Test : CM Storm Inferno

Plutôt bien dotée en boutons et finement conçue, la CM Storm Inferno ambitionne de se positionner comme une bonne souris gamer à tout faire. Pari réussi ?

Pour le coup, nous sommes clairement à la bourre. Cela fait des mois que vous pouvez trouver la souris CM Storm Inferno dans le commerce, et le test ne pointe le bout de son nez qu’aujourd’hui sur PCWorld.fr. Mais rassurez-vous, on ne se moque pas de vous, et nous n’avons pas ressorti un vieil article oublié des tiroirs pour meubler ce jour de pont. Non, en fait nous n’avions jamais reçu la Inferno. Elle nous est arrivée sur le tard avec le Trigger, clavier mécanique de la marque que nous avons testé récemment. Du coup, on s’est dit qu’écrire quelques lignes sur cette souris ne mangeait pas de pain, surtout qu’on travaille/joue/surf avec elle depuis une grosse semaine.

Classique mais bien pensée

Assez courte, l’Inferno a une hauteur classique. Même si elle est davantage pensée pour les droitiers vu le placement de trois boutons sur la gauche, elle adopte un design ambidextre dans les grandes lignes. La surface glossy qui est utilisée à l’arrière où est intégré le logo de la marque rétro-éclairé est bien moins agréable que les caoutchoucs antidérapants utilisés sur les côtés. Une aubaine pour garder le mulot bien en main et avoir suffisamment de grip. Le plastique travaillé (un peu granuleux) des deux clics est également une réussite, tout comme le caoutchouc très agréable de la molette (crantée et silencieuse).

Bref, la conception de cette CM Storm Inferno souffre de très peu de défauts, et la seule réserve que nous émettons concerne la taille des deux clics principaux, assez petits, et ce pour intégrer de part et d’autre deux parties en plastique dur qui accueillent chacune un bouton. On perd donc en surface de clic, mais on gagne deux boutons super accessibles puisque directement positionnés à côté des boutons gauche et droit. Il faut s’y faire, mais ça peut être très pratique dans certains jeux.

Cooler Master Storm Inferno (4).JPG Cooler Master Storm Inferno (6).JPG

Cooler Master Storm Inferno (7).JPG Cooler Master Storm Inferno (1).JPG Cooler Master Storm Inferno (3).JPG Cooler Master Storm Inferno (9).JPG

La CM Storm Inferno pèse 122 grammes. Un poids correct puisque la souris est suffisamment légère pour ne pas fatiguer à la longue et assez lourde pour garder une certaine précision. Ses déplacements ne posent aucun problème quelle que soit la surface utilisée, puisque le capteur installé au-dessous est entouré de trois énormes patins en téflon. Le capteur justement, parlons-en. Il s’agit d’un capteur laser dont la précision maximum est de 4000 DPI (réglable par pas de 100 dans le logiciel). Son temps de réponse est de 1 ms et son taux de rapport de 1000 Hz.

Des caractéristiques assez classiques pour une souris « gamer », mais rien à signaler du côté de ce capteur qui est aussi réactif qu’il est linéaire et précis. Pas de mauvaise surprise en jeu, et un confort de travail à basse sensibilité tout à fait dans la norme. Les changements de sensibilité (sur cinq niveaux) se font à ce titre via deux petits boutons installés devant la molette, et leur fonction pourra être réattribuée en jeu, tandis que le troisième (hexagonal) permet d’activer les différents modes de rétro-éclairage rouge (le logo, mais aussi les contours de la molette et des diodes placées à l’avant).

C'est qui le pilote ?

Du côté des pilotes, on retrouve l’aspect agressif et très enflammé de la boîte de la Inferno avec des flammes mais aussi un rendu visuel métallique qui ne facilite pas la lisibilité du soft. Petit détail agaçant, à chaque démarrage du pilote un chargement est nécessaire pour re-calibrer le capteur selon le mode choisi (Casual ou Pro). Et après avoir manipulé ces pilotes, le constat que l’on dresse est très clair : il faut un temps d’adaptation et de compréhension avant de pouvoir correctement paramétrer sa souris, mais CM Storm a le mérite de proposer des options très exhaustives. En effet, une fois que l’on a pigé comment définir chaque paramètre, on peut réellement adapter l’Inferno à ses habitudes d’utilisation.

CM Storme Inferno - Pilotes (2).PNG CM Storme Inferno - Pilotes (4).PNG

C’est notamment vrai sur les Macros, et la possibilité de concevoir de vrais scripts très complets, le tout géré depuis une librairie avec la possibilité d’importer et d’exporter des modèles. Quant à la fonction Storm Tactics, elle permet d’assigner encore plus d’actions aux boutons de sa souris via des combinaisons, même s’il faudra une bonne mémoire et de la pratique pour les utiliser sur le champ de bataille. Les 128 Ko de mémoire intégrés permettent de stocker jusqu'à trois profils pour ses jeux préférés.

Cooler Master Storm Inferno (10)

A 40€, un bon mulot

Sans être une véritable souris MMO, la CM Storm Inferno fera l’affaire dans tous types de jeux pour une majorité de gamers. En ce qui nous concerne, on la trouve tout de même plus adaptée à la pratique des RTS et autres MOBA. Et il faut avouer qu’une fois la période d’adaptation (notamment aux pilotes) effectuée, il est difficile de ne pas éprouver de bonnes sensations en jeu avec cette Inferno. Et comme en plus son look est assez passe-partout pour une souris du genre, cela ne gâche rien. Avec des pilotes plus lisibles et plus simples, ainsi qu’un meilleur placement du troisième bouton intégré sur la partie gauche, CM Storm aurait encore pu améliorer les choses.

LE VERDICT

Bonne prise en main pour cette souris qui est également bien agencée en termes de boutons. Les pilotes manquent de lisibilité, mais voilà une souris gamer qui pourrait plaire au plus grand nombre.

Les plus
  • Du grip et une bonne glisse
  • Deux boutons à côté des clics
  • Des pilotes très complets...
Les moins
  • ... mais pas évidents à cerner
  • Un troisième bouton mal placé à gauche

COMMENTAIRES

Aucun commentaire sur cet article.

Les commentaires sur ce document sont clos.

POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld