Test : Corsair Vengeance M65

A l'image du reste des produits de la gamme Vengeance, la souris M60 orientée FPS faisait office de très bon choix pour les joueurs. Avec la M65, Corsair se contente d'une mise à jour technique, conservant tout ce qui fonctionnait. Sans prise de risque, la M65 s'impose donc comme une référence.

En se lançant sur le marché des claviers et souris pour joueurs, Corsair a fait les choses sérieusement avec sa gamme de périphériques Vengeance. Les couples K90-M90 et K60-M60 fonctionnant à merveille, et faisant preuve d’une bonne conception en plus de bénéficier – côté style – de bases en aluminium du plus bel effet. Plébiscités depuis par les joueurs, nous ne nous y étions pas trompés, en attribuant à cette gamme de produits une pluie d’étoiles. Parmi eux, la souris M60 s’était par exemple vue attribuée la note de 4,5 étoiles, et ne l’avait pas volée. Pour preuve, elle est toujours utilisée à la rédaction par un amateur de FPS compétitifs en ligne (l’auteur de cet article pour ne pas le citer…). Du coup, c’est avec un certain intérêt que nous avons répondu à la sollicitation de Corsair, qui lance une mise à jour de ce mulot et voulait notre avis. Avis que, forcément, nous allons partager avec vous concernant cette souris Vengeance M65. On est comme ça, nous.

La même en mieux ?

Pour commencer, signalons que vue de l’extérieur, rien n’a changé concernant le design de la souris. Même taille, même poids (136 g au maximum), même base en alu, même plastiques (soft-touch sur le dessus, grip sur les côtés), même « Sniper Bouton » rouge sous le pouce (c’est une souris réservée aux droitiers), même câble USB tressé de 1,80 mètre, même molette bidirectionnelle caoutchoutée et silencieuse, mêmes larges patins en téflon et mêmes poids amovibles (3 x 4,5 grammes). Dès lors, pour savoir tout le bien que l’on pense de la qualité de fabrication du produit, de son ergonomie et de son confort d’utilisation, on vous invite à consulter le test de la Vengeance M60.

Corsair Vengeance M65 (9) Corsair Vengeance M65 (7)
Consulter la galerie complète (10 photos)

Du côté de ce qui change en revanche, s’il s’agit d’éléments non visibles au premier coup d’œil, il s’agit néanmoins de composants essentiels. En effet, le capteur et les clics ont été modifiés. Pas rien pour une souris ! Bonne nouvelle, la marque est restée fidèle à Avago, dont la qualité des capteurs laser n’est plus à démontrer. D’un modèle ADNS 9500 dans la M60, on passe à un ADNS 9800, qui permet de monter la résolution maximale de 5700 à 8200 dpi. Bien entendu, rares sont les utilisateurs – joueurs ou non – à monter à de telles sensibilités. Mais l’intérêt de ce nouveau capteur, c’est qu’il est réputé pour offrir de meilleures sensations que le précédent, et ce à tous les niveaux de sensibilité. Bien sûr, nous avons donc dégainé M60 et M65 avec les mêmes réglages pour nous faire un avis, et s’il est dans un premier temps difficile de les démarquer l’une de l’autre, on finit néanmoins sur la durée à reconnaître un infime avantage à la M65 en matière de souplesse de déplacement, et de précision. Côté stabilité, rien à redire, et ce pour les deux modèles.

 L’autre changement majeur concerne donc les clics. Sur le côté gauche, a priori Corsair n’a rien changé, ou en tout cas, nous n’avons rien décelé de perceptible, qu’il s’agisse du Sniper Bouton ou des deux petits boutons programmables. En revanche, au niveau des clics gauche et droit, l’installation de nouveaux switchs est une évidence. Si le représentant de la marque nous garantit que les nouveaux interrupteurs choisis sont plus résistants (20 millions d’activation en moyenne contre 8 millions pour les précédents… nous n’avons pas vérifié, dans un cas comme dans l’autre), ce que l’on peut certifier pour notre part, c’est qu’ils sont moins durs et plus faciles à activer. Le rebond reste très bon, et la réactivité du clic est parfaite. Il s’agira donc essentiellement d’un facteur faisant intervenir la préférence personnelle, et en ce qui nous concerne (par attrait pour la nouveauté peut-être), nous avons tendance à préférer les clics plus souples de la M65. Mais attention, pour parler vulgairement, on frôle l’enculage de mouche. La différence existe, mais n’est pas franchement très marquée. Une histoire de sensation.

Une fois que l’on a dit ça, on a presque tout dit. Car vous l’aurez compris, les changements apportés vont globalement dans le bon sens, et dans son ensemble la Corsair M65 reste une excellente souris. Après avoir mis à jour son firmware en version 2.12, nous avons bien sûr fait un tour attentif des drivers livrés avec la souris (enfin, à télécharger sur le site de Corsair via une archive de 33,4 Mo). On retrouve le même logiciel, avec les mêmes options, des réglages de niveaux de DPI à la hauteur de levage, sans oublier l’activation de la petite LED bleue installée à l’avant, ou le paramétrage efficace de profils, le tout pouvant être enregistré dans la mémoire interne de la souris. L’enregistrement de macros, qui peut poser quelques soucis de compréhension au départ, finit par devenir assez instinctif une fois que l’on a bien saisi le processus. Bref, rien à ajouter de ce côté-là si ce n’est qu’il n’est toujours pas possible d’assigner au Sniper Bouton une macro qui permettrait de déclencher la visée lunette en jeu et d’abaisser la sensibilité lors d’une première pression, avant de revenir à une vue classique et au réglage de DPI courant lors d’une seconde pression. En revanche, avec un peu de pratique, le fait de pouvoir gagner en précision via ce Sniper Bouton dans le feu de l’action peut vite devenir meurtrier, nos dernières victimes sous Counter Strike à l’AWP s’en souviennent encore… (ne vous en faites pas, ça marche aussi dans Battlefield 3 ou Call of Duty).

Corsair Vengeance M65 (10)
La forme de la M65 lui permet de convenir à la plupart des paumes, mais uniquement celles des droitiers...

Lancée au prix de 65€ en trois coloris (Gunmetal Black, Artic White et Military Green), cette souris est officiellement vendue par Corsair au même prix que la M60. Dommage, la M60 a – dans les faits – vu son prix baisser depuis sa sortie pour être disponible aujourd’hui aux alentours de 50/55€. Il faudra donc consentir investir 10€ de plus dans cette souris pour bénéficier de clics plus souples et d’un capteur offrant une meilleure résolution et se montrant légèrement plus performant. Cela en vaut-il la chandelle ? A chacun de voir, même si il est vrai qu’après une petite semaine de test, c’est la Vangeance M65 qui est restée sur notre (mon) bureau, et que la M60 a finalement été mise de côté. Malgré cela, peu importe le modèle, il s’agit de l’une de nos souris de joueurs préférées, et dans l’absolu, à 65€, la M65 est plutôt correctement tarifée vis-à-vis de ses concurrentes.

LE VERDICT

Sans prendre de risque, Corsair met à jour sa souris dédiée aux amateurs de FPS en la dotant d'un nouveau capteur plus performant qui s'avère effectivement être un poil meilleur à l'usage. Le changement de switchs au niveau des clics pourrait apporter un plus au niveau de la longévité du produit, que nous ne pouvons évaluer. En revanche, ils sont indéniablement un peu plus souples. Meilleurs ? C'est une affaire de goût. Quant au Sniper Bouton, bien utilisé, il s'avère toujours aussi meurtrier. Pour le reste, cette souris reste un très bon choix, qui bénéficie d'un soin évident dans la finition.

Les plus
  • Capteur plus performant
  • Qualité de fabrication
  • Style et glisse
  • Molette lourde, précise et silencieuse
Les moins
  • Dommage que l'on ne puisse pas plus personnaliser l'utilisation du Sniper Bouton

COMMENTAIRES
Lire le commentaire

Les commentaires sur ce document sont clos.

POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld