Quand le supercalculateur Watson d'IBM joue au docteur

Les antibiotiques c'est tellement pas automatique que bientôt, c'est peut-être un ordinateur qui décidera de leur attribution. Pourvu qu'il ne plante pas !

ibm watsonPas si élémentaire que ça, Watson, supercalculateur d'IBM célèbre pour avoir réussi à vaincre des champions du jeu télévisé Jeopardy, s'oriente maintenant comme le personnage de fiction éponyme... vers la médecine. L'objectif est double : d'abord la très noble lutte contre le cancer du poumon, ensuite la moins enthousiasmante aide aux assurances.

Pour le médecin, Watson se présente sous forme d'une application pour tablette (reliée à un serveur) avec pour but de recouper des milliers de cas correspondants à la situation d'un patient. L'idée étant de déterminer le meilleur diagnostic possible. De l'aveu même des développeurs, il ne s'agit là que d'une précieuse assistance ne visant pas à remplacer l'homme de sciences et ses précieuses années d'études mais bel et bien à l'aider en lui fournissant un complément d'information essentiel afin de déterminer vers quelles solutions il est préférable de s'orienter. 

Du côté des assurances, c'est la société Wellpoint qui profitera des compétences de Watson afin d'autoriser certaines dépenses de manière plus efficace grâce aux données fournies par le supercalculateur. En gros, il est surtout question ici de faire des économies en évitant d'envoyer les patients vers de coûteux traitements considérés comme inutiles. 

Bientôt chez nous ?

En cours de finalisation, l'application devrait voir le jour aux alentours du mois de mars au Center for Cancer Medicine dans le Maine ainsi que dans le WestMed du comté de Westchester. Pour l'assureur Wellpoint, le déploiement initial se fera dans l'Indiana, le Kentucky, l'Ohio et le Wisconsin. Un première salve assez logiquement centrée sur les Etats-Unis même si le reste du monde ne devrait sans doute pas tarder à suivre après les inévitables débats éthiques sur la pertinence de cette nouvelle technologie. 

Rappelons qu'au-delà de ces compétences qui pourraient littéralement changer le visage de la médecine moderne, Watson peut également être utilisé dans les administrations (croisement de données), transports (analyses prédictives), distribution (gestion de stocks) ou encore météorologie. Et comme quelqu'un va inévitablement poser LA fameuse question de circonstances dans ces cas là : non, Watson ne fait pas (encore) le café. 

Les commentaires sur ce document sont clos.

Publié le Par Michel Beck
Catégorie : High-Tech
2 commentaires
POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld