Test : Corsair Vengeance 1500

Dans sa nouvelle gamme de périphériques pour joueurs baptisée Vengeance, Corsair dope son offre en micro-casques, représentée notamment par ce 1500 plutôt intéressant.

Après un HS1 marquant timidement l’entrée de Corsair dans l’univers du micro-casque orienté gamer, le constructeur revient avec trois nouvelles références dans sa gamme Vengeance dont ce 1500 compatible Dolby 7.1. D’un point de vue strictement technique, pas de grandes différences avec son grand frère, ce Vengeance 1500 étant un casque fermé qui entoure l’oreille, conçu autour de deux transducteurs de 50 mm. Les caractéristiques audio ne bougent quasiment pas, avec une réponse en fréquences allant de 20 à 20.000 Hz, une impédance indiquée à 32 Ohms, une consommation électrique de 250 mW et une plage dynamique montant à 95 dB. Toujours connecté en USB, ce casque bénéficie néanmoins de tous nouveaux pilotes visuellement plus aboutis, très simples à comprendre et parfaitement stables, malgré une coupure du flux audio parfois récalcitrante lors d’un changement de mode. L’installation se passe néanmoins sans le moindre problème, le casque étant bien reconnu en tant que carte son 7.1.

Design réussi, port confortable

Physiquement, les changements sont déjà plus marqués. Il faut dire que le design passe-partout du HS1 ne l’avait pas aidé à se faire une place sur le marché. Cette fois-ci, Corsair assume un design un peu plus ambitieux, qui sied parfaitement à la nouvelle gamme de périphériques Vengeance (claviers et souris notamment). L’arceau adopte un rembourrage efficace et un peu plus stylisé, comme les branches façon alu brossé vraiment réussies, sur lesquelles sont attachés les deux écouteurs aux liserés bleus et glossy. Le micro adopte quant à lui un plastique soft-touch agréable et une finition alu. Enfin, le câble de 3 mètres de long est tressé, accueillant la télécommande en plastique mat à une cinquantaine de centimètres de l’écouteur gauche, faisant simplement apparaître des boutons « + » et « - » pour le volume (illuminés en bleu ou rouge en fonction de l'état d'activation du micro), ainsi que l’interrupteur du microphone. Un peu trop simple d’ailleurs, car il aurait été bon de pouvoir accéder, en plein jeu, à davantage de réglages (et une sélection du mode audio) sans avoir à quitter sa partie en cours (souvent en plein écran) pour retourner dans les pilotes.

Globalement, les finitions de ce casque sont aussi satisfaisantes que peut l’être son port sur la tête. Le rembourrage de l’arceau faisant bien son travail et la mousse à mémoire de forme utilisée pour les écouteurs épousant bien les oreilles pour ne pas gêner à l’usage et tenter d’isoler l’utilisateur des bruits ambiants. Si l’isolation est à ce titre perfectible, les bruits ambiants restant bien audibles avec le casque sur les oreilles (tant que le volume reste à faible niveau), il faut remarquer que le casque tient bien en place et ne serre pas trop la tête comme c’est parfois le cas. Assez léger (338 grammes), il se fait assez vite oublier et même après deux heures de jeu ou un film, on retire le casque sans avoir l’impression d’être passé dans un étau, ce qui est toujours préférable.

Corsair - Vengeance 1500 (3).JPG Corsair - Vengeance 1500 (1).JPG

Corsair - Vengeance 1500 (4).JPG Corsair - Vengeance 1500 (6).JPG Corsair - Vengeance 1500 (10).JPG Corsair - Vengeance 1500 (12).JPG

Côté traitement audio, on retrouve comme processeur sonore le CM6302 qui est installé dans la télécommande. Le moteur audio exploité est le Xear3D, capable d’appliquer plusieurs traitements et notamment le ProLogic IIx, qui a l’avantage de pouvoir transformer une source stéréo ou 5.1 en signal 7.1 sur huit canaux. Autre possibilité, le Dolby Headphone qui transforme à l’inverse des sources sonores multi-canaux pour les restituer (en essayant de conserver la spatialisation) sur deux écouteurs en stéréo. C’est bien sûr le premier algorithme qui est ici le plus intéressant, puisque l’on a affaire à un casque orienté pour le jeu qui donne aussi le meilleur de lui-même avec la piste son multi-canaux d’un film.

Corsair - Vengeance 1500 (20) Corsair - Vengeance 1500 (18) 

Nos divers tests ont montré que le ProLogic IIx fait globalement bien son travail, et surtout à partir de sources 5.1. Le traitement à partir d’un signal stéréo est un peu moins convaincant, ce que nous avons pu constater sur un jeu comme Star Wars : The Old Republic dans lequel la spatialisation à son importance, MMO oblige. Celle-ci manque dans ce cas de figure un poil de précision, alors qu’à l’inverse, dans des FPS comme Battlefield 3 ou Left 4 Dead 2 (qui gèrent tous deux le 7.1), le résultat est bluffant tant la spatialisation est réussie. Une impression confirmée par les tests réalisés à partir des vidéos de démo Dolby et DTS en 5.1 et 7.1, ou sur un film aussi dynamique que peut l’être Transformers 3 en Blu-ray dans le casque. Si bien qu’au final, il nous est apparu quasiment impossible de faire une différence en situation réelle entre des sources 5.1 et 7.1, nous obligeant à nous tourner vers les vidéos de vérification des installations de Dolby pour tester la spatialisation du casque sur huit canaux. Globalement, les voix sont très audibles et leur provenance parfaitement identifiable, et avec le bon réglage d’égaliseur, les basses sont bien présentes, dynamiques, sans rogner sur des mediums toujours en place et des aigus pas étouffés.

Une spatialisation précise grâce au ProLogic IIx

A l’inverse, le traitement du signal sonore par le Dolby Headphone manque de panache à notre sens. Non pas que la dynamique du son soit mauvaise, mais cela tend à générer de l’écho plus ou moins gênant. Et l’on a beau pouvoir opter pour une restitution de type « studio », « cinéma » ou « hall », rien n’y fait réellement. Pour du cinéma, cela passe encore, mais pour du jeu, on y perd clairement en précision dans la spatialisation. On fera donc rapidement l’impasse sur ce mode, pas optimal, ce qui n’est guère gênant en soi sachant que le ProLogic IIx fait admirablement bien son travail. Et en Bypass stéréo, rien à dire si ce n’est que l’on remarque une perte de niveau sonore qui oblige à monter le son manuellement, le casque étant bien plus puissant dans ses deux autres modes, ce qui reste inexplicable mais pas forcément très dérangeant. Enfin, signalons que sans passer par l’égaliseur, ce Vengeance 1500 se montre assez avare en basses, ce qui est assez inhabituel pour un casque typé jeux vidéo avec lesquels on a justement l’habitude que cela gronde un peu trop fort, quitte à dénaturer le son en écoute audio.

Corsair - Vengeance 1500 (15).JPG Corsair - Vengeance 1500 (13).JPG

Heureusement, les pré-réglages proposés par Corsair sont à la fois cohérents et efficaces. Que ce soit pour les films, mais aussi pour les jeux avec deux configurations distinctes (MMO et FPS), ainsi que pour la musique avec un réglage référence flatteur et passe partout ainsi qu’un réglage pour des basses plus marquées qu’apprécieront les amateurs de Hip-Hop et de RNB, le Vengeance 1500 sait tirer son épingle du jeu dans à peu près toutes les situations et offre une qualité audio très bonne dans l’ensemble. Le son reste net et précis dans la plupart des circonstances, et l’image sonore est aussi agréable à entendre sur un morceau de Jazz rond et plein de chaleur que sur un hit Pop enchaînant les cassures de rythmes et de sonorités. En revanche, il faut éviter d’opter pour les modes ProLogic IIx ou Dolby Headphone en écoute musicale. Trop souvent, le son est dénaturé, avec une mauvaise tendance à la réverbération.

Corsair - Vengeance 1500 (16).JPGLe Vengeance 1500 de Corsair est également doté d’un microphone, bien pratique pour donner des ordres à ses coéquipiers. Celui-ci se range bien entendu le long de la branche gauche lorsqu’il n’est pas utilisé. De type unidirectionnel, il capte très bien la voix et sait – grâce à son traitement des bruits ambiants – minimiser et atténuer les bruits alentours gênants pour offrir un rendu clair, sans trop de souffle.

Une valeur sûre

Pour conclure, il faut avouer que ce Corsair Vengeance 1500 nous a tapé dans l’œil (ou plutôt dans l'oreille !). Son design racé a le bon goût de ne pas faire dans la surenchère parfois observée du côté des périphériques de jeu, et son rendu sonore est de qualité sur l’ensemble du spectre, peaufiné par quelques pré-réglages d’égaliseur dont il ne faut pas se priver. Les pilotes sont aussi efficaces que le casque est agréable à porter, tandis que l’on ne peut que louer les qualités de spatialisation (précise et bien gérée) via le traitement ProLogic IIx, faisant de ce micro-casque un excellent allié de jeu, doué pour le cinéma et plutôt à l’aise en musique.

LE VERDICT

Qui cherche un micro-casque spatialisé en USB devrait regarder du côté de ce Vengeance 1500. A condition de travailler avec l'égaliseur, il saura aussi s'adapter à l'écoute de différents styles de musique en tirant son épingle du jeu. Et en jeu, il offre des sensations vraiment bonnes.

Les plus
  • Design réussi
  • Confortable
  • Spatialisation précise
  • Pilotes intuitifs
Les moins
  • Télécommande simpliste
  • Uniquement en USB
  • Il faut jouer de l'égaliseur

COMMENTAIRES
Lire le commentaire

Les commentaires sur ce document sont clos.

POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld