Test : QPAD MK-80, le clavier mécanique aux switchs bleus

Les claviers mécaniques utilisant des interrupteurs Cherry MX sont rares. C'est le cas de ce QPAD MK-80, un excellent clavier pour la saisie de texte comme pour le jeu...

Les pro-gamers (ou ceux qui rêvent de le devenir) connaissent forcément QPAD qui, sur l’année écoulée, a enrichi sa gamme de tapis de souris pour se lancer dans les périphériques de jeu tels que les souris, les micro-casques et les claviers. C’est dans cette dernière catégorie que s’inscrit le MK-80, un vrai clavier de jeu mécanique rétro-éclairé conçu à base d'interrupteurs Cherry MX Bleus. Cette solution plutôt haut-de-gamme intègre un hub offrant deux ports USB 2.0 et des prises casque et micro directement au-dessus du pavé tactile. Point assez rare pour être noté, le MK-80 est livré avec un repose poignets décent et bien proportionné, recouvert comme le reste du clavier d’un plastique soft-touch très agréable au toucher, moins salissant que les surfaces brillantes et qui a son intérêt pour les joueurs, puisqu’il joue un rôle de grip. Les touches sont quant à elles recouvertes d’un traitement plastique très intéressant, là aussi pour éviter les dérapages et offrir un confort de frappe agréable.

Finition soignée

En sortant le MK-80 de sa boîte, on découvre un clavier plutôt lourd (près de 1,3 Kg) au design original. Outre le fameux logo de la marque qui est utilisé sur la barre d’espace et sur la lettre « Q », on apprécie un design racé typé gamer mais qui sait rester sobre. L’efficacité étant un terme cher à la cible visée par QPAD, c’est plutôt bien vu et l’on apprécie ce design épuré mais ciselé avec goût. Les diodes dites de « Lock » sont intégrées avec une recherche esthétique fidèle à l’ensemble, et si le rétro-éclairage sur quatre niveaux termine la réussite du design de ce clavier, on regrette que les diodes bleues utilisées n’offrent pas une lumière uniforme sur toutes les touches (la flèche inférieure de Tab, ou celles des touches Entrée et Suppression n’en bénéficient presque pas). C’est bien sûr la faute au switch utilisé qui prend de la place, clavier mécanique oblige. On note également que la face arrière n’est équipée que de deux patins antidérapants, ce qui est un peu juste pour bien accrocher le clavier au bureau. Et au-delà de ces remarques de chipoteurs, il faut reconnaître que ce clavier QPAD à la finition soignée nous a tapés dans l’œil.

QPAD MK-80 (18).JPG

QPAD MK-80 (13).JPG QPAD MK-80 (12).JPG QPAD MK-80 (2).JPG QPAD MK-80 (8).JPG

Et pas seulement dans l’œil ! En effet, les oreilles sont mises à rude épreuve – nos camarades d’open-space n’en peuvent plus. Le mécanisme des touches qui offre deux retours sonores distincts (un premier bien sec à mi-course lorsque la touche est actionnée et un second plus sourd en fin de course lorsque la touche est pressée au maximum) fait de ce clavier l’un des plus bruyants jamais passés entre nos mains. Difficile d’oublier le bruit à la frappe, et pourtant, ce MK-80 offre des performances de haut vol. Tout ce qui touche à la saisie de texte est un plaisir, avec une frappe très rapide grâce à un point d’activation extrêmement précis et un retour tactile marqué. Rien à voir donc avec les claviers à base de Cherry MX Noirs ou Rouges, sans clic et nécessitant une pression plus forte pour l’activation. C’est bien simple, si l’on est très à l’aise avec un clavier, on prendra beaucoup de plaisir à taper du texte avec le MK-80. Les fautes de frappe sont rares, la fluidité est de mise et les sensations très bonnes.

Performant mais très bruyant

En jeu, le port PS/2 permet de bénéficier du NKRO (N-Key Rollover), soit la capacité du clavier à prendre en compte la frappe simultanée de plusieurs touches. L’anti-ghosting avancé par QPAD ne l’est pas seulement à titre marketing, et sur nos petits tests habituels les résultats ont montré que le contrôleur du clavier est bien capable de gérer individuellement chaque touche, sans générer de touches fantômes même en maintenant enfoncées les inévitables blocs « Z, Q, S, D » ou « E, S, D, F ». Notons qu’en utilisant l’adaptateur PS/2 vers USB, on limite le NKRO à 6 touches mais l’anti-ghosting fait bien son travail. On craignait de ne pas apprécier les switchs Bleus lors de nos sessions de jeu, surtout les FPS, mais force est de constater qu’une fois la sensation de retour apprivoisée on est à l’aise avec, même si l’on aurait préféré une résistance un poil plus marquée. Ce qui au final pose surtout quelques problèmes dans les jeux impliquant une grande répétition de la frappe de certaines touches, exercice dans lequel les switchs Marrons sont préférables, comme dans les RTS. Globalement, jouer avec ce MK-80 demande un petit temps d’adaptation mais peut s’avérer vraiment agréable si l’on adhère aux sensations qu’il procure.

En ce qui concerne la fiabilité, ce QPAD inspire confiance. Le mécanisme de rétro-éclairage ayant été positionné hors des switchs, il n’a aucune conséquence sur la résistance des touches que l’on sait excellente chez Cherry. Et puisque les inscriptions sont transparentes, aucune crainte à avoir, jamais elles ne s’effaceront. Un clavier qui s’avère, au-delà de ça, très résistant, avec des touches prévues pour être frappées un minimum de 50 millions de fois chacune. La prise casque ne produit aucun souffle gênant comme c’est parfois le cas avec ce genre de prolongateurs. Et l’on finira par noter que les quatre connecteurs à brancher sont en plaqué-or. Le gros câble de ce clavier qui intègre USB, PS/2 et les deux ports Jack manque toutefois un peu de souplesse.

QPAD MK-80 (3).JPG QPAD MK-80 (5).JPG

Au moment de faire les comptes, le QPAD MK-80 nous laisse une excellente impression. S’il est incroyablement bruyant (son plus gros défaut), il ravira les utilisateurs qui tapent beaucoup de texte sans les décevoir au moment de jouer. Un clavier qui, au niveau compétition, pourrait toutefois ne pas convenir aux amateurs de jeux dans lesquels il faut énormément spammer les mêmes touches. Au-delà de ça, et de son prix de vente élevé (autour de 120€ quand même !), difficile de ne pas le conseiller puisqu’il offre de très bonnes performances, un confort d’utilisation remarquable grâce au choix de ses plastiques, sachant qu’il est à la fois résistant et bien fini, en plus d’avoir un design original et accrocheur. Le MK-80 est disponible chez Pure-Gaming que nous remercions pour le prêt du produit.

LE VERDICT

Un clavier méca avec des switchs bleus, qui utilise de bons plastiques, a un design sympa et un hub pratique... Du tout bon ? Sauf que niveau bruit, c'est un cauchemar. Et qu'il est cher, très cher. A condition d'avoir les moyens, d'adorer ce type de switchs et de jouer avec un casque, pourquoi pas. Parce qu'il est quand même efficace et très agréable une fois maîtrisé.

Les plus
  • Switchs Cherry MX Blue
  • Revêtements plastiques utilisés
  • Rétro-éclairage
  • Connectique complète
Les moins
  • Le bruit
  • Le prix

Les commentaires sur ce document sont clos.

POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld