Test : Gigabyte Aivia Xenon

Une souris dotée d'une surface tactile, c'est utile ? C'est en tout cas le périphérique que lance Gigabyte dans sa gamme Aivia, habituellement réservée aux produits "gamer". La curiosité étant notre vilain défaut, nous voulions voir ce que cela pouvait donner...

Les souris à dos tactile, on a donné. Si certains modèles Microsoft se contentant d'offrir un scroll tactile passent encore, les essais de Microsoft avec la Touch Mouse ou de Logitech avec la M600 nous ont laissé perplexes. Mais il faut laisser leur chance aux nouveaux produits, voyons voir ce que Gigabyte nous a concocté avec sa Xenon. Un produit lumineux ?

Tout de noir vêtue, cette souris à dos au 3/4 tactile dispose d'un capteur laser de 1000 dpi alimenté par deux piles AAA. Pour 9,5 cm de long contre 5,5 cm de large et 1,9 cm d'épaisseur, elle pèse sur la balance 89 grammes. Un poil léger à notre goût, même pour une utilisation bureautique, mais pratique en situation de mobilité. Surtout qu'elle offre une glisse qui fait ses preuves assurée par les patins en téflon qui sont présents sur toute la périphérie de la Xenon.

Sur le côté droit se trouve un bouton pour le "Free Scrolling", une fonctionnalité qui permet de défiler verticalement du contenu en déplaçant la souris d'avant en arrière (et vice versa) sans avoir recours au glissement de l'index sur le dos du mulot. Toujours sur le côté droit, mais positionné au coin de la souris, le clic droit. Oui, il n'est pas possible d'effectuer un clic droit avec la zone tactile cliquable du dessus entièrement dédiée au clic gauche. Selon nous, c'est un des deux critères bloquants à l'achat de cette souris. La gymnastique des doigts est trop importante pour avoir sous l'index le clic gauche qui ne fonctionne pas si la frappe du doigt est faite trop au bord, et le majeur sur le bouton du clic droit.

gigabyte_aivia_xenon_droite.png  gigabyte_aivia_xenon_gauche.png

gigabyte_aivia_xenon_devant.png gigabyte_aivia_xenon_derriere.png gigabyte_aivia_xenon_dessus.png gigabyte_aivia_xenon_dessous_ferme.png

De l'autre côté, sur l'avant de la Xenon, se trouve un bouton de changement de mode tactile et juste à côté son bouton de mise sous tension. Le changement de mode est le point fort de cette souris.

Dans le premier mode, elle fera office de souris classique sans fil avec la zone tactile servant de bouton de défilement. Exit au passage le troisième clic. Cette zone accepte un comme deux doigts pour le défilement vertical, mais pas horizontal, et comprendra les fonctions "suivant" et "précédent" en passant les deux doigts de gauche à droite et inversement.

Le deuxième mode permet d'utiliser la zone tactile comme un trackpad d'ordinateur portable. De l'avant jusqu'au 3/4 arrière de la souris, le pointeur suivra le mouvement imprimé par le doigt posé dessus. Le reste de la surface permet le défilement vertical des pages web et autres fenêtres avec un ascenseur. Un mode qui peut être intéressant quand l'ordinateur passe de la bureautique au médiacenter, de la chaise de bureau au canapé.

Pour indiquer le mode actif, la Xenon affiche une LED bleu turquoise en mode normal et violet en mode touchpad.

Plug'n'Play, ou presque

Si toutes ces fonctions semblent prises en charge nativement par Windows, il est possible de les personnaliser avec un logiciel à télécharger sur le site de Gigabyte. Ce logiciel est réduit à sa plus simple expression et propose une liste préenregistrée d'actions possibles. En plus de ces actions, le logiciel propose de démarrer une application depuis l'un des boutons en écrasant donc la configuration précédente ou encore de lancer une combinaison de touches claviers, indispensable pour lancer des macros Excel par exemple. Le logiciel peut être installé sans problème depuis Windows XP 32 bit à Windows 7 64 bit.

gigabyte_aivia_xenon_windows_pilotes  gigabyte_aivia_xenon_logiciel-001  gigabyte_aivia_xenon_logiciel-002  gigabyte_aivia_xenon_install_logiciel-002

L'installation de ce logiciel nécessite un redémarrage complet de la machine pour intercepter et lancer les commandes relatives à la configuration du logiciel. Une fois la configuration terminée, l'icône du logiciel reste active dans la barre des tâches de l'ordinateur aux côtés de l'heure et des autres applications.

Triple loops piqué !

Avec un peu de temps devant soi, la zone tactile s'apprivoise. Les gestes simples ou à deux doigts doivent s'apprendre, surtout pour les utilisateurs de mulots classiques. Les personnes qui utilisent régulièrement un trackpad de portable devraient s'y habituer plus rapidement. Quant au système d'exploitation, on ne peut pas dire que Windows 7 soit particulièrement adapté à ce genre de périphériques de saisie hybrides. Peut-être dans l'interface Métro de Windows 8, la Xenon fera des prouesses ? A voir.

gigabyte-aivia-xenon-03 gigabyte_aivia_xenon_del_mode

La surface tactile est brillante et accumule les traces de doigts même lorsque les mains ont été lavées avant l'utilisation. Qu'à cela ne tienne, elle ne servira pas d'assiette. De plus, la zone tactile glisse assez bien, il faut le reconnaître, toujours après un petit temps d'adaptation plus ou moins long.

gigabyte_aivia_xenon_dessous_ouvert.pngNous avons noté deux points vraiment négatifs tout de même sur cette Gigabyte Xenon, le clic droit que nous avons déjà évoqué et le clic gauche perfectible. Si la main doit être le plus en avant possible pour attendre le bouton du clic droit, l'index se trouve alors au bord de la zone tactile. Ainsi, le clic gauche ne fonctionne qu'une fois sur six et en reculant un peu l'index à la verticale. Position inconfortable à la longue d'autant plus que le défilement vertical est fait aussi avec l'index. A ce titre, le geste est bien raccourci, ne dépassant pas les 1,5 cm, ce qui n'est pas assez pour défiler une page entière de bon nombre de sites Internet.

Comparativement à la Logitech M600 que nous avons également testée, la zone tactile de cette Xenon reste bien plus agréable à utiliser à la longue. Il n'y a pas de frottement de l'index, la surface étant parfaitement lisse. Nous notons également que le dongle USB qui récupère les actions de la souris par radiofréquences peut être rangée sous son capot juste à côté des deux piles. Pas de risque de perdre le récepteur dans le fond de son sac. Bien vu.

Test Gigabyte Aivia Xenon - Main

La souris touchpad du gamer ?

Chose étrange de la part de la firme taïwanaise, sa nouvelle souris est intégrée dans la gamme Aivia, gamme qui - rappelons-le - est bien ciblée pour les joueurs avec des produits tels que le clavier Osmium ou la récente souris Krypton. Etrange donc de glisser une souris tactile aux petites dimensions, clairement un périphérique qui intéressera les travailleurs nomades ou les possesseurs de Media Center, dans cette gamme de produits qui n'ont rien à voir. De plus, avec un ticket d'entrée à 40$ - pas encore de prix pour la France -, cette Gigabyte Aivia Xenon n'a pas tout pour séduire un public qui cherche avant tout une souris à balader partout pas chère, ou un clavier sans fil disposant d'un touchpad ou d'un trackpad pour son Media Center. Bref, il y a de l'idée et une conception plutôt intéressante en dépit de quelques défauts d'ergonomie (le clic droit mal placé, le clic gauche qui ne répond pas toujours bien).

LE VERDICT

Une souris digne d'intérêt proposant des fonctionnalités pour le salon avec une zone tactile qui fonctionnera aussi en mode touchpad. Mais outre la surface tactile qui fonctionne bien, nous avons eu des difficultés pour actionner les différents clics de ce mulot. Si le gauche fonctionne mal en bout de piste, le clic droit est tout simplement mal placé. Il aurait été préférable que les deux clics soient présents sous la zone tactile.

Les plus
  • Zone tactile agréable
  • Mode Touchpad pratique
  • Range dongle intégré
Les moins
  • Clic gauche perfectible
  • Clic droit mal placé

COMMENTAIRES

Aucun commentaire sur cet article.

Les commentaires sur ce document sont clos.

Publié le Modifié Par Denis Leclercq
Catégorie : Hardware, Périphériques
Aucun commentaire
EN SAVOIR PLUS
POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld