Test : Nintendo 3DS XL

Suffisait-il d'augmenter la taille de l'écran 3D de la portable pour corriger tous ses défauts et en mettre plein la vue aux joueurs ? C'est ce que nous allons voir...

Comme la Nintendo DS en son temps, la Nintendo 3DS n’échappera pas aux déclinaisons. Mais alors qu’il avait fallu attendre près de 6 ans entre la sortie de la DS et celle de la DSi XL, cette fois-ci Nintendo a été bien plus réactif. Ainsi, 16 mois après sa sortie, la 3DS passe à la taille supérieure. Une prise d’embonpoint que Nintendo met à profit pour offrir un écran supérieur en 3D sans lunettes plus grand (4,88’’ contre 3,5’’), représentant une surface d’affichage 90% plus étendue. L’écran tactile résistif passe lui de 3,02’’ à 4,18’’ et reste en 320 x 240 pixels, demeurant assez décevant à côté de l’écran qui le surmonte, et offrant un toucher tactile bien moins fluide et agréable que sur un smartphone ou une tablette à écran capacitif. Inutile toutefois de le nier, le confort visuel monte d’un cran et la sensation de relief est renforcée.

90% d'affichage en plus

Nous ne sommes pas vraiment sujets aux maux de tête lors de l’utilisation de dispositifs 3D, et n’avons pas constaté de différence à ce niveau entre les deux versions. Si ce n’est peut-être qu’il faut se montrer encore plus stable face à la console pour éviter les décrochages. Les jeux profitant du gyroscope pour les contrôles vous obligeront à désactiver l’effet, ou à choisir un autre mode de commandes. En revanche, il est très agréable de pouvoir profiter de la 3D sur un écran de cette taille. Un écran dont la résolution reste inchangée (800 x 240 pixels, soit 400 x 240 pixels pour chaque œil). Le rendu en ressort un poil moins fin et davantage pixélisé, mais la différence de perception est assez faible et la qualité d’image est au rendez-vous.

Test Nintendo 3DS XL (15)      Test Nintendo 3DS XL (9)
Accéder à la galerie complète (24 photos)

Mais pour intégrer un tel écran, il fallait retravailler le design général de la console. C’est d’ailleurs sa taille (et oui, XL) qui saute aux yeux au premier abord. Les chiffres parlent d’eux-mêmes, la 3DS XL est 46% plus volumineuse que sa petite sœur, même si elle ne prend que 1 mm d’épaisseur. Ses dimensions (93 x 156 x 22 mm) ne sont toutefois pas un problème à notre sens, mais plutôt un avantage. En effet, pour concurrencer le jeu sur smartphones et tablettes, mieux vaut proposer la console la plus agréable possible à prendre en main. C’est le cas ici, surtout pour les mains d’un adulte, avec une 3DS XL qui trouve naturellement sa place au creux des paumes et s’avère moins fatigante à utiliser pour les pouces sur de longues sessions de jeu. Seule contrainte, accepter de trimballer une console plus lourde de 100 grammes, qui pèse 340 grammes sur la balance au total. Rien d’insurmontable, on vous rassure.

Test Nintendo 3DS XL (10)     Test Nintendo 3DS XL (12)

Quand on parle de design, on parle de forme, mais aussi plus généralement de tous les petits détails qui caractérisent la console. On constate par exemple que Nintendo a mis de côté le plastique glossy de la 3DS pour porter son choix sur des plastiques un peu moins tape à l’œil à l’extérieur, et mat à l’intérieur. Ce qui a pour avantage de la rendre moins sensible aux traces de doigts. Aussi, la petite diode d’allumage de l’effet de profondeur au niveau du slider a disparu. Tandis que les très pratiques boutons « Select, Home et Start » prennent une nouvelle forme plus traditionnelle. Qu’on se le dise, ces choix ont été dictés par la nécessité pour Nintendo de faire des économies et de soigner sa rentabilité. Non pas que la 3DS XL soit plus cheap, mais on sent que quelque part ses finitions ne sont pas exactement au même niveau. Pourtant, c’est globalement un objet plus réussi. On préfère nettement les courbes de ce modèle XL, plus classe, tout simplement.

Un écran plus grand, c’est bien. Mais pouvoir jouer plus longtemps loin d’une prise secteur, c’est encore mieux. Or sur Nintendo 3DS, l’autonomie n’était pas folichonne. Qu’à cela ne tienne, Nintendo a entendu les critiques des joueurs et dote sa 3DS XL d’une nouvelle batterie de plus forte capacité (1750 mAh). Deux vis suffisent à ôter le capot arrière pour y avoir accès et la remplacer en cas de défaillance. Résultat, alors que la 3DS peinait à tenir un peu moins de 4 petites heures en jeu (3D activée), la 3DS XL tient en moyenne 5 heures. C’est donc mieux, et c’est une bonne nouvelle. Surtout qu’en rétro-compatibilité sur les jeux DS, cela porte l’autonomie à une dizaine d’heures, ce qui est confortable. C’est donc rassurant alors que nous nous attendions à ce qu’avec ses plus grands écrans, la 3DS XL ne tienne pas très longtemps en vadrouille. Notons toutefois que pour arriver à ce résultat, Nintendo a légèrement revu à la baisse la luminosité maximale des écrans, sans que ce ne soit véritablement gênant, la légère différence étant surtout à déplorer en plein soleil à l’extérieur où l’on perd un peu en visibilité. Quant au temps de charge, comptez environ 3h30 pour une charge complète, soit un quart d’heure de plus que pour la 3DS classique.

Test Nintendo 3DS XL (24)     Test Nintendo 3DS XL (22)
Une 3DS XL ouverte. L'accès à la batterie est facile, avec seulement 2 vis à enlever pour déclipser le capot.

Nintendo a donc globalement fait les efforts nécessaires pour accroître l’attractivité de sa 3DS avec ce modèle XL. En revanche, il y a un point qui – au-delà de l’absence de chargeur décriée par tous – fait débat. Il s’agit de l’absence d’un second stick analogique, alors que quelques semaines auparavant Nintendo a lancé la commercialisation d’un immonde accessoire (Circle Pad Pro – 20€) pour la 3DS afin d’ajouter cette possibilité. On a donc beaucoup de mal à comprendre comment le consolier a-t-il pu prendre la décision de retravailler sa portable sur une version plus imposante sans décider d’intégrer de base ce second stick analogique. C’est incompréhensible, d’autant plus que Nintendo nous dit qu’il planche sur une version du Circle Pad Pro pour la 3DS XL… qui alourdira encore la console, et la fera passer au XXL. Vraiment dommage.

Au final, entre une 3DS vendue 160€ et une 3DS XL lancée à 190€, pour nous, il n’y a pas photo : il faut choisir la 3DS XL ! Certes le coup du chargeur reste en travers de la gorge, mais tout pousse à choisir la version la plus grosse, mais aussi la plus confortable, plaisante d’un point de vue visuel, agréable à manipuler, et autonome. Aussi, par rapport à la sortie de la 3DS lors de laquelle nous restions assez mesurés, le catalogue de jeux s’est depuis enrichi de bons titres à même de vous faire craquer (ne serait-ce que pour Mario Kart 7…).

>> Lire notre article sur la 3DS où sont approfondis certains points (3D, Street Pass...).

LE VERDICT

La 3DS XL gomme certains défauts de la 3DS et s'avère globalement meilleure en tout. On préfère son format (plus confortable), ses grands écrans (plus immersifs), son autonomie (rallongée d'une heure) et sa finition (qui tolère mieux les traces de doigts). Dommage que le chargeur ne soit pas dans la boîte, et que Nintendo n'ait pas fait en sorte d'intégrer un second stick analogique.

Les plus
  • 3D plus immersive
  • Prise en mains plus confortable
  • Plus autonome
  • Design plus réussi...
Les moins
  • ... mais moins sophistiqué
  • Où est le second stick ?
  • Où est le chargeur ?
  • Définition d'écran un peu juste

Les commentaires sur ce document sont clos.

Publié le Modifié Par
Catégorie : Jeux Vidéo
Tags : ,
6 commentaires
EN SAVOIR PLUS
GALERIE D'IMAGES
POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld