Test : Lenovo Thinkpad W530

Une station de travail de 15,6" qui pèse moins de 3 Kg et est capable de répondre à tous les usages ? C'est ce que nous allons voir...

Lenovo a récemment mis à jour ses stations de travail mobiles et nous avons eu l’occasion de passer quelques jours en compagnie du Thinkpad W530. Un transportable qui pèse 2,85 Kg dans le sac à dos, mais qui a le mérite d’être hyper complet et très puissant. La promesse est d’ailleurs là : offrir en mobilité les performances d’une station de travail fixe, avec une autonomie record et des équipements de bonne facture. C’est ce que nous avons donc tenté de vérifier.

Déjà, Lenovo vante les qualités de son écran 15,6’’, surmonté d’une Webcam 720p. Attention, en fonction des modèles, tous les W530 ne proposent pas la même définition. Le modèle d’entrée de gamme se contente d’un modeste 1366 x 768 pixels, quand le haut-de-gamme monte au Full HD 1080p. Pour notre part, c’est le modèle intermédiaire qui nous a été prêté pour ce test, doté d’une définition de 1600 x 900 pixels. Si la finition mate et le traitement antireflets sont appréciables, on regrette tout de même que Lenovo n’ait pas opté pour une dalle IPS. Du coup, les angles de vision sont assez courts. Quant au rendu des couleurs « calibré », il n’est pas aussi optimal qu’annoncé puisque notre sonde LaCie Blue Eye Pro remonte un delta E moyen de 6,2. En revanche, la luminosité homogène (rétroéclairage LED) confère à cet écran un rendu propre et le gamma bien réglé donne des couleurs bien contrastées.

Lenovo Thinkpad W530 (10)           Lenovo Thinkpad W530 (9)
Consulter la galerie complète (18 photos)

Le quad-core Ivy Bridge, ça envoie

Ensuite, la marque insiste sur la puissance de sa solution. Notre modèle de test et son Intel Core i7-3610QM se montre effectivement très véloce, même s’il ne peut compter que sur 4 Go de DDR3 (on peut ajouter de la RAM So-DIMM facilement via une simple trappe en retournant le portable). Le tout complété par une carte graphique professionnelle, une Quadro K1000 de Nvidia, avec GPU GK107 cadencé à 850 MHz, et 2 Go de GDDR5 à 900 MHz. CPU gravé en 22 nm, GPU en 28 nm… De quoi faire des économies d’énergie tout en fournissant un maximum de puissance ? Le fait est que ce processeur quad-core cadencé à 2,3 GHz avec 6 Mo de cache se montre bien plus performant que les Ivy Bridge dual-core habituellement testés dans nos colonnes ces derniers mois. Le moment venu de faire de l’encodage, de gérer de gros calculs ou d’appliquer des traitements lourds sous Photoshop, ce Thinkpad W530 fait fort. Il faut dire que sous Photoshop CS5, la détection de la carte Quadro de Nvidia est automatique, et que l’accélération matérielle aide à accélérer le rendu.

Modèle 3DMark06 PCMark 7 Fritz Excel Handbrake Photoshop CS5
Lenovo W530 9403 2466 11512 71,6564 123 sec 79 sec
Acer M5 11999 2769 4584 55,9867 295 sec 201 sec

Que vaut d’ailleurs cette carte graphique ? Si son utilisation avec des logiciels de productivité « CUDA compatibles » n’est pas vraiment mesurée dans notre protocole de test, on constate qu’en 3D, ses performances se situent tout de même bien en dessous de celles de la GeForce GT 640M qui équipait l’Acer M5 que nous avions testé. Sous 3DMark 11, la GT 640M remontait un score de P1847 (associée à un Core i5-3317U) alors que cette K1000 ne dépasse pas les P1238. En jeu, comme sous Stalker en DirectX 10 par exemple, ce W530 tourne à 36 FPS contre 50 pour l’Acer M5. Certes, ce n’est pas une carte de jeu, mais ses performances 3D donnent une idée de son potentiel en GPGPU. A noter qu’opter pour un GPU K2000 (et pas de blague sur Michael Knight…) en coûtera 165€ supplémentaires.

Autre point mis en avant par Lenovo, l’autonomie de cette station de travail, qui peut monter jusqu’à 20 heures avec une batterie 9 cellules. C’est justement ce modèle de batterie qui équipe notre unité de test, pour une capacité totale de 85 Wh. Atteindre 20 heures est effectivement envisageable, mais en désactivant le WiFi, et en laissant le rétroéclairage au minimum. Dans nos conditions de test, en bureautique (WiFi on et luminosité à 30%), la machine s’est éteinte après 8h19 de surf, de mails, de Word et d’Excel. En test vidéo (WiFi off et luminosité à 80%), l’ordi s’est éteint au bout de 5h26. Autant dire que cela reste un poil décevant.

De même, il faudra penser à ajouter 39€ pour associer 16 Go de mémoire flash en cache à son disque dur afin d’accélérer ce HDD de 500 Go qui, malgré ses 7200 tpm, est assez paresseux (il plafonne à 91 et 96 Mo/s en lecture et écriture). L’option SSD, avec tous les bienfaits qu’elle apporterait à la machine en termes de réactivité, est facturé 153€ pour un 128 Go et 320€ pour un 180 Go Intel. A noter qu’en septembre, un code promo permet de bénéficier de 100€ de réduction. Du coup, l’option SSD à 53€ devient potentiellement intéressante. Mais comme pour la RAM, sachez qu’une simple vis tient en place le cache qui permet de changer soi-même son disque dur.

Un max de ports

Côté châssis, périphériques de saisie et connectiques, Lenovo sert avec le W530 un Thinkpad tout ce qu’il y a de plus classique. Ce modèle n’ayant apparemment pas eu droit d’évoluer en même temps que d’autres gammes, comme le X1 qui passe au carbone et fait un peu plus moderne et moins lourdaud. Pas d’effort sur les lignes donc, mais la volonté de proposer un maximum de ports en tout genre. On trouve de l’ExpressCard et un lecteur de cartes 4-en-1, un combo Jack 3,5 mm, un lecteur-graveur de DVD, un port RJ45 et un Kensington… Ce uniquement sur la tranche droite de la machine. A gauche, outre les ouïes d’aération, il y a du mini-DisplayPort, du VGA, deux ports USB 3.0, un port USB 2.0, un port FireWire et un interrupteur pour couper tous les connexions sans fil d’un coup. Et ce n’est pas fini, car à l’arrière, un dernier port USB 2.0 est proposé, spécialement pensé pour recharger un terminal mobile.

Lenovo Thinkpad W530 (14)       Lenovo Thinkpad W530 (17)

Le clavier chiclet ne peut pas compter sur un pavé numérique (contrairement à d’autres portables de cette taille), mais est entouré par deux enceintes au rendu pas si mauvais que ça. Le trackpad identitaire des Thinkpad est là, et le pavé tactile est surmonté des trois touches très pratiques pour qui aime manipuler son curseur au trackpad. On regrette en revanche que le touchpad garde sa taille standard et ne soit pas cliquable. Vu la taille de cette station de travail, c’est assez mesquin. Reste que les périphériques de saisie sont agréables à manipuler en productivité au quotidien, et qu’ils sont complétés par un lecteur d’empreintes qui pourra servir à protéger ses documents et sa session.

Enfin, il faut savoir que dès que le Thinkpad W530 est allumé, ce dernier souffle constamment. Un souffle léger, assez sourd, mais audible. Dans une pièce à 35,1 dB, à 40 cm du portable, le sonomètre remonte 37,1 dB au repos, et 41,3 dB en charge. S’il est donc dommage d’avoir à supporter cette petite soufflerie constante, on remarque que le ventilateur ne s’énerve pas beaucoup lorsque l’on pousse le W530 dans ses retranchements (OCCT et Furmark sont nos amis). Surtout, ses performances en refroidissement sont excellentes. Le CPU tourne à 36° au repos, et ne dépasse pas les 67° en charge. Quant au GPU, à 31° au repos, il se stabilise à 51° sans la moindre difficulté. Le Thinkpad W530 souffle, mais ce n’est pas pour rien, et il sait garder ses composants au frais sans être trop bruyant en charge. Pour une station de travail, c’est rassurant.

LE VERDICT

Ce Thinkpad a beaucoup d'arguments pour convaincre les travailleurs mobiles qui ont besoin d'avoir sous la main une machine puissante, ergonomique et ouvrant un maximum de possibilités. En revanche, il faudra accepter le style "tank" de cette station de travail. Son autonomie n'est pas aussi impressionnante qu'attendue, et la soufflerie permanente pourra déranger. Pour le reste, Lenovo offre comme à son habitude des options de configuration poussées et chacun pourra adapter le W530 à ses besoins. Mais attention, la note peut vite devenir très salée. On continue tout de même à penser qu'il y a matière à faire évoluer intelligemment le design de ces machines pour l'alléger et corriger des points assez dommageables, comme la taille du touchpad...

Les plus
  • Dalle mate antireflets
  • Connectique complète
  • Puissance de calcul
  • Clavier agréable et trackpad
  • Refroidissement efficace...
Les moins
  • ... mais ça ventile
  • Disque dur mollasson
  • Touchpad rikiki et non cliquable
  • Pas de pavé numérique
  • Autonomie correcte mais sans plus

Les commentaires sur ce document sont clos.

Publié le Par
Catégorie : Hardware, PC Portable
3 commentaires
EN SAVOIR PLUS
GALERIE D'IMAGES
POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld