Test : Ghost Recon Future Soldier

Vous mourrez tous d’envie de savoir ce que vaut la version PC de Ghost Recon Future Soldier, n’est-ce pas ? Allez, on vous donne un indice : la précommande, c’est mal.

Dans la mesure où nous autres, journalistes, sommes informés de manière très régulière des événements qui ponctuent le développement d’un jeu, il faut avouer qu’il est assez rare d’arriver à la veille d’un test sans avoir un minimum d’a priori sur celui-ci. Et la chose est encore plus vraie lorsqu’il s’agit d’un Ghost Recon Future Soldier, dont nous vous racontions encore les déboires il y a quelques jours à peine, après une sortie plutôt mouvementée outre-Atlantique : résolutions bloquées, clavier et souris inutilisables, frame-rate qui a fait yoyo en deuxième langue… bref, un faisceau d’éléments concordants, comme on dit chez nous, qui nous laissaient à penser que nous aurions probablement droit à une version PC bien en deçà de nos espérances. Et pourtant… pourtant on continuait d’y croire.

Future Soldier 01 Future Soldier 03

Future Soldier 02 Future Soldier 04

Parce que nos quelques rencontres avec le jeu, dans sa version console, nous avaient fait plutôt forte impression, et qu’il était difficile d’imaginer qu’un gameplay à ce niveau soit complétement gâché du simple fait d’un portage moyen. Ensuite, parce qu’Ubisoft, malgré son manque évident de considération vis-à-vis de notre support préféré, a prouvé plus d’une fois qu’il disposait d’un staff d’excellents développeurs : il n’y a qu’à voir le nombre de convives qui ont perdu toute retenue après la présentation de Watch Dogs au dernier E3. Et puis, lors de l’installation du jeu, ce petit passage de la version 1.0 à la version 1.2 ne nous aura pas échappé, sûrement le signe que l’équipe d’Ubi a travaillé d’arrache-pied pour nous offrir la meilleure expérience possible. Oui, on continuait d’y croire… bah on avait bien tort.

Ze portage of ze honte

Ainsi, nos espoirs se sont envolés en quoi… Deux minutes ? Oui, c’est ça, deux minutes… le temps pour nous de mettre les pieds dans le tutoriel et de recevoir en pleine figure toute la médiocrité de la réalisation. On commence par quoi ? Les animations faciales sont sommaires, les textures oscillent entre le correct et le franchement abominable, la structure des décors est honteuse, avec notamment un aliasing à décorner les bœufs (OK, ça veut rien dire, mais ça faisait rire la rédaction). D’ailleurs, une mention spéciale est décernée aux herbes folles qui parcourent la plaine de Zambie, et qui nous interdisent tout déplacement rampant sous peine de vomir d’horreur… Et bien entendu, pauvreté graphique ne signifie pas pour autant gain de FPS, puisque le titre, toutes options à fond, se hisse tout juste au niveau d'un Max Payne 3, qui lui, offrait pour la même puissance un tout autre spectacle.

Future Soldier Herbes 02 Future Soldier Herbes 01

Les herbes folles de la honte !

Future Soldier LD 01 Future Soldier HD 01

De gauche à droite : réglages au minimum puis au maximum, sous DX11

Bench Ghost Recon FS

On a même cru un instant que le jeu allait nous conduire tout droit dans l’enfer du Blue Screen of Death, lorsque des artefacts roses et bleus se sont mis à poper… Et là, on n’aborde que la partie visuelle de l’iceberg, si on peut dire ! L'environnement sonore n'est ainsi pas mieux loti, les dialogues sont sans cesse hachés, et on les distingue très mal au milieu des sons environnants, ce qui nuit notablement à l’immersion. Vous allez nous dire, « y a qu’à faire un tour dans les réglages »… Oui, sauf qu’évidemment, rien n’est modifiable à la volée : que ce soit les graphismes, la configuration des touches, ou les niveaux sonores. En un mot : un scandale !

Ils z’ont tué Kenny ! Enfin, sa version PC…

Et la chose est d’autant plus scandaleuse qu’on continue malgré tout d’entrapercevoir, bien caché sous cette épaisse couche de crasse, un gameplay qui méritait tellement mieux. Certes, on admettra que la narration n’est clairement pas le point fort du jeu : les cinématiques sont peu explicites, et de toute façon, l’intrigue se résume à ce court pitch : ennemis de l’Amérique encore debout, toi leur mettre un bon coup de pied dans les rotules pour leur faire passer l’envie de nous emmerder. En revanche, dès que l’on entre dans le vif du sujet, à savoir les missions proprement dites, le jeu révèle un gameplay nerveux, fluide, varié, avec notamment des cartes proposant des configurations très différentes : tantôt de larges étendues, tantôt des passages plus étroits, mais présentant toujours de multiples points d’entrée. Les gadgets futuristes seront aussi de la partie, et se poseront comme autant de leviers d’infiltration potentiels : par exemple, le drone deviendra rapidement votre compagnon le plus fidèle, vous permettant de repérer le terrain, en volant, ou en se transformant en mini véhicule roulant.

Future Soldier 11 Future Soldier 06

Future Soldier 09 Future Soldier 08 Future Soldier 07 Future Soldier 05

On disposera aussi d’une vision magnétique, d’un camouflage optique, ou de puissants capteurs capables de détecter les forces en présence dans un certain périmètre, malgré les murs ou obstacles. Une jolie panoplie dont on pourra certes s’affranchir lors des premiers niveaux, mais qui deviendra vite indispensable à notre survie avec l’augmentation exponentielle du nombre de soldats à affronter. La discrétion sera dès lors le maître mot de notre progression, une approche par trop agressive étant souvent sanctionnée par un retour au checkpoint le plus proche. Il faudra étudier le terrain, marquer les cibles, et profiter au maximum de l’IA de nos compagnons, pour une fois tout à fait honorable, il faut le signaler. Ils sauront toujours se placer avec discrétion, et vous épauleront en cas de coup dur. Si certains pourront regretter l’impossibilité de leur donner de véritables ordres, il sera tout de même possible de leur fournir quelques indications, comme leur demander de concentrer leurs tirs sur un point ou une cible précise

Frustration, quand tu nous tiens…

Identique à sa version console, la campagne solo proposera pas mal de variations de rythme, entre des phases rappelant un peu l’ancêtre Opération Wolf, des actions synchronisées, pour entrer dans un bâtiment, ou des objectifs chronométrés. Mais c’est bien à plusieurs que le jeu offrira le plus de sensations. Outre la possibilité d’effectuer toute la campagne en coopération, de nombreux modes permettront de prolonger l’expérience. Côté compétitif, on trouvera par exemple des matchs à mort par équipe, et avec objectifs, des sièges où un camp sera chargé de défendre une zone tandis que l’autre devra y prendre position. Et côté coopératif, c’est le mode guérilla qui aura notre préférence. Un mode qui consistera conquérir une place, puis à la tenir contre des vagues d’adversaires divers et variés (furtifs, en blindé, soldat sniper, ou spécialistes armés de bouclier, etc…).

Future Soldier 16 Future Soldier 15 Future Soldier 14 Future Soldier 13

Réussi sur le fond, mais complétement bâclé sur la forme, cette version PC de Ghost Recon Future Soldier nous fait finalement osciller en permanence entre envie et frustration, entre la vision de ce que le jeu aurait pu être (une belle tuerie) et ce qu’Ubisoft en a fait, un portage complétement raté. Bien sûr, on peut toujours espérer des corrections dans les semaines ou les mois à venir, et l’activation éventuelle de textures HD, ou de la 3D stéréoscopique (l’option existe bien dans les menus de réglages, mais se trouve grisée pour l’instant). Mais en l’état, et pour notre part, c’est clairement la frustration qui aura primé, un sentiment qui explique la note plutôt sévère par rapport à la plupart des tests effectués par d'autres sur consoles.

LE VERDICT

Cette version PC de Ghost Recon Future Soldier est l'exemple typique d'un portage fait à la va-vite, d'un jeu doté d'un gameplay varié et bien pensé mais dont on ne retiendra finalement que les multiples problèmes techniques. Sans commentaire...

Les plus
  • Bonne profondeur tactique
  • IA plutôt réussie
  • Contenu conséquent en solo comme en multi
  • Gadgets toujours plus nombreux
Les moins
  • Un portage PC honteux
  • Narration poussive

Les commentaires sur ce document sont clos.

Publié le Modifié Par
Catégorie : Jeux Vidéo
Tags :
3 commentaires
POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld