Test : Corsair Vengeance K90

Dans la famille Corsair Vengeance, nous voudrions le K90... Le clavier pensé pour les amateurs de MMORPG et plus globalement les joueurs qui aiment avoir plein de macros à portée de doigts.

Il y a quelques semaines, nous vous proposions le test du Corsair Vengeance K60, un clavier mécanique doté de switchs Cherry MX Red imaginé pour les joueurs de FPS et plutôt adapté à la pratique des RTS. Le Vengeance K90 en reprend les bases mais il est, pour sa part, orienté vers les joueurs de MMORPG, et pour cause, il permet de programmer trois profils différents, multipliant les possibilités de macros sur ses 18 touches dédiées. Mais, on va le voir, ce ne sont pas les seules différences qui existent entre ces deux claviers.

18 touches macros montées sur membranes

La première, et probablement la plus visible, concerne le rétro-éclairage des touches qui s’illuminent en bleu selon trois niveaux d’intensité (il est aussi possible de les éteindre, bien évidemment). Un rétro-éclairage qui a la particularité d’illuminer aussi le dessous des touches qui, comme sur le K60, donnent l’impression de flotter au-dessus de la plaque d’aluminium brossé qui sert de base au clavier.

Le résultat est visuellement très réussi, mélangeant l’aspect rétro du mécanique avec ses grosses touches et un petit côté futuriste. Nous, on adore, sauf que le rétro-éclairage n’est pas uniforme et que s’il est globalement bien marqué sur les touches dotés d’interrupteurs Cherry MX, c’est moins le cas sur les touches à membranes. Comme sur les 18 touches de macros situées sur la gauche qui profitent d'un rétro-éclairage blanc bien trop discret, et sont installées sur un petit bloc de plastique rajouté à la base de châssis en alu.

Corsair Vengeance K90 (18).JPG Corsair Vengeance K90 (16).JPG

Car oui, toutes les touches de ce K90 ne sont malheureusement pas dotées de switchs Cherry MX Red, et toute la rangée de touches « fonction », ainsi que le pavé comprenant les touches « Inser », « Suppr », etc., et enfin les 18 touches de macros, sont montées sur membranes.  C’était déjà le cas sur le K60, mais un poil moins gênant dans la mesure où l’on n’utilise pas beaucoup ces touches. Or, les joueurs de MMORPG font largement appel aux macros, et le toucher offert par les touches à membranes est loin d’être équivalent (beaucoup plus mou) à celui des touches mécaniques. Dommage.

Corsair Vengeance K90 (4).JPG Corsair Vengeance K90 (3).JPG

Pour continuer sur les différences, notons ici la présence, dans le coin supérieur gauche, de quatre petits boutons rétro-éclairés correspondant aux trois profils de macros pré-enregistrables sur les 36 Ko de mémoire du clavier, avec un bouton « MR » permettant d’enregistrer une macro à la volée. Pratique. Dans le coin supérieur droit, on retrouve le bouton permettant de désactiver la touche Windows en jeu, à côté duquel prend place celui qui permet de régler le rétro-éclairage des touches. Pour le contrôle du son à la molette et les touches multimédia, rien ne change, excepté là aussi l’intégration de petites diodes pour le rétro-éclairage.

Un vrai repose-poignet

Signalons aussi le remplacement du repose-poignet ergonomique qui cachait les touches remplaçables du K60 par un vrai repose-poignet occupant toute la largeur de ce K90. Un repose-poignet qui vient se clipser et se fixe à l’aide de deux petites vis, doté d’un revêtement soft-touch très agréable, et suffisamment large pour servir à quelque chose et diminuer la casse du poignet. Le canal carpien appréciera. Il est équipé de deux patins anti-dérapants qui limitent les déplacements du clavier sur le bureau de manière efficace, même si les choses sont bien différentes une fois celui-ci relevé sur ses béquilles arrière, position dans laquelle (comme le K60) il a tendance à beaucoup glisser.

Corsair Vengeance K90 Official (2) Corsair Vengeance K90 Official (1)

Corsair Vengeance K90 (10).JPG Corsair Vengeance K90 (12).JPG Corsair Vengeance K90 (11).JPG Corsair Vengeance K90 (15).JPG

Enfin, le dernier changement n’est pas très visible au premier abord mais se note très rapidement à la frappe : il concerne le revêtement des touches. Ici, le plastique est mat mais aussi plus doux que sur le K60 (qui pouvait lui compter sur des touches de déplacement biseautées) et, à l’usage, se révèle plus agréable et accrocheur. C’est une différence qui a son importance puisqu’en bureautique, cela donne un avantage non négligeable à ce Vengeance K90. Mais s’il conserve et améliore les qualités de son petit frère chasseur de headshots, est-il aussi brillant en jeu ? A vrai, dire, il devrait ravir les amateurs de MMORPG à qui il se destine, bénéficiant d’un anti-ghosting et d’un rollover sur 20 touches testé et approuvé.

Quelques regrets, beaucoup de satisfactions

Corsair Vengeance K90 - Pilotes (1).PNGMalgré les petits bémols évoqués, il n’y a rien à jeter sur ce K90 excepté le rétro-éclairage trop léger sur les touches de macros et l’utilisation de membranes pour celles-ci. On s’accommode très bien du reste, surtout que les pilotes proposés par Corsair, dans leur dernière version, sont aussi intuitifs que complets et permettent de préparer jusqu’à 50 profils différents.

On apprécie toujours autant le superbe design de cette gamme Corsair Vengeance, avec ici l’apport du rétro-éclairage qui est un vrai plus. Le toucher est toujours aussi souple (attention aux fautes de frappe tout de même, les switchs Cherry MX Red sont les moins durs, et génèrent beaucoup d’erreurs si l’on ne tape pas avec une certaine précision).

Même si l’on éprouve toujours des petits regrets sur la présence d’un unique port USB 2.0 à l’arrière et l’absence de ports Jack 3,5 mm pour y brancher un micro-casque (le genre de détails sur lesquels Corsair aurait pu faire un effort pour parfaire son K90, qui est tout de même facturé en moyenne 20€ de plus que le K60), on reste globalement impressionné par la qualité et les finitions de cette gamme Corsair Vengeance. Car oui, le K90 est un très bon clavier mécanique de jeu.

LE VERDICT

Pensé pour les joueurs de MMORPG, ce clavier Corsair conserve grosso-modo les mêmes avantages que le K60, mais ajoute le rétro-éclairage très classe et des touches de Macro. Macros qui sont à membrane, et non mécaniques, un choix discutable. En tout cas, c'est un clavier joli et réussi.

Les plus
  • Design et rétro-éclairage
  • Toucher souple
  • Confort de frappe
  • Orientation MMO réussie
  • Pilotes complets
Les moins
  • Un seul port USB
  • Pas de prises micro-casque
  • Certaines touches à membranes dont les macros

Les commentaires sur ce document sont clos.

Publié le Modifié Par
Catégorie : Hardware, Périphériques
Tags : ,
3 commentaires
EN SAVOIR PLUS
POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld