Resident Evil : Revelations, la peur en 3D ?

Capcom se devait d’honorer la Nintendo 3DS avec un vrai Resident Evil. C’est chose faite avec Revelations, un épisode assez classique, mais qui fait le job.

N’y allons pas par quatre chemins, nous n’avions même pas évoqué Resident Evil : The Mercenaries 3D dans nos colonnes de test, et pour cause, il ne s’agissait au-delà des apparences que d’un vulgaire mini-jeu vendu au prix fort. Non, en bons fans de Resident Evil, celui que nous attendions de pied ferme, c’était bien cet épisode Revelations. Pourtant, dès la première session de jeu, on comprend que la surprise n’est pas le fort de cet épisode portable et qu’il va falloir se résigner à avaler du Resident Evil tout ce qu’il y a de plus classique… et de plus efficace. Car oui, c’est peut-être bête à dire, mais pour une fois nous n’irons pas reprocher au jeu de Capcom de ne pas innover davantage. Il aurait pourtant pu, dans le gameplay et la prise en main grâce aux attributs de la 3DS. Comme il aurait pu se montrer plus joueur avec le relief dans la mise en scène. Mais ce qui est appréciable, c’est qu’il assume parfaitement ce côté spin-off et s’acharne à – au moins – faire les choses bien.

Resident Evil Revelations (1) Resident Evil Revelations (6)

C’est ainsi que l’on se retrouve projeté avant RE5 qui se déroulait en Afrique, à la recherche de la source d’un nouveau virus faiseur de créatures (très inspirées de celles de Silent Hill) baptisé T-Abyss. La narration est très fragmentée, puisque l’on vogue d’un coin à l’autre du monde au fil des douze chapitres qui composent l’aventure, faisant des bonds dans le temps aussi souvent que l’on change de perspective et de protagoniste. Là, Revelations aurait pu saisir son côté original, mais il n’en est rien, car dans le propos, c’est la même soupe que l’on nous sert. Ainsi, on passera tout de même la majeure partie du temps sur un énorme navire au beau milieu de la mer Méditerranée, mais on se verra proposer des expériences changeantes, visitant une ville de Hunters (réjouissant programme !) ou une plage tout aussi dangereusement peuplée de créatures abjectes. Bref, tout cela pour dire que les développeurs de chez Capcom ont fait les efforts nécessaires pour varier les décors. On les en remercie. Là où ils ont été encore plus inspirés, c’est dans la bande son de cet opus, parfaite de terreur. Ça ne relève pas le niveau du scénario ou des dialogues calamiteux, mais cela participe pleinement à instaurer une ambiance à la Resident Evil.

Un RE très jouable sur portable

Là où le jeu étonne, une fois n’est pas coutume, c’est au niveau des finitions et des options. Intégralement localisé en français, il est aussi possible d’opter pour cinq autres langues dont le japonais. Aussi, tout (ou presque) est réglable dans la prise en main, qu’il s’agisse de la sensibilité du viseur ou même de la perspective utilisée lors de la visée (première personne ou caméra derrière l’épaule). Les (heureux) détenteurs d’un Circle Pad Pro – mais si, vous savez, le second stick analogique à rajouter sur 3DS ! – bénéficieront en sus d’une configuration spécifique, permettant de gérer la visée à l’aide de ce second téton et le tir sur le bouton de tranche droit. Bon, il faut l’avouer, c’est loin d’être agréable. Si cela permet de retrouver une prise en main proche de celle proposée dans les jeux du genre sur consoles de salon, ce n’est pas concluant sur portable (écran décentré, stylet et interrupteur WiFi inaccessibles, bouton L et touches de volume difficilement utilisables). Allez, on revient à la configuration de base.

Resident Evil Revelations (5) Resident Evil Revelations (4)

Parmi les ajustements dont il faut parler, citons la possibilité de tirer en se déplaçant, ce qui est très pratique mais facilite au final la progression. D’ailleurs, pour un Resident Evil, Revelations n’est pas vraiment difficile. Généreux en munitions, permettant de modifier ses armes pour les améliorer et plutôt prévisible, le jeu n’impose réellement de résistance que lors de quelques passages choisis et contre les boss. On notera aussi la présence de passages sous-marins lors desquels on se retrouve à errer en mer sans défense, à la merci des carnassiers du coin.

Une fois l’aventure principale terminée en huit heures environ, c’est le mode Commando qui occupera les joueurs. On y revisite les lieux de l’aventure principale seul ou en coopération (en local ou en ligne) pour se voir opposer plus de résistance, à savoir des tas de monstres toujours plus agressifs, l’objectif étant de survivre et d’en tuer un maximum. Grâce à un système d’échelon et la collecte de PB, on débloque petit à petit un véritable arsenal, à mesure que l’on affronte des ennemis toujours plus puissants. Et pour ceux qui n’en auraient pas assez, un mode de difficulté ultime est proposé. Les amateurs de scoring iront sans nul doute tenter d’obtenir un rang « S » pour tous les défis proposés.

Resident Evil Revelations (2) Resident Evil Revelations (3)

Joli, techniquement très abouti et découpé de façon à être agréable à jouer en mobilité (console portable oblige), Resident Evil : Revelations est donc un bon jeu d’action/aventure horrifique et sera un partenaire de choix pour les amateurs de la série équipés d’une 3DS. Il n’invente rien et déroule une recette qui a fait ses preuves en concédant quelques ajustements pour coller à la plateforme cible. On regrette simplement un manque d’originalité évident dans le scénario et l’on reste un peu sur notre faim côté solo, attendant quelques passages plus musclés et marquants. Les dialogues sont malheureusement manqués et les temps de chargement sont plutôt longuets, mais à côté de ça on découvre un jeu d’action plus que correct, relevé d’un mode Commando prenant.

Les commentaires sur ce document sont clos.

Publié le Modifié Par
Catégorie : Jeux Vidéo
4 commentaires
POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld