Test : Botanicula

Point & Click nature, Botanicula se vit comme un bref aparté simple et beau, une bouffée de pixels sans prise de tête dans un univers végétal original.

Après avoir passé du temps à porter son excellent jeu d'aventure crayonné Machinarium sur divers supports, le petit studio indépendant Amanita Design s'est lancé dans un tout autre projet avec Botanicula. Rien à voir avec une simulation d'amour interdit au pays des fleurs, Botanicula place le joueur aux manettes de cinq petites créatures qui doivent sauver leur univers végétal qui se meure. Le tout se jouant encore en point & click et faisant la part belle aux petits puzzles à la difficulté progressive. Un jeu au message écolo qui se joue sans lunettes vertes (Nvidia, Eva, même combat ?)...

Vu le passif du studio, on s'attendait à tomber immédiatement sous le charme de cette petite pépite indé. La découverte des premiers tableaux est pourtant une déception. L'univers a l'air chouette, les graphismes atypiques assez jolis, les petits persos que l'on dirige charismatiques, mais malgré un gameplay parfaitement imbriqué à la douce musique via des effets sonores réussis, rien à faire, on reste extérieur à ce petit monde. Les bébêtes noires qui sucent la vitalité des feuilles de notre arbre sans le moindre scrupule nous laissent presque de marbre.

Le temps de se mettre dedans

Puis on finit par comprendre, le point & click n'est bon que lorsqu'il devient un peu plus compliqué. Les premiers tableaux étant là pour la mise en bouche et n'offrant strictement aucun défi, nos neurones de joueurs n'étaient tout simplement pas assez bousculés pour se réveiller. Juste le temps de se rendre compte que le système d'indices de Machinarium a été abandonné, et nous voilà piqués au vif. Ok, on va se le faire ce Botanicula. Heureusement, il est loin d'être aussi alambiqué que ne pouvait parfois l'être son prédécesseur. Personne n'aura besoin de soluce pour en profiter.

Botanicula (11) Botanicula (10)

Botanicula (8) Botanicula (7) Botanicula (6) Botanicula (4)

Ce démarrage un peu mou est vite oublié, puisque le jeu prend peu à peu vie à mesure que l'on découvre de nouveaux tableaux, assimile les moyens de débloquer les passages et vogue de plus en plus rapidement d'un point à un autre en essayant de cliquer partout pour déclencher des interactions avec le décor, tantôt inutiles, tantôt libératrices. On se retrouve ainsi à mener d'un clic de général notre petite troupe improbable à droite et à gauche, et à prendre plaisir à découvrir toutes les petites animations que les artistes d'Amanita Design se sont amusés à dissimuler dans leur jeu. L'originalité des graphismes poussant à la contemplation. Certes, le mot est un peu fort, mais puisque Botanicula est aussi plein d'humour dans l'animation en jouant sans retenue avec ses personnages, on en profite.

Découverte visuelle et sonore

Le système de déclenchement de ces animations est d'ailleurs très malin puisqu'il est créateur de surprise, et donne à ce titre véritablement vie au jeu. Certaines d'entre elles se déclenchent immédiatement, d'autres demandent au joueur d'insister et de cliquer plusieurs fois sans vraiment savoir s'il va se passer quelque chose de différent. Des fois il ne se passe rien. D'autres fois il faut cliquer trois ou quatre fois de suite pour avoir droit au clou du spectacle. Et souvent, c'est à ce prix que l'on découvre un élément crucial à notre avancée dans l'aventure.

Botanicula (3) Botanicula (2)

Botanicula n'est pas bien long et tripoter quatre à cinq heures ses décors green & peace suffit à boucler ce dont on se rappellera davantage comme une escapade, parenthèse reposante dans notre vie de joueur dopée à la testostérone. On apprécie notamment le côté très imagé du jeu. Les petites explications comme les échanges avec d'autres personnages se faisant toujours en croquis pastels, et sans la moindre lettre. De la même manière, Botanicula est un jeu très poli. Lorsque le joueur se trompe, il a simplement le droit à une petite animation supplémentaire et se voit offrir la possibilité de recommencer. C'est aussi sans doute pour ça que le jeu reste avant tout un plaisir fait de découvertes.

Mais comme dit en intro, le véritable liant de toutes ces idées, c'est la musique. C'est en effet du côté de la bande-son, mêlée au gameplay avec un certain brio, que la magie de Botanicula opère. Et quand la musique devient explicitement le sujet de certaines énigmes, on se dit que Amanita Design est bel et bien un petit studio plein d'idées créatives, tant tout cela est fait avec délicatesse et parcimonie. Botanicula se regarde, mais il s'écoute aussi.

A noter que pendant encore un peu moins d'une semaine, Botanicula est disponible dans le cadre de l'initiative indé Humble Bundle. Vous pouvez alors le télécharger ainsi que trois autres jeux pour la somme de votre choix, et financer par la même occasion le sauvetage de la forêt vierge. Si avec tout ça vous n'essayez pas, on ne sait plus quoi faire...

Botanicula – Disponible sur PC

Config' minimum : Processeur 1,6 GHz / 1 Go de mémoire RAM / 730 Mo d'espace disque

LE VERDICT

Ovni vidéoludique, Botanicula n'est pas aussi accrocheur que Machinarium, ce qui ne veut pas dire qu'il est moins intéressant. Tout aussi inspiré dans la créativité, c'est un jeu pas comme les autres qui réserve une aventure reposante et dépaysante.

Les plus
  • Univers original
  • Un jeu à la cool
  • Ambiance sonore merveilleuse
  • Le Humble Bundle qui arrive
Les moins
  • Assez court
  • Certains puzzles trop simples

Les commentaires sur ce document sont clos.

Publié le Modifié Par
Catégorie : Jeux Vidéo
4 commentaires
POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld