The War Z, ou l'histoire d'une arnaque ordinaire...

Alors que The War Z semblait promis à un bel avenir, se plaçant dans les meilleures ventes Steam du dernier week-end, les choses ont brusquement basculé, le titre se révélant bien moins prometteur que prévu.

Depuis quelques mois, deux équipes de développement se disputent pour savoir laquelle aura les faveurs du public sur le créneau du FPS orienté simulation de survie : d’un côté, nous avons Dean Hall, le talentueux créateur du mod DayZ pour ArmA II, qui travaille d’arrache-pied à une évolution standalone de son concept. Et de l’autre, nous trouvons le studio Hammerpoint, qui s’est lancé dans un projet très similaire, intitulé The War Z, et qui entend offrir au joueur une expérience plus ludique, plus grand public, plus ambitieuse également, que celle de son concurrent. Des intentions louables, mais qui se sont finalement révélées très éloignés de la réalité, si l’on en croit les déboires que connaît le titre depuis sa mise à disposition sur le portail Steam samedi dernier.

The WarZ
Une image tirée de The WarZ : un jeu retiré de Steam qui est actuellement dans la tourmente pour
son approche trop mercantile de la survie...

En effet, il semblerait en premier lieu qu’Hammerpoint ait largement survendu son concept, s’arrogeant dans le descriptif du jeu nombre de fonctionnalités qui n’étaient finalement pas disponibles. Egalement, Valve a reçu de nombreuses plaintes ayant trait à des problèmes de censure et de bannissement, vis-à-vis des gens qui s’exprimaient sur la mauvaise qualité du titre. Mais le pire demeure probablement ce changement de modèle économique, intervenu via un patch intégré deux jours après la sortie du jeu, et qui venait imposer un nouveau système de microtransactions. Ainsi, pour marquer l’importance de l’aspect survie, les développeurs avaient prévu un temps de respawn d’une heure en cas de mort, sachant qu’un joueur disposait malgré tout que 5 personnages en tout par compte. Mais ça, c’était avant… Aujourd’hui, ce temps d’attente est passé à 4 heures, à moins bien entendu que vous acceptiez de sortir la carte bleue, et de souscrire le service qui va bien dans la boutique en ligne. Détail important : The War Z demande un investissement initial de 13€ !

Cette histoire d’une arnaque ordinaire, triste, et prévisible selon plusieurs de nos confrères, pose néanmoins sur la table pas mal de questions, notamment sur l’implication de Valve dans la validation des jeux qui passent par son portail, par exemple. Dans cette affaire, l’éditeur a en effet dû intervenir pour retirer le jeu de son catalogue, et propose, chose rarissime, un remboursement total du produit pour ceux qui le souhaiteraient. Elle pose également la question du devenir du modèle « free to play », et de son éventuel glissement vers un système à la Guild Wars 2, qui impliquerait un paiement initial, puis un financement sous forme de microtransactions. Un système auquel Ubisoft semblait s’intéresser de près, et dont nous redoutions les éventuelles dérives, à juste titre, visiblement.

Quoiqu’il en soit, on ne peut que vous conseiller, au vu de ces faits, de vous désintéresser de ce titre, et d’attendre patiemment la version standalone de DayZ, qui s’annonce autrement plus sérieuse.

(Remarque : dernier rebondissement en date, nos confrères de Kotaku ont relevé d’étranges similitudes entre certains assets promotionnels de The War Z et des images tirés de la série The Walking Dead. On rappelle également que pendant longtemps, les conditions générales d’utilisation du jeu étaient en fait celles… de League of Legends…)

Les commentaires sur ce document sont clos.

Publié le Par
Catégorie : Jeux Vidéo
Tags : ,
8 commentaires
POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld