une autre architecture… le X850 XT d’ATI. Ce dernier est d’ailleurs le seul à garder des performances totalement stables lorsque l’on passe du mode de shader « medium » au « high ». Quelques effets liés au Shader Model 3.0 seraient-ils supprimés de manière silencieuse ? C’est fort probable.


Passer du mode de shader medium au plus haut, tout en activant le traitement visuel coûte en gros 55% des performances à un GeForce 7. C’est un peu plus élevé que pour un GeForce 8 qui ne concède dans ce cas que 31% de ses performances, mais ce n’est pas très éloigné des 38% de perte d’un X1950. Certes, le GeForce 7 perd un peu plus de puissance lorsque l’on augmente ces options graphiques, mais le problème vient surtout du fait que dès notre second niveau de détail, les performances se sont écroulées. De là, il n’y a plus grand-chose à faire.
On notera enfin que la X1800 garde un profil assez similaire à la 7900 GTX. Elle arrive à se faire dépasser dès le second niveau de détails par la modeste X1650 XT. Need For Speed Carbon mise décidément tout sur les shaders.
Pour que vous puissiez vous faire une idée des différences visuelles de ces différents niveaux, voici un screenshot de ce que cela donne (cliquez pour agrandir) :

http://i.pcworld.fr/170861-niveaux-de-detail.jpg


Cliquez pour voir la différence entre les différents niveaux de détails, du plus élevé au plus faible


COMMENTAIRES

Aucun commentaire sur cet article.

Les commentaires sur ce document sont clos.

Publié le Modifié Par
Catégorie : Hardware, Carte graphique
Aucun commentaire
POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld