Test : Alienware X51

Avec le X51, l'ambition d'Alienware est de réduire la taille du PC de jeu. Bonne idée, une micro-tour étant toujours plus sympa à trimballer et intégrer chez soi qu'un boîtier "géant-tour". Petit mais costaud ?

En vous présentant l'Alienware X51 dans la rubrique news, nous savions déjà que nous allions essayer de nous en procurer un pour pouvoir analyser de plus près cette intégration d'un PC "gamer" dans un boîtier au format "console de jeu". Il est vrai qu'il ressemble plus à une grosse Xbox 360 qu'à un Aurora, la bête de 20 Kg au catalogue d'Alienware. Ce qui est sûr, c'est que son design est réussi. Contrat respecté, la tête d'alien aux yeux rétro-éclairés est bien présente en façade, et l'allure de ce X51 ne fait aucun doute quant à sa cible. Mais pourtant, cette bécane s'intègrera très facilement dans un salon sous la télévision sans faire tache.

Rectangle de 34,3 x 31,8 cm, pour 9,5 cm d'épaisseur, l'Alienware est donc à peine plus gros qu'une Xbox 360 ou qu'une PlayStation 3 de première génération, pour un poids d'environ 5,5 Kg. Mélange habile de plastiques glossy et mats, avec des lignes contrastées entre courbes et retours biseautés, le X51 voit son design peaufiné par la présence, sur les côtés, de deux petites surfaces en plastique transparentes à la finition alvéolée qui sont éclairées. Comme toujours chez Alienware, qui dit LEDs dit possibilité de choisir ses couleurs. Cela va de soi. A noter que le X51 peut être installé soit à l'horizontale, soit à la verticale (avec la possibilité de pivoter le logo en fonction).

Sur la façade, on trouve le stricte nécessaire, à savoir le bouton d'allumage intégré dans un coin en arrondi, l'accès au lecteur/graveur de DVD en slot-in, deux ports USB et les habituels Jack. A l'arrière, six USB dont deux USB 3.0, une sortie HDMI 1.4, un port Ethernet Gigabit, les entrées/sorties audio et un module WiFi 802.11 n. Sur les tranches, le plastique est perforé de nombreuses ouvertures pour laisser circuler l'air et aider le système de refroidissement qui expulse l'air chaud à l'arrière. Nos tests de chauffe montreront si l'intégration permet une bonne dissipation de la chaleur.

Alienware X51 (13).JPG Alienware X51 (16).JPG

Alienware X51 (12).JPG      Alienware X51 (8).JPG         Alienware X51 (7).JPG         Alienware X51 (10).JPG

Dans le carton du X51, on trouve aussi un clavier et une souris. Cette dernière n'est malheureusement pas digne d'intérêt pour un joueur qui se respecte. Capteur basique, trois boutons, glisse perfectible et revêtement glossy spécial traces de doigts. Bof. Le clavier est déjà plus sympa, avec un petit design attractif via des touches noires entourées d'un liseré blanc. On regrette néanmoins qu'il ne soit pas pourvu d'un rétro-éclairage paramétrable. Venant d'Alienware, proposer des périphériques de saisie aussi basiques est un peu étonnant. Passons.

Alienware X51 (2).JPGPour en terminer avec les présentations, sachez que le X51 est trop compact pour intégrer un bloc d'alimentation traditionnel. Alienware a donc choisi de proposer un bloc d'alimentation externe de 330W (à gauche sur la photo), du même genre que ceux qui accompagnent les ordinateurs portables, mais en plus gros.

On a souvent raillé la grosse alim' que devaient se trimballer les possesseurs d'une Xbox 360 blanche, mais celle du X51 est pire. Moins haute, elle est plus large et tout aussi encombrante. Il faudra donc lui trouver une place sous le bureau et derrière un meuble, tout en gardant en tête qu'elle pèse à elle seule plus d'1 Kg.

Et dedans, c'est comment ?

Passons à l'étape la plus intéressante : la découverte de la manière dont est agencé l'intérieur du X51. Pour l'ouvrir, rien de plus simple, une seule vis à retirer à l'arrière et il suffit de faire glisser le panneau supérieur pour le désengager, comme pour une paroi de boîtier classique. A l'ouverture on ne voit que le système de refroidissement du processeur, et deux modules en acier derrière lesquels on devine la carte graphique et le lecteur optique. Là encore, ôter trois vis au total suffit à pouvoir retirer ces blocs et voir la carte mère.

Celle-ci est au format mini-ITX, avec un chipset Intel H61 refroidi par un minuscule ventilateur. Sur notre configuration de test, un Core i5-2320 à 3 GHz et 8 Go de DDR3 (deux autres processeurs sont proposés par le configurateur Alienware, un Core i3-2120 et un Core i7-2600). Pas de CPU "K", et pas d'overclocking en vue, ce que l'on comprend vu la machine. De fait, on ne trouvera aucun élément dans le BIOS permettant de modifier les fréquences. A savoir aussi que la carte mère ne propose que deux slots mémoire et que pour augmenter la quantité de RAM, il faudra partir sur un kit dual-channel 2 x 8 Go.

Alienware X51 (17).JPG      Alienware X51 (19).JPG

Le stockage est confié quelle que soit la config' choisie à un disque dur Seagate à plateaux de 1 To à 7200 trs/min au format 3,5"... Ce n'est pas un foudre de guerre, mais il a l'avantage d'offrir suffisamment de stockage pour ne pas être limité en place. En revanche, vu la gamme sur laquelle se positionne habituellement Alienware, on aurait aimé qu'il soit possible de commander un système à base de SSD. Autre déception, l'interface SATA laissée libre est en 3 Gbps, ce qui limitera les perfs dans le cas de l'ajout d'un SSD très performant à la main. C'est envisageable s'il est très fin (préférer un modèle de 7 mm d'épaisseur), ce dernier venant trouver sa place au-dessus du lecteur optique. Pour les plus riches et débrouillards, il est aussi possible de supprimer le disque 3,5" pour le remplacer par deux disques 2,5".

Alienware X51 (28).JPGLa carte graphique est un modèle réservé par Nvidia aux intégrateurs, la GeForce GTX 555, version light de la GTX 560 sur architecture Fermi disposant de 288 processeurs de flux à 736 MHz et 1 Go de GDDR5 à 975 MHz sur un bus 192-bit. Attention toutefois, les versions les moins chères du X51 embarquent une GeForce GT 545, une carte beaucoup moins performante dans les jeux que l'on déconseille aux gamers qui aiment profiter des derniers jeux « tout à fond ». En revanche, il est envisageable de changer la carte graphique soi-même. Le système de fixation pensé par Alienware est malin, permettant de fixer n'importe quelle carte dual ou single-slot qui ne fait pas plus de 24 cm de longueur. Tout en prenant en compte l'unique présence de deux connecteurs PCIe à 6 pins et la puissance de l’alimentation (donc rester sur un GPU qui ne consommera pas plus de 150W en charge).

Quid des perfs, de la chauffe, du bruit ?

Le décorticage étant terminé, il est temps de refermer la boîte pour lancer le système. Outre l'écran de boot personnalisé et le fond d'écran « alien », le Windows 7 Familiale Premium 64-bit installé est tout à fait classique. Il faut en passer par l'Alien Command Center pour avoir accès aux petits réglages esthétiques typiques d'Alienware (genre changer les couleurs de rétro-éclairage). Avec AlienFX, en fouillant un peu, on s'aperçoit qu'il est possible de définir un changement de couleur d'un élément sur une action précise, comme la réception de nouveaux e-mails. Bien vu. Enfin, dernier soft intéressant, AlienAutopsy qui permet de prendre soin de sa bécane avec accès à l'outil de défragmentation Windows ou encore la possibilité de faire un point de sauvegarde de son PC à restaurer en cas de pépin.

X51.PNG X51(2).PNG

Nous avons spécifiquement orienté nos tests de performance sur les jeux vidéo, avec la GeForce GTX 555, histoire de voir à quel jeu et dans quelles conditions il est possible de jouer avec ce X51. Les résultats sont plutôt convaincants. En réalisant nos tests sur deux résolutions (1680 x 1050 et 1920 x 1080) en qualité Ultra avec l’anti-aliasing réglé sur 4X, on constate qu’il est tout à fait envisageable de faire tourner Battlefield 3 dans des conditions jouables (à 28 FPS de moyenne en Full HD), même si le GPU est un peu faiblard pour gérer toutes les fioritures dernier cri du moteur Unigine.

Test Alienware X51 - Jeux

Autres questions, autres tests : combien consomme le X51, dans quelles proportions chauffe-t-il et est-il bruyant ? Pour le savoir, nous avons mené une batterie de tests à mi-chemin entre ceux que nous faisons sur les portables et ceux imposés aux boîtiers. Pour tester le système de refroidissement, nous avons soumis le X51 à un combo OCCT + FurMark, soit le meilleur moyen (certes un peu extrême) de faire chauffer au max CPU et GPU. Et puisque nous avons essayé de monter une GeForce GTX 560 Ti dans ce petit PC, nous avons reconduit les mêmes tests avec cette carte, pour voir.

Sur la partie sonore, au repos, le X51 émet un souffle léger. Audible lorsque l’on se trouve à 40 cm de lui, posé sur le bureau, mais déjà beaucoup plus discret placé sous le bureau. En charge, ça se met à souffler assez fort, rappelant là encore les premières heures de la Xbox 360. La turbine avant se charge d’apporter un peu d’air frais dans ce petit boîtier en refroidissant le disque dur, tandis que les ventirads (CPU et GPU) refroidissent leurs éléments respectifs et expulsent l’air chaud. Malgré l’imbrication des éléments et le manque de vide, le refroidissement se fait plutôt bien avec la GeForce GTX 555, avec un CPU qui grimpe à 77° au maximum et un GPU à 81°. Surtout, la baisse de température des éléments est assez franche, trois minutes seulement après avoir stoppé les logiciels de « burn ». Au repos, la consommation est de 55W, montant à 212W au max.

Test Alienware X51 - Relevés

Alienware X51 (29).JPGPour combler les 120W qu’il lui reste dans le ventre, nous avons installé une GeForce GTX 560 Ti dans ce X51. L’installation de la carte est on ne peut plus simple. Premier effet, au repos, la machine est légèrement moins bruyante, le GPU est plus froid, même si la consommation est supérieure de 4W.

En charge, en revanche, on atteint les limites de ce X51 en termes de dissipation et de consommation. En effet, on se retrouve à tirer 311W sur le bloc d’alim’ (qui ne sourcille pas) tandis que le CPU se stabilise à 82° et le GPU à 92°. C’est chaud, et donc ça souffle encore plus, notre sonomètre placé à 50 cm du X51 dans une pièce dont la pression acoustique est de 39 dB relevant 53,5 dB contre 41,5 dB au repos.

Une technologie Alien, à quel prix ?

Reste un dernier élément à aborder : le prix de vente de ce X51. Sur le configurateur en ligne d’Alienware, le X51 débute à 749€. A ce prix-là, c’est Intel Core-i3, 4 Go de DDR3 et GeForce GT 545. Pour partir sur une GeForce GTX 555, il faut investir 899€ (avec Core i5 et 8 Go de RAM). C’est cette configuration que nous avons testé. A comparer avec les 700€ (hors boîtier mais avec l’OS) à investir pour l’achat de composants équivalents en allant au moins cher sur notre comparateur de prix Rue-Hardware. Environ 200€, c’est donc le prix que facture Dell pour un boîtier compact, stylisé Alienware, le kit clavier-souris et une intégration au millimètre. A chacun de voir si ce premium demandé est justifié compte-tenu de la qualité du produit difficile à critiquer puisque comme vous avez pu le voir tout au long de ce test, le X51 est plutôt réussi sur de nombreux points.

LE VERDICT

Dell fait payer un peu cher son intégration d'une machine gamer dans un format plutôt compact. Mais le travail est plutôt bien fait, le boîtier étant bien fini. Dommage qu'il souffle un peu trop fort en jeu, surtout pour une machine pensée pour être installée sur le bureau.

Les plus
  • Intégration bien pensée
  • Une boîte bien finie
  • Stylisé mais discret
Les moins
  • Évolutivité très limitée
  • Pas d'option SSD
  • Bruyant en jeu

COMMENTAIRES
+0
Avatar de MGKJS
MGKJS
#1 - Le 21/04/2012 à 22:19

Format de boitier intéressant, le prix demandé n'est pas aussi élevé que dans les habitudes d'AlienWare.

Dommage que l'alimentation limite le choix de carte graphique. A voir si dans le futur des améliorations sont possible, SSD + HDD et carte plus haut de gamme type 580/6900.

Mais ce format «grosse console» est très séduisant.

#2 - Le 22/04/2012 à 01:18

MGKJS
carte plus haut de gamme type 580/6900


MER IL ET FOU !
Le 28nm est sorti...la HD7870, ses 24cm et 130W me semblent tout indiqués pour ce boitier ! Et surement la soon-to-be-released GTX670 j'imagine.

Mis à part ça, +1 à ton comm'. Quoique je vois pas bien qui ça cible : les gamins ont leur console, les parents leur HTPC, les geeks leur PC full size...ils feraient le même boitier siglé Dell ça serait déjà 100€ moins cher chuissur :o

#3 - Le 22/04/2012 à 16:46 - modifié le 22/04 à 22:58

Faut penser à tous les gamers qui n'ont pas envie (pas la place) d'avoir une full tower, ou alors ceux qui ont envie d'un service après vente unique.

Les commentaires sur ce document sont clos.

Publié le Modifié Par
Catégorie : Hardware, PC Bureau
Tags : ,
3 commentaires
EN SAVOIR PLUS
POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld