SMITE : le renouveau du MOBA

Aujourd’hui, chers lecteurs, nous allons bien entendu parler de jeu vidéo, et plus précisément, de MOBA. Mais avant tout, nous allons parler d’amour...

Oui, d’amour ! L’Amour avec un grand A, celui qui nous transporte et nous fait déplacer des montagnes. Celui qui nous pousse, chaque soir, à nous connecter sur League of Legends, pour y enchaîner les parties et les manœuvres les plus fantasques : ganker au mid une équipe adverse en plein repli défensif, dans l’espoir de réussir un incroyable triplé, leur piquer Nashor avec un Smite judicieusement placé, ou claquer un backdoor alors que tout semble perdu. Du pur bonheur... Oui, on ne va pas s’en cacher : entre League of Legends et nous, c’est l’amour fou depuis maintenant deux ans. 650 parties au compteur, quelques ganks magiques, au moins autant de fails honteux, mais une ferveur qui n’aura que rarement faibli... Oooooh, bien sûr, comme tous les couples, nous avons eu nos moments de doutes. Des instants de faiblesse qui nous ont conduits dans les bras d’autres MOBA de petite vertu, tel Rise of Immortals, ou Realms of Titans. Mais ces errements n’ont jamais duré plus d’une nuit, et toujours, nous sommes revenus vers le titre de Riot Games... En tout cas, jusqu’à récemment.

Smite 01 Smite 02 Smite 03 Smite 04

En effet, il y a quelques jours, nous avons fait la connaissance de SMITE, un nouveau MOBA qui vient d’attaquer sa beta fermée, et qui, pour le moment, s’est montré particulièrement efficace dans sa phase de séduction. Bien entendu, le principe demeurera toujours le même : 5 joueurs vont devoir s’allier dans le but d’en vaincre 5 autres, chaque camp devant se frayer un chemin vers la base de l’autre, en détruisant peu à peu les différentes tours qui feront office de lignes défensives. Sur le fond, donc, rien de bien nouveau. C’est surtout sur la forme que SMITE va innover, avec notamment ce parti pris des développeurs de passer d’une vue tactique de dessus, à une vue à la troisième personne. Un changement sur lequel nous émettions pas mal de réserves dans la mesure où le MOBA est un genre à la fois rythmé et stratégique. L’action va vite, et le joueur doit à tout moment conserver une vision claire du champ de bataille, et de l’action qui se déroule au niveau de son champion. Et la vue à la troisième personne nous semblait peu compatible avec ses impératifs.

Smite 18 Smite 08

Smite 16 Smite 10 Smite 11 Smite 07

Eh bien nous nous trompions : SMITE fait montre au contraire d’une grande clarté. La mini carte est détaillée, et propose notamment quelques informations bien utiles, comme le niveau de santé de nos différentes tours. Quant aux environnements dans lesquels notre héros va évoluer, là encore, le rendu est surprenant de précision : non seulement les bâtiments, les couloirs, les différents éléments de la jungle sont représentés avec un tel soin qu’on a très vite fait de s’approprier le terrain, mais l’interface intègre en plus de nombreux marquages au sol qui vont permettre au joueur de toujours savoir où il en est sur un plan tactique. Par exemple, les zones d’effet de chaque sort sont toujours clairement délimitées. De même, le joueur pourra visualiser le champ d’action des tourelles défensives ennemies lorsqu’il s’en approchera. Du coup, cette fameuse vue à la troisième personne qui aurait pu être si problématique, se transforme en avantage, car pour animer tout ça, le studio Hi-Rez n’a pas choisi n’importe quel moteur graphique : il a fait le choix de l’Unreal Engine 3 d’Epic ! Ce qui nous donne au final le MOBA le plus beau du marché, et de très loin. Les effets de sorts sont colorés à souhait, le brouillard de guerre dans lequel on se retrouve plongé lorsque l’on pénètre dans la jungle offre un rendu tout en finesse, et ce bonus esthétique ne se fait pas au détriment du confort de jeu, puisque les parties que nous avons pu disputer se sont toujours déroulées dans la plus grande fluidité, sur une configuration classique : CPU Core 2 Duo 3 GHz, 4 Go de Ram, et carte graphique Nvidia GTX 560Ti.

Smite 05 Smite 14

Smite 17 Smite 09 Smite 15 Smite 12

Alors bien sûr, le changement de perspective oblige à quelques ajustements au niveau des contrôles. Notamment, c’est maintenant au clavier qu’il faut diriger son avatar (dans League of Legends, tous les mouvements sont gérés à la souris, tandis que les pouvoirs sont déclenchés à l’aide de raccourcis claviers). Du coup, à moins d’être génétiquement plus proche du poulpe que de l’humain, il faudra transférer l’utilisation des pouvoirs vers la souris, ce qui impliquera d’en posséder une avec plus de trois boutons en réserve. Mais en dehors de ce petit souci technique, nous n’aurons pas grand-chose à reprocher à ce SMITE. Même l’univers qui n’est pourtant pas de première importance sur ce genre de titre, a bénéficié d’une adaptation très réussie, en exploitant agréablement un contexte mythologique. Par exemple, le Nexus de LoL (la fameuse base à détruire) est ici remplacé par un minotaure, qui, si on vient à l’approcher, se lève et nous attaque. Dans le même esprit, les inhibiteurs laissent la place à des Phoenix, qui, une fois vaincus, renaîtront de leurs cendres après un certain laps de temps. Quant aux champions disponibles, ils prendront les traits de Zeus, Athéna, Artémis, ou Kali.

Smite 19 Smite 22 Smite 21 Smite 20

Phase de béta oblige, nous n’entrerons pas, pour le moment, dans des détails plus pointus. A ce stade, cela n’aurait en effet pas de sens d’attaquer les disparités entre héros, ou l’équilibrage pas toujours heureux au niveau de l’équipement. Toutefois, retenez que le jeu remplit d’ores et déjà les conditions de base nécessaires à l’obtention d’un bon MOBA : de la lisibilité, du rythme, de la stratégie, et un univers dans lequel le joueur se sent immédiatement à l’aise. Pour Hi-Rez, il ne reste donc plus qu’à conclure, comme dirait l’ami Jean Claude Dusse.

Les commentaires sur ce document sont clos.

Publié le Modifié Par David Vandebeuque
Catégorie : Jeux Vidéo
6 commentaires
POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld