Test : Diablo III

Désigné par tous, comme LE jeu le plus attendu de l’année, Diablo III méritait un traitement en conséquence. Voici donc pour l’occasion notre test au long court d’un genre un peu spécial...

Pour vous dire la vérité, on a beaucoup réfléchi (oui, ça nous arrive parfois) à la manière de traiter correctement ce jeu. Si l’on avait adopté le format de test habituel, il est clair qu’on se serait dirigé vers un texte fleuve de 25000 signes, agrémenté d’une avalanche de captures, avec un résultat final qui n’aurait pas forcément été aussi exhaustif que nous l’aurions souhaité, mais qui en revanche, aurait probablement fini par être chiant comme la pluie, même pour les plus assidus de nos lecteurs. Aussi avons nous fait le choix d’un format un peu particulier pour l’occasion, qui va consister à diluer notre test dans le temps, en vous faisant profiter de nos impressions au jour le jour, et ce jusqu’à samedi, moment où nous délivrerons nos conclusions et notre note finale.

Un exercice qui devrait nous permettre d’aborder les principaux sujets, tout en offrant une lecture plus reposante pour ceux qui sortiront d’une dure journée de labeur. Bien entendu, si vous veniez à réagir en masse contre cette idée saugrenue, sachez que l’on pourra toujours faire machine arrière, et pendre l’odieux journaliste qui nous aura suggérer tout ça. Ready ? Alors on y va !

DAY 1 : Premier contact

Tout d’abord, précisons que contrairement à ce que vous imaginez, nous n’avons pas commencé à jouer dans la nuit de lundi à mardi, comme tout bon nerd qui se respecte, mais plutôt mardi matin, après un bon café pris au son de la matinale de Canal+. La raison en est assez simple, et était du reste ultra prévisible : à minuit une, heure de la mise en ligne des serveurs du jeu, ceux-ci ont juste eu le temps de dire bonjour avant de se faire rouler dessus par un bon million d’affamés, et de fermer leurs portes dans un râle d’agonie. Heureusement, les choses sont rapidement rentrées dans l’ordre, même si depuis, les temps de connexion sur Battle.net demeurent plus longs que d’habitude.

D’ailleurs, c’est là l’occasion d’aborder le premier problème (espérons un des seuls) de ce Diablo III : la nécessité d’être constamment connecté aux serveurs Battle.net pour profiter du jeu. Évidemment, ce n’est pas une sinécure non plus, la chose existant déjà pour Starcraft II, par exemple. Mais d’un point de vue gameplay, on n’y trouve aucune vraie valeur ajoutée, et cela laisse le joueur tributaire des coupures pour maintenance, des aléas techniques de Battle.net ou de ceux de sa connexion Internet...

Diablo III 02 Diablo III 04

Diablo III 03 Diablo III 05 Diablo III 06 Diablo III 08

Enfin… Ce premier écueil étant franchi, nous voilà devant l’écran d’accueil du jeu, et devant un choix important : celui de notre classe de personnage. Vous le savez sans doute, Diablo III en propose 5, parmi lesquelles le barbare, le moine, le féticheur, le sorcier et le chasseur de démons. Nos exigences sont simples : il nous faut un personnage qui en impose, et qui dise au joueur d’en face : «  Alors ? C’est qui le bogoss ? C’est qui le patron du Sanctuaire ? ». Pour nous aider, Blizzard a judicieusement accompagné les descriptions de chaque classe de vidéos représentatives de leur gameplay. De par sa puissance, et son physique impressionnant, le barbare nous apparaît très vite comme l’unique choix possible. On prend quelques secondes pour personnaliser notre bannière, cet artifice qui va s’étoffer au fil de nos heures de jeu, et qui montrera à nos amis l’état de notre avancement et les exploits réalisés, et hop : nous voilà projeté à l’entrée de Nouvelle Tristam !

Diablo III 09 Diablo III 08

Alors bien sûr, on pourrait prendre quelques minutes pour vous parler du scénario, de cette météorite qui s’est écrasée sur la cathédrale de la ville, ou de ces zombies qui poussent à tous les coins de rues, mais franchement… On s’en fout ! La seule chose que l’on retiendra de nos premiers pas, c’est que le jeu est quand même super beau ! Pourtant, ces derniers temps, on en a vu passer des RPG plutôt jolis, des Path of Exile, ou même des Torchlight II, dont nous vantions les mérites encore la semaine dernière… Mais là, on n’est tout simplement plus dans la même catégorie : ces décors avec un très léger effet de cell shading, cette profondeur de champ pleine de relief, ces textures ciselées avec minutie, cette manière de toujours proposer le juste niveau d’animation, c’est vraiment du travail d’orfèvre.

D’ailleurs, cette remarque ne s’applique pas seulement à la partie visuelle : les voix françaises collent parfaitement aux personnages et sont toujours dans le ton juste. En bref, c’est propre, c’est carré, c’est du Blizzard quoi. A noter ce détail qui peut paraître anodin mais qui nous a beaucoup plu : cette manière de disséminer les informations sur l’histoire à travers de petits contes audio, que l’on trouve à force d’exploration, et qui se déclenchent et s’écoutent, sans qu’on ait à interrompre le fil de notre progression ou de nos actions.

Diablo III 13 Diablo III 10 Diablo III 11 Diablo III 12

Derrière la claque esthétique et technique, c’est aussi l’impression de puissance que l’on ressent aux commandes de son personnage qui surprend. Chaque coup de hache génère un choc sonore d’une rare violence, avec pour conséquence l’éparpillement de la pauvre victime sur plusieurs mètres. C’est assez surréaliste, à tel point que l’on se demande si ce n’est pas un peu trop. En effet, avec des coups de base aussi tonitruants, il risque d’être difficile d’assurer une progression en termes de rendu de puissance. A voir... Et tant qu’on est dans les critiques, nous voudrions officiellement nous insurger contre le ridicule de ces ailes angéliques qui nous ont été fournies avec le package collector. Autant avec un mage, l’effet a du sens, autant sur notre Barbidur, franchement, le résultat est navrant. Qu’importe, dirons les fans : l’important, c’est qu’on ait l’ivresse, et re-précisons le pour être sûr que tout le monde ait bien imprimé, les sensations sont très agréables, même si l’on n’aurait pas été contre un rythme un poil plus rapide, à l’image, par exemple, de ce que nous a offert Torchlight II lors de sa bêta.

Un défaut que l’on pourrait mettre en parallèle avec la relative facilité avec laquelle nous avons atteint le roi squelette, qui marquait la fin de la version bêta. Pas une mort, pas même une sueur froide : notre barbare a écrabouillé avec une certaine délectation tout ce qui se présentait devant lui. Il faudrait quand même que les choses s’accélèrent un peu, dans la mesure où on ne se voit pas refaire le jeu trois fois avant d’arriver à un niveau de difficulté digne de ce nom (pour mémoire, rappelons que l’on doit finir le jeu en difficulté normale pour avoir le droit d’accéder au niveau suivant). Bien... Il faudrait qu'on vous parle crafting, système de compétences, donjons, compagnons, mais on avait dit qu’on éviterait les romans fleuves, et de toute façon, Battle.net nous a pris en grippe et nous crache des erreurs 75 en boucle. On vous a dit que la connexion internet obligatoire, c'était ultra pénible ? Oui ? D'accord, c'était juste pour être sûr.

DAY 2 : Blizzard la joue petits bras

Hallelujah, les amis ! Ces fameux serveurs si capricieux d’hier semblent avoir retrouvé une seconde jeunesse. Toutes nos tentatives de connexion d’aujourd’hui ont été couronnées de succès, et notre Barbidur en a largement profité pour prendre de la bouteille. Parmi ses faits d’arme, signalons cette belle victoire contre la sorcière Magda, ou ce titre de « boucher » qu’il a su gagner à la force de ses coups de hache. Et pourtant, malgré tous ces succès, notre barbare demeure contrarié... Car voyez-vous, il a passé sa journée à enchaîner les packs de monstres sans jamais éprouvé la moindre difficulté, ni la moindre résistance. Pire : figurez-vous qu’en deux jours d’affrontements, il n’a pas encore été envoyé une seule fois au tapis !

C’était grisant au début, c’est devenu un peu ennuyeux autour du niveau 15. A l’aube de l’acte III, et après une grosse quinzaine d’heures de jeu, disons les choses clairement, ça devient problématique. Car comme nous le soulignions hier, le passage par le mode normal est une obligation pour accéder à plus de challenge. Et si le joueur non averti pourra probablement s’en accommoder (encore que), l’amateur du genre, lui, va avoir l’impression de se cogner un tutoriel d’environ 25 ou 30 heures avant de commencer à s’amuser. Oui, comme vous dites, c’est un peu long...

Diablo III 14 Diablo III 15

Diablo III 16 Diablo III 17 Diablo III 18 Diablo III 19

D’ailleurs, à ce problème de difficulté s’en ajoute un autre : le loot, pierre angulaire du hack’n slash, nous a paru un peu chiche. Il est très difficile d’obtenir des objets de son niveau, et à fortiori, de bonne qualité. En fait, pour bien faire, Blizzard aurait au moins du rendre accessible dès le départ les deux premiers niveaux de difficulté. Malheureusement, ce n’est pas le cas, et forcément, dans un hack’n slash, quand le loot se fait rare, et que les combats deviennent trop routiniers, l’ennui fait qu’on s’attache un peu plus à certains défauts que l’on ne percevait pas avant. Par exemple, notre compagnon... Mais que vient-il faire là ? On dirait une fonctionnalité que les développeurs ont implémenté en se disant : « Collons y un compagnon, c’est à la mode, et on verra ce qu’on en fera après... ». Sauf qu’entre le moment où la décision a été prise et la sortie du jeu, ils ont complètement oublié de lui donner un rôle, à notre ami.

C’est bien simple, IL NE SERT A RIEN, à part à gâcher notre plaisir en baissant encore la difficulté du jeu. On peut à peine les équiper (une arme, un bouclier, et quelques babioles), on ne peut leur confier aucune mission, comme d’aller revendre notre surplus d’équipement, et ils n’ont aucune incidence sur le déroulement du scénario. En résumé, ce sont de purs boulets qui retournent jouer à la ville dès que l'on s'attaque aux quêtes en multijoueurs. Et la remarque vaut également pour l’identification d’objets. Mais à quoi sert-elle ? Pour la déclencher, il suffit d’opérer un clic droit sur l’ustensile inconnu, et tous ses pouvoirs sont révélés. Pas de potions à trouver, pas de parchemins à acheter... Dans ce cas, pourquoi maintenir cette procédure ?

Diablo III 33 Diablo III 23

Diablo III 20 Diablo III 21 Diablo III 22 Diablo III 24

Bien sûr, ces exemples ne sont que des détails, mais ils sont révélateurs de l’orientation prise par Blizzard pour ce Diablo III : non seulement ils n’ont pas cherché à innover, mais bien souvent, ils se sont contentés du strict minimum. Prenez les vendeurs, ou le crafting comme autres exemples : les premiers n’offrent que rarement des objets intéressants, et le second se limite aux armes, gemmes et armures (pas de bijou genre colliers ou anneaux), ne donne pas la possibilité d’améliorer un objet existant, et coute un bras. Dommage quand on pense à quel point le jeu était attendu, et si l’on considère que Blizzard avait largement le temps et les moyens de mieux faire. Seul exception peut être, le système de compétences, assez nouveau, mais qui fonctionne assez bien une fois en jeu.

Le principe est simple, vous avez une barre de raccourcis contenant 7 emplacements organisés comme suit : les quatre premiers sont dédiés à la personnalisation du build, les deux suivants (clic droit et gauche de la souris) génèrent des attaques basiques et directes, et le dernier est réservé pour l’utilisation de potions. De base, les différents slots ne sont pas interchangeables et chacun dispose de  pouvoirs qui lui sont propres. Par exemple, notre barbare niveau 24, dans son second slot, aura le choix entre lames des anciens, vengeance ou charge furieuse. Il ne pourra pas décider d’en prendre deux et de les répartir à sa guise dans sa barre de raccourcis. Un manque de souplesse qui est en fait une manière de familiariser le joueur avec les différentes compétences et réduire considérablement les possibilités d’erreur de développement. Par la suite, et avec plus d'expérience, on pourra disposer de sa barre de raccourcis et de ses aptitudes comme on l'entend, en activant le "mode personnalisable" dans les options de jeu. A noter également qu'il sera possible en progressant de niveau d'ajouter un effet secondaire à chaque pouvoir pour le personnaliser légèrement. Le système est donc simple, adaptatif, et facile à prendre en main.

Diablo III 27 Diablo III 32

Diablo III 29 Diablo III 30 Diablo III 28 Diablo III 25

Du coup, que penser de cette nouvelle session ? Clairement, Diablo III ne fera pas un sans faute. Il n’est toutefois pas question de remettre en cause les bonnes appréciations délivrées la veille : artistiquement, on trouve toujours que ça tabasse, notamment autour du manoir de Loeric ou du Temple englouti, par exemple (mais c’est aussi une question de goût). Le jeu contient de bonnes idées narratives, les personnages sont agréables à prendre en main, et les donjons font preuve d’un joli dynamisme, entre pièges, éléments de décor à activer, PNJ à découvrir et bestiaire varié.

Par contre, il faut reconnaître que l’équilibrage de la difficulté reste un problème important, de même que le manque de soin apporté aux fonctionnalités annexes. Sauf bouleversement, Diablo III devrait donc être un bon hack’n slash, alors qu’il aurait pu être la nouvelle référence. Demain, nous lâcherons un peu le clavier et la souris pour enfiler nos blouses blanches et brandir nos tournevis : au programme, 3DVision, essais de GPU, et autres joyeusetés. On vous parlera aussi probablement du mode multi, et de l’hôtel des ventes avant de délivrer notre verdict.

DAY 3 : Multi vitamine

Bonne nouvelle ! En ce vendredi matin, nous avons enfin réussi à mourir ! Bon, certains d’entre vous pourraient se demander en quoi c’est une bonne nouvelle, mais de notre côté, on commençait sérieusement à douter que ce soit possible. Toutefois, précisons que cette défaite n’est pas arrivée fortuitement. Elle tient à une simple option que nous avons cochée avant de lancer notre première session de la journée : déclarer une partie publique. De fait, notre avancement devenait accessible aux yeux de tous les autres joueurs, et n’importe qui le souhaitant pouvait nous rejoindre pour déboîter du démon. Une des conséquences de ce mode de jeu, c’est d’abord le rehaussement sensible de la quantité de créatures à exterminer, et donc, par extension, du niveau de difficulté. Oh, il n’y a toujours rien d’insurmontable, mais c’est toujours ça de pris. Egalement, nous avons pu constater que la qualité des loots avait tendance à s’améliorer. Mais surtout, cette abondance d’adversaires donne un bon coup de boost au rythme du jeu. Les clics deviennent plus frénétiques, et l’on prend clairement plus de plaisir à progresser.

Diablo III 44 Diablo III 34

Diablo III 47 Diablo III 46 Diablo III 45 Diablo III 42

Toujours au chapitre des bonnes nouvelles, nous avons trouvé une solution pour s’équiper avec goût : l’hôtel des ventes. Ce dernier est simple à utiliser, les prix pratiqués sont tout à fait accessibles au regard du niveau du personnage à habiller, et vos achats vous sont envoyés directement dans votre coffre, celui là même qui vous sert à échanger des objets entre vos différents avatars. Seul bémol, et cela rejoint le problème auquel nous faisions référence plus haut, quand à la relative inutilité des PNJ en jeu : nous aurions apprécié de pouvoir accéder à ce marché en ligne directement en cours de partie, sans avoir à se déconnecter pour retourner à l’écran d’accueil de Battle.net. Quant à la fonction si controversée qui permet d’utiliser de l’argent réel pour acheter du matériel, elle ne sera activable qu’à compter du 23 mai prochain, sauf surprise. L’occasion pour nous de glisser un mot sur ce modèle économique qui nous laisse plus que perplexe : évidemment, Blizzard est conscient que sa vache à lait, World of Warcraft, n’a pas vocation à durer éternellement, et il est du coup absolument normal qu’il cherche de nouvelles manières de se financer.

Diablo III 39 Diablo III 37 Diablo III 38 Diablo III 41

Toutefois, au-delà de se poser la question de savoir si cet hôtel des ventes peut rapporter de l’argent, on peut se demander si cette solution est moralement acceptable... Car quels seront les principaux utilisateurs de ce système ? D’un côté, nous aurons Paul Henri, qui compensera son manque d’assiduité en jeu par le portefeuille bien garni de ses parents. Et de l’autre, Pong, jeune chinois d’une vingtaine d’années, qui va passer sa journée à farmer des objets pour un salaire de misère, clandestinement et sans sécurité sociale. Et autant le premier peut faire ce qu’il veut de son argent, après tout, c’est son droit, autant le second, on doute qu’il le fasse par amour du jeu. Ce que fait Blizzard, ce n’est ni plus ni moins que le cautionnement de cette infâme pratique qu’est le goldfarming et l’espoir d’en tirer un profit substantiel. Pour notre part, nous considérons, peut être un peu naïvement, que le jeu vidéo devrait rester un divertissement culturel comme le cinéma ou la musique, et que les joueurs ne devraient pas avoir la possibilité d’en faire un business au même titre que les éditeurs et les développeurs. D’ailleurs, la firme américaine a du revoir sa copie dans sa version coréenne, les autorités du pays considérant que le titre tenait plus du jeu d’argent que du jeu vidéo. Il est dommage qu’ils soient les seuls à avoir réagi de la sorte.

Diablo III 47 Diablo III 46

Bien... Ces considérations philosophiques étant évacuées, revenons à des sujets plus légers, et voyons ce que le jeu a à offrir d’un point de vue purement technique. Depuis la version 285.62 WHQL de leurs drivers, les cartes Nvidia peuvent profiter d’un profil 3DVision dédié à Diablo III. Toutefois, s’il reste très correct dans l’ensemble, l’affichage dans ce mode ne sera pas sans défaut. Le positionnement de la souris est précis, mais les ombres engendreront, comme dans bien d’autres jeux, des problèmes de scintillement. Il vaudra mieux les désactiver carrément en 3D. Quant aux performances dans un affichage standard, vous trouverez ci-dessous un tableau récapitulatif des données que nous avons collectées, ainsi que des captures comparatives de différents réglages graphiques.

Diablo III - FPS

Comme on le remarque dans les quelques tests CPU que nous avons pris le temps de mener pour Diablo III, le processeur ne change pas grand chose aux résultats obtenus. Le moteur du jeu est donc développé pour tirer surtout partie des cartes graphiques. Si vous devez faire évoluer un composant de votre PC pour gagner en fluidité avec le dernier jeu de Blizzard, c'est donc du côté des GeForce et des Radeon qu'il faut regarder. D'ailleurs, il n'est pas obligatoire de disposer d'une carte très récente pour en profiter dans de bonnes conditions. Surtout si l'on accepte de jouer avec quelques réglages graphiques en moyen. Du coup, les plus grosses cartes du marché s'amusent comme des petites folles à plus de 100 FPS, quand les joueurs dotés de configs plus modestes sont ravis de pouvoir y jouer sans avoir à claquer de thune dans le matos...

Diablo III Low 01 Diablo III High 01

Diablo III Low 03 Diablo III High 03

A gauche, les réglages graphiques sont au minimum, et à droite, au maximum

Technique, hôtel des ventes, impressions de jeu, il semblerait que nous ayons fait un tour assez complet de ce troisième épisode. Reste à se retrouver demain pour finaliser tout ça, et en espérant qu’on aura réussi à venir à bout du puissant... Ah non... Chut, on ne va pas vous spoiler !

DAY 4 : The final countdown

Nous voici enfin arrivé au bout de cette semaine de test, et comme convenu, nous nous retrouvons pour une petite synthèse. Evidemment, et vous l’aurez constaté en tête d’article, Diablo III s’en sort avec une note tout à fait honorable : il est beau, bien optimisé, très agréable à prendre en main, et offre suffisamment de spectacle pour palier à son manque de challenge, au moins en mode normal. Et puis c’est tout de même Diablo, bon sang ! Même si ce genre de considération ne devrait pas entrer en ligne de compte dans la notation, il faut reconnaître qu’on ne peut s’empêcher d’éprouver un certain contentement à l’idée de parcourir un nouvel épisode de cette série mythique.

Maintenant, il est aussi vrai que Blizzard aurait pu faire mieux, et même, nous avait habitués à mieux. En termes d’équilibrage, nous l’avons dit, mais aussi en termes de fonctionnalités : les compagnons, ou le crafting, par exemple, auraient pu apporter un plus au titre, s’ils avaient été traités avec plus de soin. A force de vouloir viser un public le plus large possible, Blizzard nous offre donc un jeu certes réussi, mais aussi très lisse, sans grande surprise. Reste deux points qui n’ont rien à voir avec des considérations de gameplay, mais qui pourrait bien faire reculer certains joueurs : l’obligation de rester connecté au service Battle.net pour profiter du jeu, et l’instauration de cet hôtel des ventes où les objets se négocient au choix, avec de l’argent virtuel, ou réel. Deux points qui, pour notre part, et sans renier le plaisir que nous avons pris à parcourir le jeu, nous ferons probablement préférer le prochain Torchlight II, ou Grim Dawn, s’il sort un jour.

La suite, pour les joueurs de Diablo III, se passera en haut-niveau, dans des modes de difficulté plus extrêmes, à la recherche des objets les plus rares, seul ou en groupe, avant que le PvP ne débarque. Une chose est sûre, niveau durée de vie, Diablo III contentera les fans du genre pendant longtemps.

Diablo III End

Diablo III - Disponible - Environ 60€
Config' minimum : Processeur Pentium D 2,8 GHz, 1,5 Go de RAM, carte graphique Nvidia GeForce 7800 GT or ATI X1950 Pro avec 512 Mo de RAM, 12 Go d'espace libre sur le disque dur
Config' recommandée : Processeur dual core 2,4 GHz, 2 Go de RAM, carte graphique Nvidia Geforce 260 ou ATI Radeon HD 4870 avec 1 Go de RAM, 12 Go d'espace libre sur le disque dur.

LE VERDICT

Attendu par des fans du monde entier pendant tant d'années, Diablo III arrive et se paye un lancement malheureusement entaché par des couacs techniques. Sinon, il répond globalement aux attentes des joueurs, même si à haut niveau le manque de challenge se fera rapidement sentir pour les plus gros joueurs. Reste un modèle de hack'n'slash, facile à jouer mais terriblement profond au-delà des apparences.

Les plus
  • Belle direction artistique
  • Une ergonomie aux petits oignons
  • Meurtre Mort Détruire
Les moins
  • Vraiment trop facile en mode normal
  • Tributaire des aléas de Battle.net
  • Quelques choix de gameplay discutables

COMMENTAIRES
#1 - Le 16/05/2012 à 19:03

j'ai jamais joue a ce jeu mais en 2000 quand j etais encore etudiant et que j'arpentais assiduement le Lan Cafe du coin j'Ai toujours ete intrigues par diablo 2 et la populasse qui y jouent..

Ma question est la suivante..

L'hhistoire du 3 est il la continuite du 2 en profondeur ou juste un survol pour jouer a autre chose mais en restant dans l'esprit diablo 2 et 1..

Je serais tente de me l'acheter car j'ai jamais jouer a un hack and slash et j'aime la nouveaute(quoique Wow c'etait bien au debut alors que maintenant...)..

Par contre la connexion permanente je pense que cela est due au fait qu'il y ait un hotel des ventes sur le 3 et que forcement, faut etre sur le net pour commercer^^

#2 - Le 16/05/2012 à 19:19

Les très nombreux fans de hack & slash qui ont apprécié Titan Quest et Diablo apprécieront probablement "GRIM DAWN", sans DRM ni connection permanente et possibilité de réseau local (LAN).
L'équipe mérite d'être supportée (ils utilisent la plateforme de lancement kickstarter.com)

http://www.kickstarter.com/projects/crateentertainment/grim-dawn

#3 - Le 16/05/2012 à 19:29 - modifié le 16/05 à 19:30

Hello,

@scarachanga :
Alors en fait, ça fait plein d'interrogations, du coup :).
- Déjà, la connexion permanente : ne nous leurrons pas, c'est pour lutter contre les vilains pirates :), point barre. Après évidemment, on pourra argumenter que ça apporte un côté social, que tu peux montrer ta bannière, jouer en coop, tout ça. Le fait est que tu peux le faire aussi sur plein d'autres jeux, qui eux, propose un solo sans obligation de connexion. On aurait aussi pu imaginer une connexion à l'hdv selon les besoins.
- Ensuite, L'histoire propose effectivement une suite à Diablo II Lord of Destruction. L'univers, la mythologie, sont les mêmes. On retrouve d'ailleurs quelques endroits et PNJ connus.
- Enfin, pour ce qui est d'un achat, je ne veux pas spoiler la suite de mon test, mais je te conseille quand même d'attendre... :s

@+

#4 - Le 16/05/2012 à 19:59

@scarachanga :
Il y a une suite dans l'histoire, toussa, mais ça reste un Hack&Slash. Si tu n'as pas joué à D1 et/ou D2 ça ne devrait pas t’empêcher d'apprécier le jeu (pour peu d'accrocher à ce type de gameplay).

#5 - Le 16/05/2012 à 20:10

Pour moi c'est la premiere fois que je joue a diablo 3. Depuis longtemps que j'entends diablo 2 et j'ai voulu sauter le pas... Eh bein, depuis que je l'ai j'arrive pas a décrocher (si on arrive a se connecter)un jeu extrement addictif et fun. Par contre ou je suis pas trop d'accord, je trouve les graphismes et couleurs ternes (dommage) sans vraiment de relief, de la meme trempe que starcraft 2. Voilà pour mon point de vue et surtout un jeu extrement long (vous en aurez pour votre argent)

#6 - Le 16/05/2012 à 21:28 - modifié le 16/05 à 21:29

ah ben au moins j'ai plusieurs avis, merci,d'un cote j'ai cyril qui a surement due jouer aux precedents d'ou sa phrase de fin et son recul et d'un autre goldengrams qui debute dedans et dont l'avis est divergent totalement^^

Pour la decision d'Achat j'en ai d'Autre avant diablo 3(comme GTA 5,bioshock,C&C Generals 2 tous en 2013 mais ca reste diablo le prochain sortira surement dans 10 ans dc j'ai de la marge pour m'y mettre^^), c'etait juste pour varier les plaisirs sur PC et changer des RTS et FPS multi..

Par contre le fait de devoir rejouer au jeu avec plusieurs niveau de difficulte, les niveau evolue, change ou c'est juste les ennemis qui augmente en level car ca aussi ca coince de mon cote, car devoir refaire le jeu 4 fois juste pour du matos a equiper(ou sans doute d'autres choses du meme accabit), je trouve ca pas top...

Ou alors c'est moi qui n'ait pas compris

quoiqu'il en soit merci des reponses^^

#7 - Le 16/05/2012 à 22:26

Hem.... psitt les gars... Ok c'est des Coreens, ca explique m'enfin quand meme.. oO

http://www.jeuxvideo.com/[...]-par-des-coreens.htm

#8 - Le 16/05/2012 à 23:39

Plocploc
Hem.... psitt les gars... Ok c'est des Coreens, ca explique m'enfin quand meme.. oO

http://www.jeuxvideo.com/[...]-par-des-coreens.htm

"en mode normal"... Ok, donc en fait ils ont rien fini quoi :o

#9 - Le 17/05/2012 à 01:00

J'ajoute mon premier retour après 2h de jeu :
- C'est beau mais sans plus je trouve, pas de quoi révolutionner le monde vidéo ludique, des effets sympas mais c'est pas très important, c'est pas moche non plus ^^
- ça y est, je suis déjà addict (Witch lvl9, je prends mon temps), n'ayant jouer ni à D1 ni D2, et bien D3 m'a fait arrêté BF3 et autre CoD, et même Mass Effect 2 que je n'ai tjs pas fini (je sais j'ai le 3 qui m'attend déjàwink
- niveau difficulté => encore jamais mort, juste un level up dans un guet-apens qui m'a sauvé les miches ^^
- l'édition collector maintenant introuvable à prix correcte est très belle, juste effectivement les ailes "mito-touch" qui ne servent absolument à rien d'autre que faire super joli avec ma Sorcière ^^

Bon aller, au pieu car demain je finis vite mes travaux pour aller péter la tronche à ces sacs d'os et autres chairs puutréfiées !!!

#10 - Le 17/05/2012 à 03:18

Pour ceux qui trouvent les graphismes un peu fades, vous pouvez utiliser un mod comme celui-ci http://darkd3.com/

Les commentaires sur ce document sont clos.

POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld