Test : Logitech G600 MMO

Logitech aime faire des souris. C’est d’ailleurs par ce périphérique que le fabricant suisse a commencé son histoire. On attendait donc beaucoup de cette G600 destinée aux amateurs de MMO, et qui entendait bien marcher sur les plates-bandes des fameuses Naga de monsieur Razer. Avec quel succès ? Réponse dans ce test qui va vous filer des boutons !

A quoi reconnait-on une souris gaming d’une souris lambda simplement destinée à un usage bureautique classique ? A son prix prohibitif, nous diront probablement certains. A son capteur, voire ses capteurs, qui commencent à tutoyer gentiment les 8200 DPI pour les meilleures, là où le commun des mulots se contente d’une gentille plage entre 1200 et 2000 DPI. A sa glisse, mieux pensée. A sa forme originale et ergonomique, également, quoiqu’il s’agisse là d’un aspect que les souris de bureau tentent de plus en plus de s’approprier. Effectivement, tout cela compte, mais la différence, la vraie, se fait surtout au nombre de fonctionnalités que le constructeur est capable de transférer du clavier à son périphérique, en multipliant les boutons.

Abraraccourci !

Dans ce domaine, on distingue différentes approches : celle de Roccat, par exemple, consiste à donner à ses souris l’équivalent d’une fonction SHIFT que l’on trouve d’habitude sur les claviers, de manière à doubler toutes les commandes disponibles par ailleurs. Autre technique, celle de Razer, passé maître, il faut le reconnaître, dans l’art de positionner de véritables pad numérique sur le côté de ses produit. Une guerre des boutons dans laquelle Logitech s’est jeté à corps perdu avec cette G600, et malheureusement, pas avec le meilleur résultat.

   Logitech G600 MMO (9)Logitech G600 MMO (6)Logitech G600 MMO (7)Logitech G600 MMO (5)
    La G600 dispose d'une surface grip au niveau du pouce pour améliorer sa prise en main

Pourtant, sur le papier, et au premier coup d’œil, la G600 s’avère plutôt séduisante : capteur laser capable de supporter une résolution maximum de 8200 ppp, et des accélérations de 30G. De même, sa connectique USB peut faire passer jusqu’à 1000 rapports de positionnement et de clics par seconde. Elle est plutôt jolie, légère (130 grammes environ), et offre un joli rétro-éclairage sur les boutons latéraux. En revanche, dès la prise en main proprement dite, on sent bien que quelque chose va clocher. Pas en termes de confort, dans le sens où la souris se laisse manipuler avec aisance, que ce soit sur un tapis rigide, ou en tissu, mais plutôt en termes d’efficacité fonctionnelle.

La quantité à la qualité

En effet, Logitech a voulu en quelque sorte prendre le meilleur des deux mondes, parmi les exemples que nous avons cité plus haut. Ainsi, sur le côté droit, on trouve un bouton supplémentaire, qui tombe sur l’annulaire, et que le fabricant définit comme un sélecteur G. Selon le choix de l’utilisateur, ce clic bonus pourra servir, soit de commande de débrayage de la sensibilité à la volée pour les joueurs de FPS qui veulent gagner en précision pendant une phase de snipe, soit de touche SHIFT, auquel cas elle multipliera par deux le nombre de commandes disponibles. Et la G600 en dispose déjà d’une bonne quantité de base, puisque sur le côté gauche cette fois, on trouve un pad, de douze boutons, qui s’articule autour de deux zones en forme de goulotte, pour mieux guider le pouce, et dont le design très en relief rappelle furieusement celui de la G300. Comme nous le disions plus haut, sur le papier, tout cela fait envie, sauf qu’en pratique, ça ne marche pas…

Logitech G600 MMO (8)Logitech G600 MMO (4)Logitech G600 MMO (5)
   La molette de la G600 est utilisable sur ses deux axes, en rotation, et en clic à gauche et à droite

En cause pour commencer, la proéminence de ces 12 boutons latéraux qui est censé faciliter la navigation et qui offre finalement des sensations assez mitigées. Le pouce accroche, glisse mal d’un emplacement à un autre. Toutefois, le plus problématique viendra certainement plus de leur dureté que de leur design… Ainsi, le fait d’avoir à forcer leur déclenchement engendre non seulement une légère perte de contrôle sur la souris, mais pire, cela provoque l’actionnement non désiré du fameux sélecteur G. Evidemment, il sera possible de le désactiver via le panneau de configuration, en ne lui affectant aucune fonction. Mais on perdra de fait le bonus SHIFT initialement voulu, et on conservera une certaine gêne vis-à-vis de ce clic intempestif et incontrôlable. On parle évidemment d’un usage MMO. En FPS, avec un sélecteur G en mode débrayage de la sensibilité, et des boutons latéraux moins sollicités, la solution sera beaucoup plus probante, même si elle restera imparfaite.

Logitech G600 MMO (12) Logitech G600 MMO (13) Logitech G600 MMO (11) Logitech G600 MMO (10)
Le pilote fourni par Logitech a la bonne idée de proposer des profils type pour de nombreux jeux

Dommage, parce qu’en dehors de ça, le G600 offre un niveau de finition à l’image de la marque, fiable et robuste. La molette aurait certes pu bénéficier d'un meilleur soin (une simple bande de cahoutchouc), mais elle a le mérite de proposer un mouvement selon deux axes, en rotation de haut en bas, et en translation de droite à gauche. Enfin, les pilotes sont à la fois réactifs et complets, avec différentes options de sauvegarde des profils, en local ou dans la mémoire interne de la souris, choix sur la couleur du rétro-éclairage du pad latéral, et gestion des macros et des seuils de sensibilité.

Même si elle est affichée au prix de 80 euros sur le site du fabricant, la G600 est accessible pour 70 euros en pratique, ce qui représente 10 euros de moins qu’une Razer Naga, notre référence sur le créneau des souris MMO. L’économie financière vaut-elle les sacrifices que nous avons évoqués sur les aspects fonctionnels ? De notre point de vue, non, ce qui placera le produit de Logitech comme un second choix crédible, eu égard à sa qualité de la fabrication, mais un second choix quand même.

LE VERDICT

Plutôt convaincus d'habitude par les produits du fabricant suisse Logitech, nous sommes restés perplexes devant cette G600 spécifiquement dédiée aux joueurs de MMO. La fabrication est certes d'un bon niveau, les pilotes font le job, et la prise en main est bonne. Pour autant, l'organisation des boutons est loin d'être optimale, ce qui en fait pour nous un second choix, moins cher, mais moins ergonomique que les toujours indétrônables Razer Naga et Mad Catz MMO 7.

Les plus
  • Confortable à l'usage (hors jeu)
  • Un prix compétitif
  • Robuste et bien construite
  • Pilotes complets
Les moins
  • Boutons latéraux trop durs
  • Interaction boutons latéraux / sélecteur G

Les commentaires sur ce document sont clos.

POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld