THQ boit la tasse, et attend les offres de rachat

L'éditeur THQ vient de se mettre en faillite. Un événement qui signe la fin d'une longue agonie, et espérons le, peut être, le début d'une nouvelle aventure grâce à l'arrivée d'un prochain investisseur.

Faillite THQAprès une année 2012 particulièrement difficile, ponctuée notamment par de lourdes restructurations et une menace en juillet dernier d’une sortie du NASDAQ, l’éditeur THQ jette finalement l’éponge, et vient de se placer volontairement sous la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites aux Etats-Unis.

Rappelons que cette procédure permet à une société américaine qui n’est plus en mesure de payer ses dettes, de continuer de fonctionner en attendant de se restructurer. Une restructuration qui passe généralement par la revente d’une partie de ses actifs, ou l’accueil de nouveaux investisseurs.

Pour le moment, seul un fonds d’investissement, Clearlake Capital Group, a ouvertement déclaré une intention de rachat, offrant 60 millions de dollars pour la quasi-totalité des actifs de l’éditeur, ainsi que les 4 studios de développement actuellement dans son giron : Relic (Company of Heroes 2), Vigil Games (Darksiders), Volition (Saints Row) et THQ Montreal. Toutefois, on notera que cette proposition ne représente pour le moment pas une fin en soi. Il s’agit avant tout d’un premier accord entre les dirigeants de THQ et le fonds d’investissement, pour sécuriser la société, et ouvrir la porte vers de nouvelles enchères plus conséquentes. On se souvient notamment qu’Ubisoft n’était pas le dernier à s’intéresser aux licences détenues par THQ. Quoiqu’il en soit, les éventuels repreneurs ont maintenant 30 jours pour faire connaître leurs propositions, après quoi la transaction avec Clearlake Capital sera actée.

Dans la foulée de ces bien mauvaises nouvelles, le président de THQ Jason Rubin a tenu à préciser que les plannings des trois titres attendus pour l’année 2013, Company of Heroes 2, Metro : Last Light and South Park : Le Bâton De Vérité, étaient maintenus en l’état. Une affirmation qui n'engage finalement que lui, puisque l'avenir de ses titres dépendra surtout du bon vouloir du futur repreneur.

COMMENTAIRES

Aucun commentaire sur cet article.

Les commentaires sur ce document sont clos.

Publié le Par
Catégorie : Jeux Vidéo
Tags : ,
Aucun commentaire
POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld