Jeu vidéo français : l'Etat s'implique et ouvre le carnet de chèques pour la convention Mango

Il faut bien l'avouer : lire, à propos des jeux vidéo, qu'ils sont un échantillon particulièrement représentatif de la capacité d'un pays à innover, ça en jette un peu plus que les accusations habituelles...

logo_republique_francaiseLe 20 décembre dernier, la Ministre de l'Economie Numérique, Fleur Pellerin, s'est rendue à Montreuil-sous-Bois (93) non seulement pour visiter les studios du troisième éditeur de jeu vidéo au monde, Ubisoft, mais aussi et surtout afin de signer la convention de recherche et développement "Mango" visant à renforcer la filière jeu vidéo en France.

Mango n'est autre qu'un projet de recherche et développement (R&D) qui doit servir de base à une toute nouvelle génération de jeux à venir dans les prochaines années. Une soixantaine de personnes y seront affectées et réparties entre divers intervenants : Ubisoft, le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives ainsi que le laboratoire d'informatique en image et systèmes d'information du CNRS/Université Claude Bernard, à Lyon.

Sur un coût total estimé à 14 millions d'euros environ, l'Etat interviendra à hauteur de 3,5 millions d'euros. Une aide précieuse pour un Ubisoft ravi de participer à la création d'un "moteur made in France destiné aux prochaines générations de machines" selon les propres termes d'Yves Guillemot, PDG de l'entreprise. 

Le projet courant sur 22 mois, il faudra attendre un peu avant d'en connaître les résultats, en espérant qu'il y en ait.  

Les commentaires sur ce document sont clos.

Publié le Par Michel Beck
3 commentaires
POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld