Test : HP Omni 27, le tout-en-un à grand écran

HP tente de se faire une place sur le marché des grands tout-en-un avec son Omni27 qui, comme son nom l'indique, intègre un écran de 27" de diagonale. Il est passé dans notre machine à test. Qu'en ressort-il ? Nous allons décortiquer ça...

Sur le marché des tout-en-un, on ne peut pas dire que les modèles de 27’’ se bousculent au portillon. Il y a bien sûr l’iMac 27’’ d’Apple, vendu à partir de 1649€, l’ET2700 d’Asus à partir de 1229€ et… cet Omni27 présenté par HP en début d’année qui s’est frayé un chemin jusqu’à la rédaction. Il est désormais proposé avec un Core i3 en entrée-de-gamme à 1199€ (on le trouve même à 1099€ sur le Net). C’est ce modèle que nous avons reçu, démonté, utilisé et testé pour vous dire si, oui ou non, il s’agit d’un bon choix pour qui cherche un tout-en-un de grande taille. Et vous allez le voir, si l’Omni27 a pas mal de qualités, il n’est pas sans défauts.

Un grand écran, un peu décevant

Première remarque, l’Omni27 est bien évidemment imposant… et lourd (14,5 Kg), ce que l’on ne tarde pas à remarquer en le manipulant. Heureusement, son pied ouvert façon alu brossé et la présence d’une « poignée » dans la coque en plastique à l’arrière facilitent un peu son transport du labo photo à la salle de test. Au premier coup d’œil, impossible de ne pas apprécier une allure globale très réussie : que ce soit dans le design, les matériaux choisis, l’assemblage, on note que HP a souhaité donner à son Omni27 un certain standing, et c’est plutôt réussi, ce qui n’est pourtant pas gagné lorsque l’on travaille autour d’un écran aussi grand. Mention spéciale au pied inclinable (mais pas réglable en hauteur) et son système de charnière qui tient la route.

Cet écran, justement, fait malheureusement partie des points qui auraient pu être meilleurs. Il est en effet regrettable que HP n’ait pas jugé bon de s’inspirer un peu plus de l’iMac 27’’ en optant pour une dalle de plus haute résolution. En effet, si le tout-en-un Apple grimpe à 2560 x 1440 pixels, il faut ici se satisfaire de la Full HD en 1920 x 1080 pixels. C’est honorable, mais on avait le droit d’espérer avoir un piqué plus fin sur une telle diagonale. Par contre, HP s’inspire aussi d’Apple sur le traitement de la dalle, très brillante, et pour le coup il aurait dû s’abstenir. Car les reflets sont très présents et l’effet miroir assez dérangeant, surtout si l’on travaille avec une pièce lumineuse dans le dos.

A noter aussi que sur cette version, pas d’entrée HDMI, ce qui veut dire qu’il ne sera pas possible d’utiliser cet écran avec un appareil externe (au hasard, une console de jeu). C’est regrettable, de la même manière qu’on ne comprend pas bien pourquoi n’ont pas été intégrés sur le cadre des boutons permettant de régler le volume sonore et la luminosité. Pour ajuster ces paramètres auquel on touche quand même régulièrement, il faut se servir de la souris et ouvrir les menus adéquats dans Windows. On a connu plus intuitif.

HP Omni27 (6).JPG HP Omni27 (8).JPG

HP Omni27 (2).JPG HP Omni27 (3).JPG HP Omni27 (9).JPG HP Omni27 (4).JPG

Côté entrées, sorties et périphériques sur ce tout-en-un, on a droit sur la tranche droite à un combo lecteur/graveur DVD en slot-in, sur la tranche gauche à deux ports USB 3.0, un lecteur de cartes mémoire et deux Jack audio, tandis qu’à l’arrière on retrouve un port Ethernet, quatre ports USB 2.0, une sortie Subwoofer et de quoi connecter l’alimentation. Un bloc d’alimentation massif (et c’est bien dommage, les Mac Addicts paradant avec leur alimentation intégrée à l’iMac) qui délivre une puissance de 230W. Sur l’un des ports USB, il faudra bien veiller à enficher le dongle qui gère le sans fil pour les périphériques de saisie. HP livre son Omni27 avec un souris bureautique ambidextre tout ce qu’il y a de plus classique, trois boutons avec le clic molette (crantée et silencieuse), et un clavier chiclet tout noir dont la seule petite extravagance et l’utilisation du logo « Beats » pour la touche « B ». Le layout est complet, la course des touches assez longue pour rendre la frappe agréable, rien à signaler de particulier, si ce n’est que ce n’est pas avec ce couple clavier/souris que le gamer prendra son pied.

HP Omni27 (25).JPG      HP Omni27 (28).JPG

On est joueur ou on ne l'est pas

HP Omni27 (20).JPGLe jeu, parlons-en justement, pour rentrer dans le vif du sujet de cette configuration d’entrée de gamme. On vous laisse juger de ce qu’il en retourne sur le papier : un Sandy Bridge Core i3-2120 @ 3,30 GHz avec HyperThreading et doté de 3 Mo de cache (65W de TDP max), couplé à 4 Go de DDR3, avec une Radeon HD 7450A. En fait, il s’agit d’une Radeon HD 6450 avec son GPU « Caicos » en 40 nm cadencé à 625 MHz avec 1 Go de GDDR3 (merci GPU-Z).

Nos tests confirment que si cette carte est suffisante pour jouer à de vieux jeux avec des réglages pas trop ambitieux, il est inutile d’espérer obtenir un nombre de FPS raisonnable dans les dernières productions vidéoludiques. Compatible DirectX 11, on ne passe pas les 3 FPS tout à fond sur le benchmark Lost Planet 2, alors qu’en DirectX 9 avec des réglages moyens sur le même test on monte à 15 FPS en 1680 x 1050. Ça reste donc injouable même en faisant pas mal de concessions sur un moteur assez ancien. Inutile de vous dire que l’on est au ras des pâquerettes sous Crysis 2 en DirectX 11, alors qu’en DirectX 10, sous Stalker Call of Pripyat, on est à 12 FPS en Medium et 9 FPS en Ultra. Voilà qui scelle donc les possibilités de jouer sérieusement avec l’Omni27. Du coup, la présence d'un GPU dédié se justifie uniquement pour apporter un confort dans le décodage des flux vidéo HD, et compenser un minimum l'intégration d'un iGPU Intel HD 2000 très juste au processeur.

Côté processeur, justement, les performances sont en revanche globalement satisfaisantes pour un petit Core i3 avec seulement 4 Go de RAM. Lors de nos tests de calcul, on constate en effet que les résultats obtenus sont moins légèrement meilleurs que ceux remontés par le tout-en-un Samsung de Série 7 récemment passé par notre labo. Ce qui s’explique surtout par la fréquence de fonctionnement de ce processeur avec HyperTreading, à 3,3 GHz. Quelques exemples : l’Omni27 donne 3,17 points au test CPU de CineBench contre 2,92 points pour le Core i5-2390T, réalise 69,96 points au benchmark Excel 2010 contre 65,83, et se montre près de 10% plus rapide pour convertir une vidéo sous Handbrake. Il n’y a que sous Photoshop CS5, pour l’application d’un flou radial sur une très grosse image complexe qu’il est moins performant (et de beaucoup, 27,5%). Vu la config’ embarquée et le côté entrée de gamme du Core i3 de seconde génération (Sandy Bridge en 32 nm), c’est assez satisfaisant d’obtenir des performances honnêtes dans la plupart des applications.

Un tout-en-un à bidouiller ?

Autre question, y-aurait-il moyen de faire évoluer la configuration de ce tout-un-un facilement ? Pour le savoir, et en même temps en apprendre un peu plus sur sa conception, nous l’avons bien entendu ouvert. Pour ce faire, rien de très compliqué. Un cache à retirer sur la plaque de plastique à l’arrière de l’écran, trois vis à défaire, et le capot à déclipser avec précaution. En cinq minutes, le tour est joué. On découvre alors une électronique intégrée très proprement, cachée presque intégralement par des plaques de protection métalliques. Au niveau de la carte mère, une petite trappe a été aménagée pour accéder facilement à la RAM. Au format SO-DIMM, il est facile d’ajouter une barrette de DDR3 puisqu’un emplacement est laissé libre. De quoi passer à 8 Go à moindre frais.

HP Omni27 (19).JPG HP Omni27 (16).JPG

Du côté du disque dur, c’est un modèle Seagate 1 To à 7200 tpm qui est présent. Après un rapide test sous CrystalDiskMark, il remonte des débits assez impressionnants de 211 Mo/s en lecture et 209 Mo/s en écriture séquentielles, grâce à sa densité et aux progrès faits par les dernières générations de disques Seagate en la matière. N’espérez pas toutefois avoir la réactivité d’un SSD, car en termes de temps d’accès, ou de performances aléatoires, on reste loin de ce qu’offrent les disques Flash. On note l’installation de celui-ci dans une cage amovible en acier. Bruyant par répercussion des vibrations ? Pas du tout, puisque HP a bien fait les choses. Un ressort sur la vis pour amortir celles-ci, le disque en lui-même est fixé sur des patins en silicone et au niveau où cette petite cage vient frotter sur un autre élément de la carcasse, un petit bloc de mousse a été installé. Un disque que l’on pourra facilement faire évoluer en fonction de ses besoins, voire installer un SSD pour accélérer la réactivité de la machine quitte à déporter le gros du stockage sur un disque externe, par exemple. A moins d'aller encore plus loin, et supprimer le lecteur optique pour y monter un SSD (attention, il n'y a que deux ports SATA sur la carte mère, un à 6 Gbps, l'autre à 3 Gbps).

HP Omni27 (21).JPG HP Omni27 (15).JPG

Au final, on constate que l’intégration est de qualité. Vu l’emplacement du système de refroidissement et sa taille on pouvait craindre des nuisances sonores importantes lorsque l’ordinateur est sollicité à plein régime, mais finalement il n’en est rien. Nos tests ont montré que de 41° au repos le processeur ne dépasse pas les 66° en charge, alors que le GPU tourne à 46° au repos et 58° en charge.

HP Omni27 (31).JPGCôté dissipation thermique, tout se passe donc plutôt bien, au prix d’un souffle plutôt sourd et légèrement audible lorsque la ventilation se met à évacuer plus fort l’air chaud par les ouïes d’aération situées au niveau de la poignée dans la coque arrière. Bien sûr, au repos, l’Omni27 ne fait aucun bruit, ce qui est appréciable. Avec la luminosité de l’écran réglée au maximum, on constate que la consommation de l’Omni27 au repos reste mesurée à 59W, et grimpe à 111W lorsque l’on sollicite au maximum le CPU et le GPU.

Les relevés sont donc très corrects. Compte tenu qu’il reste du jus à tirer sur le gros bloc d’alimentation livré avec le tout-en-un, et que le système de refroidissement laisse un peu de marge de manœuvre, on peut même imaginer les plus bidouilleurs changer de processeur pour un modèle plus rapide, avec un TDP plus élevé, puisque le socket est facilement accessible.

Un all-in-one 27" à bon prix ?

HP Omni27 (10).JPGSans écarter l’iMac 27’’ du tableau, plus cher de 400 à 500 euros mais doté d’un écran mieux défini et d’une carte graphique plus rapide (sans omettre l’intégration du bloc d’alimentation dans le châssis), c’est surtout au Asus All-in-One 27’’ que se frotte l’Omni27. Le modèle Asus ET2700 de 27’’ a la même résolution, le même processeur, mais est doté de 6 Go de RAM et équipé d’une GeForce 540M 2 Go, ainsi que d’un disque dur de 2 To, sans oublier la présence d’une entrée HDMI. Pour ces raisons, on comprend qu’il soit un peu plus cher que l’Omni27 qui est finalement à sa place, vendu entre 1100 et 1200 euros.

Cela n’éclipse pas ses quelques défauts, et il faut bien garder à l’esprit qu’il n’est pas un foudre de guerre par rapport aux configs qu’il est possible de se monter pour le même prix. Car on trouve des écrans 27’’ en Full HD corrects à partir de 200/250€ sur le marché, ce qui laisse tout de même une marge correcte pour se monter une petite tour sympathique en choisissant ses composants en fonction de ses besoins.  Mais pour qui cherche à s’équiper d’un grand tout-en-un sans y mettre une fortune, l’Omni27 peut s’imposer comme un choix cohérent.

LE VERDICT

Un grand tout-en-un pensé avant tout pour le multimédia et non le jeu. La taille de son écran est un plus, son CPU est assez performant et il dispose même de haut-parleurs convaincants. Un bon produit.

Les plus
  • Perfs honorables en calcul
  • Rendu audio plutôt convaincant
  • Refroidissement efficace
  • Ecran 27"...
Les moins
  • ... mais en Full HD 16/9 et brillant
  • Un bloc d'alim' volumineux
  • GPU dédié qui ne permet pas vraiment de jouer

Les commentaires sur ce document sont clos.

Publié le Modifié Par
Catégorie : Hardware, PC Bureau
Tags : ,
2 commentaires
POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld