Test : Sony VAIO Duo 11

Si les machines avec écran détachable ne vous tentent pas vraiment, mais que la couche tactile de Windows 8 vous botte, sachez que Sony propose un Ultrabook hybride avec écran qui coulisse. La firme japonaise a-t-elle pensé à tout ? Qu'attendre de ce type de produit ? Sacoche et carnet de notes à la main, en route pour le test de ce VAIO Duo 11...

Le concept du VAIO Duo 11 de Sony nous a immédiatement fait penser au feu VAIO P, avec son système de pointage optique au milieu du clavier. Cependant, tout le travail fait autour de l'écran et de la charnière est très différent, l'idée étant ici de proposer un véritable hybride entre tablette et PC portable. En mode fermé, c'est donc une tablette tactile, et en relevant l'écran, on découvre un petit clavier, mais sans touchpad. Un format idéal pour profiter de tout ce qu'a à offrir Windows 8 ? Nous allons voir ça.

On commencera le tour de ce portable atypique par ses dimensions de 32 cm de large sur 20 cm de long et 17,85 mm d'épaisseur, pour 1,3 Kg sur la balance. C'est une belle tablette de 11,6 pouces, avec une définition d'écran tactile de 1920 x 1080 pixels. En bas de cet écran, on trouve un bouton Windows physique qui ramène toujours à l'interface Modern UI du nouveau système d'exploitation de Microsoft. Un mot sur ce bouton, il est un peu raide, mais on le trouve facilement sans avoir à poser les yeux dessus. En mode tablette, il est d'autant plus efficace.

Sony VAIO Duo 11 (2)   Sony VAIO Duo 11 (4) Sony VAIO Duo 11 (5) Sony VAIO Duo 11 (14)
Consulter la galerie complète (24 photos)

En mode PC, la charnière que l'on soulèvera par le haut de l'écran dévoile un clavier de petite taille sur six rangées. En dessous, les trois boutons du dispositif de pointage Sony avec deux clics droit et gauche, et un petit bouton central qui permet de "locker" le dispositif en mode défilement horizontal ou vertical. Dès la première pression sur une touche, chaque touche du clavier s'illumine de blanc, sauf la barre d'espace. Dommage, puisqu'en environnement sombre, on la confondra avec les clics droit et gauche susnommés. Par habitude, on arrivera toutefois à faire la différence grâce à la matière utilisée qui diffère. Les clics sont un peu plus rugueux que la barre espace. Pour terminer la description de ce clavier qui est de petite dimension, on ajoutera qu'il faudra s'habituer à ce format. L'espacement des touches de type chiclet est relativement important, ce qui permet de bien les différencier entre elles, mais chaque touche est de très petite taille et l'on fait souvent des erreurs au début. Un dernier point, et non des moindres : la répétition des touches est assez importante par rapport à d'autres claviers que nous avons pu tester sur d'autres portables. Ce test a été entièrement tapé avec ce clavier et le nombre d'erreurs de caractères répétés s'est avéré être bien trop élevé pour que nous passions à côté.

Sony VAIO Duo 11 (9)
Des touches petites et un capteur pour le pointage repris du VAIO P

De chaque côté de ce clavier, point de haut-parleurs visibles. Ils sont habillement cachés à l'avant de la machine sur sa tranche pour offrir un son plus direct. Un son qui sera piloté par un circuit Realtek classique, mais qui prend en charge une application Dolby Theater v4 ou encore par le circuit logiciel Sony que l'on configurera dans le panneau habituel. Le son est clair et assez puissant pour celui qui est en face. Dans un petit bureau, il saura se faire entendre, mais dès que la musique devient trop riche avec de la guitare acoustique, du piano et de la voix, les limites sont vites atteintes. Les basses sont quasiment inexistantes, les aigus se cachent et les médiums ne sont pas restitués convenablement pour un confort d'écoute à plusieurs. En lecture de film, c'est correct, mais il ne faut pas s'attendre à bondir de son siège de bureau quand survient une explosion. Par contre, avec un casque branché sur la prise jack sur le côté gauche de la machine, l'application Dolby Theater v4 fait son office avec une amélioration du son assez performante. Qu'on aime ou pas, le son restitué sur la sortie jack est puissant, pas de souci de ce côté. On ajoutera que des présélections sont disponibles en fonction du type de fichiers lus, comme de la musique, des films ou encore du jeu vidéo.

Sony VAIO Duo 11 (4) Sony VAIO Duo 11 (7)

A gauche du clavier, on a donc cette prise jack, mais on a aussi un lecteur de cartes SD et Memory Stick - cela va de soi, c'est du Sony -, mais aussi une sortie VGA classique peinte en noire pour se fondre dans le cadre. A l'arrière, la prise de recharge, la prise RJ45 Gigabit Ethernet avec un système de clapet pour réduire sa taille et enfin l'ouïe d'aération du processeur. A droite, une prise HDMI, deux prises USB 3.0 (la première permet la recharge même quand la machine est en mode veille) et pour finir le bouton d'allumage de ce VAIO Duo 11. Y en a-t-il encore un peu ? Oui, il y en a encore, mais caché cette fois. En dessous de la machine vers l'avant, des petits boutons pour le volume, un bouton de désactivation de la rotation de l'écran (il y a un capteur de position sur la carte mère) et enfin, un bouton rouge « Assist » qui lancera l'application « VAIO Care ». A droite de ce panneau avant, les LED de contrôle. On retrouve le fidèle témoin de mise sous tension de couleur vert, la recharge et l'activité HDD en orange et enfin le témoin d'activation du sans-fil en vert pomme.

Sony VAIO Duo 11 (10)   Sony VAIO Duo 11 (20)
Le capteur photo sur l'écran à gauche et en dessous du VAIO à droite

A-t-on vraiment fini le tour de cette machine ? Et bien non, puisque Sony a aussi doté son VIAO Duo 11 d'une Webcam au dessus de l'écran en 720p avec son micro associé, ainsi qu'un autre capteur minuscule sous la machine sur le côté droit pour prendre des photos d'appoint en mode tablette. Autant le dire tout de suite, le PC en position tablette se prête mal à ce type d'exercice. Il faut les tenir, les 1,3 Kg à bout de bras. De plus, le capteur de 2,1 millions de pixels ne donnera pas de bons résultats... La Webcam permet, quant à elle, de faire de la visioconférence sans souci et le son capturé est propre, ni meilleur ni moins bon que la moyenne des portables passés entre nos mains.

Sony VAIO Duo 11 photo intérieur   Sony VAIO Duo 11 photo extérieur
Photos non modifiées et prises en intérieur et en extérieur avec le capteur arrière.
Peut (largement) mieux faire...

On terminera cette présentation par la finition de ce VAIO Duo 11. La qualité globale de la machine est digne de Sony avec des plastiques solides et des ports bien agencés. Cependant, on notera que le système de charnière pourrait se fatiguer à la longue. D'ailleurs, notre modèle d'essai montre un peu de jeu quand l'écran est remonté. Les ergots de butée de l'écran en bas ne s'enfichent plus très bien, ce qui se ressent quand on tape un peu fort sur la partie basse de l'écran tactile. Le système de pointage n'est pas très bon non plus. Défiler une page Web avec le trackpad tactile est vraiment long, en plus de demander une certaine dextérité vu la taille des boutons à utiliser. Et si l'on configure le défilement pour en obtenir un plus rapide, on n'est pas vraiment satisfait non plus. On reviendra alors sur les bonnes vieilles touches fléchées pour le scroll, à moins que l'on prenne l'habitude d'exploiter la fonction tactile, même en mode "ouvert".

En tout cas, l'absence de touchpad classique, si elle permet à Sony de gagner de la place et de valider son concept, n'est pas franchement une bonne idée, car le trackpad tactile est tout sauf facile à maîtriser. Sur la dalle Full HD, passer d'un bord à l'autre de l'écran est aussi fastidieux. On fera de nombreuses glissades du doigt pour y parvenir. Même punition, si l'on élève la vitesse du pointeur, on perd en précision. Un tapotement sur le petit téton permet également de cliquer, mais il faudra apprivoiser la bête, car si la pulpe du doigt reste une fraction de seconde trop longtemps sur le capteur, une glissage est enregistrée et le clic est fait sur un autre lien. Argh !

Sony VAIO Duo 11 (19)Sony VAIO Duo 11 (18)
Les patins amovibles serviront à la prse RJ45 lorsqu'elle est utilisée...

Sony VAIO Duo 11 (22)On en oublierait presque de parler du capteur NFC et GPS inclus dans cet hybride... Nous aurions aimé ouvoir tester le GPS, mais il n'y a pas de carte 3G ou 4G incluse. De fait, il faudra passer par son mobile en mode modem, ou bien par une clé USB additionnelle pour aller sur Internet. On a besoin de tout cela pour que l'application de cartographie de Windows fonctionne. Nous n'avons donc pas testé cette fonctionnalité. Cependant, nous avons pu faire quelques échanges avec la puce NFC.

Celle-ci est gérée par un pilote externe non fourni par Microsoft. Celui-ci se met à jour par l'application VAIO Update directement, pas besoin d'aller le chercher ailleurs. Il est possible d'envoyer facilement des contacts, des pages web ou tout autre contenu. On notera cependant que si l'un des deux appareils ne connait pas le contenu envoyé, c'est l'echec. Il faudra alors passer par d'autres méthodes plus anciennes mais qui fonctionneront, elles, à coup sûr. Situé sous le VAIO, le capteur nécessite que l'on colle le mobile dessus pour transférer les données. En position tablette, ou en mode PC portable, Sony aurait pu placer ce capteur un peu plus judicieusement comme sur l'un des bords de l'écran par exemple. En effet, avec le capteur sous la machine, il faudra tenir le VAIO verticalement ainsi que le mobile, ce qui a pour résultat de faire une certaine gymnastique assez incongrue entre les deux utilisateurs. Un gadget que l'on oubliera d'utiliser au quotidien...

Ultrabook ou tablette ?

Cette fois, on y est, il est temps de lancer quelques logiciels pour voir ce que ce VAIO Duo 11 a dans le ventre. D'ailleurs, avec un Intel Core i5-3317U cadencé à 1,7 GHz (2 coeurs, 4 threads) et 2,6 GHz en mode Turbo pour un TDP de 17W, accompagné de 4 Go de mémoire vive DDR3L-1600 (modules personnalisés irremplaçables), il est assez véloce et lance le système rapidement. SSD de 128 Go oblige, ce dernier n'est pas étranger dans la réactivité globale de ce VAIO. En utilisation bureautique classique avec le WiFi actif et l'écran à 30% de luminosité, la machine a tenu 4 heures et 43 minutes avant de s'éteindre. Pas de quoi passer une journée entière loin d'une prise électrique, mais on peut déjà faire quelques réunions importantes sans avoir le chargeur avec soi. On ajoutera que le chargeur de ce portable Sony n'est pas trop encombrant, et rentrera facilement dans une sacoche.

Sony VAIO Duo 11 (1)
Un bundle simple, avec un stylet et le chargeur

En mode vidéo, dans un avion par exemple, et sans le WiFi, on atteint 3 heures et 18 minutes d'autonomie sur une vidéo en 720p. La dalle Full HD ne doit pas être étrangère à cette performance pas des plus brillantes. D'ailleurs, à 80% de luminosité, c'est très - trop - bien éclairé. Bonne nouvelle du coup, aucun reflet ne viendra déranger la lecture, même s'il s'agit d'une dalle brillante. D'ailleurs, dès qu'on est sous les 40%, tous les reflets arrivent comme de la limaille de fer sur un aimant. Le système antireflet de Sony ne fait pas de merveilles. Concernant la partie stockage, celle-ci est très satisfaisante avec 437 Mo/s en lecture séquentielle et 240 Mo/s en écriture du même type sous CrystalDiskMark. Globalement, le système est fluide et chaque ouverture d'applications se fait en un éclair. Sony a doté son VAIO Duo 11 d'un bon SSD, ce qui apporte un confort d'utilisation non négligeable

Sony VAIO Duo 11 (6)Le circuit graphique Intel HD 4000 permet de jouer à quelques jeux tactiles comme « Cut the rope » disponible sur le « store » de Microsoft. On peut aussi s'essayer à d'autres jeux un peu plus gourmands, mais il faudra se passer des derniers effets à la mode, IGP oblige.

Après quelques jours passés en compagnie de ce VAIO Duo 11, on peut dire que la ventilation est silencieuse en bureautique, navigation Web et consultation d'e-mails, mais se déclenche régulièrement pour refroidir le processeur lorsqu'on le sollicite un peu plus comme lors de la lecture de films, et bien sûr dès qu'on lance une application 3D un peu gourmande. Le bruit reste acceptable dans la mesure où il ne monte pas trop dans les tours, ce que nous n'avons pas observé même pendant nos benchmarks avancés.

A fond, il monte à 36,8 dB en mode Ultrabook et 42,1 dB en mode tablette, à distance d'utilisation du clavier dans une pièce à la pression accoustique relevée de 33 dB environ. Cela s'explique par une aspiration discrètement installée entre l'écran et la base, juste derrière la charnière. En position fermée, le ventilateur doit compenser la perte de prise d'air en accélérant sa vitesse de rotation, induisant alors un bruit un peu plus soutenu. La consommation au Wattmètre est quant à elle de 37,7 Watts en recharge. Au repos sur le bureau Windows Modern UI, le Wattmètre remonte un classique 17 Watts à 100% de charge.

Une bonne machine dans l'ensemble, mais...

De prime abord, ce VAIO Duo 11 est donc une machine très "sexy". En le croisant, il donne envie de le manipuler, de voir ce que cela pourrait donner. Sony propose ici un hybride intéressant sur le papier avec sa charnière coulissante très bien pensée. A l'utilisation, on passe clairement son temps à mixer le tactile, le clavier, le dispositif de pointage et plus rarement du stylet fourni.

Sony VAIO Duo 11 (13) Sony VAIO Duo 11 (16)

Nous n'avons pas abordé cet accessoire dans les paragraphes précédents. Ce dernier est doté de deux boutons et d'un capteur à plusieurs niveaux de pression. Il n'est pas nécessaire de laisser le stylet en contact avec la dalle, celui-ci est repéré par la surface à quelques millimètres de celle-ci. Il faut donc également s'habituer à ce stylet, bien que ceux qui utilisent ce système depuis longtemps (genre, les clients de Wacom) n'auront pas de problème ici. Malheureusement, Sony a oublié de mettre un emplacement pour le ranger dans le châssis de son hybride. Il ne sera pas possible non plus de le clipser sur la poche de sa chemise comme un stylo. Les chances de le perdre existent, et en acheter un autre coûtera 45€.

Sony VAIO Duo 11 (24)Aussi, si l'autonomie est en deçà de ce que proposent d'autres concurrents, Sony a pensé toutefois aux professionnels. Il est possible de connecter un dock sous la machine pour ajouter une batterie supplémentaire, à 130€. Nous n'avons pas pu mettre la main dessus, mais c'est toujours bon à savoir.

Aujourd'hui disponible à 1469€ environ, cet Ultrabook hybride est assez bon dans l'ensemble, bien que l'on aurait aimé un peu plus d'autonomie et surtout un prix un peu moins élevé. Si Sony change son clavier pour des touches un peu plus grandes et réussit à intégrer une batterie un peu plus grosse, tout en proposant un prix un peu plus doux, ce sera alors une machine sur laquelle on pourra compter. Mais en l'état, cette approche de l'hybride nous laisse quelque peu perplexe. Le Duo 11 est en fait une machine que l'on aimerait aimer, qui a des points forts indéniables (sa résolution, sa charnière, son usage mixte), mais qui a aussi ses défauts (obligation d'avoir à trimballer le clavier même lorsque l'on ne voudrait utiliser que la tablette, autonomie un peu juste, ergonomie du trackpad déroutante, etc.). Et au final, on finit par se dire qu'en dépit de bonnes intentions, Sony n'a pas encore réussi à marier parfaitement tablette et Ultrabook. Mais il y a de l'idée.

LE VERDICT

Un système de pointage atypique, un clavier assez petit, une autonomie perfectible... mais un vrai concept d'hybride assumé sous Windows 8, permettant à la fois de profiter de l'interface Modern UI en mode tablette (essentiellement pour la consultation), et de passer en "production" simplement en basculant sous le bureau et en slidant l'écran pour faire apparaître le clavier. Un produit très intéressant, d'autant plus qu'il se montre puissant et réactif, grâce à son architecture x86 maîtrisée (notamment dans le refroidissement) et son SSD, sans oublier la connectique complète et l'écran Full HD de qualité. S'agit-il toutefois du bon format pour un hybride ? Ces quelques jours passés en sa compagnie nous laissent penser que le format portable à écran détachable est peut-être plus pertinent. En tout cas, voilà en fin une machine pensée pour exploiter convenablement toutes les facettes du nouvel OS de Microsoft.

Les plus
  • Format intéressant
  • Puissant et réactif
  • Qualité de finition
  • Écran en Full HD...
Les moins
  • ... mais tactile pas toujours précis
  • Autonomie
  • Un peu cher

COMMENTAIRES
Lire le commentaire

Les commentaires sur ce document sont clos.

Publié le Par Denis Leclercq
Catégorie : Hardware, PC Portable
1 commentaire
GALERIE D'IMAGES
POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld