Test : CM Storm Trigger

Look militaire. Résistance au top. Rétro-éclairage de qualité. Véritable repose-poignet. Plastiques soft-touch... Que dire de plus ? Le Trigger est un bon clavier méca.

Le clavier mécanique est à la mode chez les joueurs, et tous les fabricants de périphériques s’engouffrent dans le filon. Via sa marque CM Storm, Cooler Master présente le Trigger, un clavier mécanique aux lignes militaires qui mise sur son look, mais aussi sa qualité de finition et sa résistance aux chocs pour se faire un nom. Équipé de switchs Cherry MX Black plaqués or (des interrupteurs linéaires à l’activation silencieuse plutôt durs) prévus pour encaisser 50 millions de frappes chacun, le Trigger bénéficie aussi d’un hub USB 2.0 et d’un rétro-éclairage rouge assez perfectionné.

Une arme de guerre illuminée

Au déballage, on découvre un clavier plutôt lourd (1,3 Kg) et plus large que la moyenne puisque sur la partie gauche sont intégrées cinq touches de macro. Aussi, il est assez épais, accentuant un peu la casse du poignet pour qui n’utiliserait pas l’excellent repose-poignet. En effet, ce dernier est bien large, doté de patins antidérapants et recouvert d’un plastique soft-touch agréable. Rien d’incroyable, mais tous les éléments qui font un repose-poignet agréable et efficace. Avec, le Trigger prend beaucoup de place sur le bureau. Possesseurs de dessertes informatiques rikiki, passez votre chemin.

Tous les plastiques sont d’ailleurs doux au toucher sur ce Trigger, ce qui lui confère un côté vraiment très agréable à manipuler. A ce titre, les touches sont également faites d’un plastique spécial qui évite les dérapages, ce qui est assez réussi. En parlant de ça, avec ses six larges patins anti-dérapants, le clavier ne bouge pas d’un poil sur le bureau, ce qui est toujours appréciable. Pour finir sur l’esthétique, signalons la présence d’un logo CM Storm rétro-éclairé dans le coin supérieur gauche. Logo que l’on retrouve également à la place des traditionnelles touches Windows, que l’on peut désactiver histoire d’éviter les retours bureaux intempestifs en jeu.

CM Storm Trigger (4).JPG      CM Storm Trigger (5).JPG

CM Storm Trigger (3).JPG   CM Storm Trigger (2).JPG   CM Storm Trigger (6).JPG   CM Storm Trigger (10).JPG

En parlant de rétro-éclairage, c’est vraiment cette fonction qui donne tout son caractère au Trigger. CM Storm a bien pensé les choses en proposant plusieurs modes, dont deux assez classes, l’un donnant l’impression que le clavier « respire » en jouant avec les différents niveaux d’intensité, l’autre se contentant d’éclairer les touches utiles en jeu, à savoir les Macros, les touches « Z, Q, S, D » et les flèches directionnelles. Aussi, l’intensité du rétro-éclairage rouge est réglable selon cinq niveaux.

Driver sobre et efficace

CM Storm Trigger - Pilote (3)Une fois connecté à l’ordinateur en USB via le câble tressé d’environ 1,8 mètre fourni (les connecteurs sont plaqué or), l’installation du pilote se passe sans problème. Le petit soft fourni par CM Storm est on ne peut plus simple à utiliser et va à l’essentiel : le paramétrage et la création de macros à stocker dans la mémoire interne du clavier de 64 Ko.

A noter que puisque les profils sont stockés dans le clavier, à chaque démarrage de la machine le driver va lire dans la mémoire de celui-ci pour obtenir les infos dont il a besoin, ce qui implique un petit délai avant de pouvoir se servir de sa machine. Bien sûr, c’est désactivable, ce que ne manqueront pas de faire les joueurs qui modifient rarement la configuration de leur clavier.

CM Storm Trigger - Pilote (2) CM Storm Trigger - Pilote (1)

A l’usage, le Trigger se montre convaincant. Déjà, en choisissant des switchs durs, CM Storm oriente vraiment son produit en direction des joueurs. Non pas qu’il soit impossible de taper beaucoup de texte avec, mais la saisie de longs paragraphes à longueur de journée (et on sait de quoi on parle !) peut devenir fatigante. En revanche, puisque la frappe est dure, on fait très peu de fautes de saisie sur le Trigger. Beaucoup moins que sur un clavier avec des switchs Cherry MX Blue par exemple, offrant une frappe plus souple et plus rapide, mais génératrice de plus d’erreurs. L’adaptation sera d’autant plus dure pour les habitués aux claviers à membrane, mais les utilisateurs aux doigts puissants devraient apprécier les caractéristiques de ces interrupteurs.

En jeu, un vrai tueur ?

Reste qu’en jeu, c’est un bonheur qui devrait satisfaire les adeptes de nombreux genres. FPS, MOBA, Diablo-Like, MMO, nos jeux référents se jouent tous très bien, bien que pour les MMORPG devoir se contenter de cinq macros est un peu léger pour qui est habitué aux pavés de touches « M » bien plus fournis. Aussi, pour certains jeux qui demandent de marteler à grande vitesse sans cesse les mêmes touches, les pro-gamers pourraient trouver qu’il manque un peu de rebond au Trigger. Mais on parle d’un clavier mécanique, donc tout est relatif et le rebond reste bien meilleur que sur n’importe quel clavier à membrane. Encore heureux.

CM Storm Trigger (1).JPGUSB oblige, le key-rollover est limité à 6 touches pour l’anti-ghosting. Même s’il est rare d’avoir à frapper plus de 6 touches à la fois, nous avons effectué quelques tests pour voir si ce Trigger est suffisamment bien câblé et pensé pour gérer l’anti-ghosting sur 6 touches. Bonne surprise, cela ne lui pose aucun problème. Par contre, impossible d’activer en même temps une touche de plus. En effet, si toutes les combinaisons de 6 touches que nous avons essayées fonctionnent, il n’est pas possible d’activer plus de 6 touches à la fois. Un faux problème en pratique, cela va de soi.

Enfin, dernier point à aborder et non des moindres : la qualité de fabrication et la durabilité de ce Trigger. A ce titre, la vidéo postée par CM Storm il y a quelques semaines n’a pas manqué d’en impressionner plus d’un. Une fois en mains, on peut vous garantir que l’impression de solidité est au rendez-vous. Les touches ne semblent pas être fragilisées par l’intégration des LEDs pour le rétro-éclairage et les plastiques utilisés sont plutôt résistants aux rayures. A ce niveau-là, rien à dire, vous pouvez partir à la guerre (virtuelle) avec le Trigger sans souci.

Au final, est-ce le clavier mécanique par excellence ? C'est certes un très bon choix, mais dans cette gamme de prix élevée, il faut aussi regarder vers le QPAD MK-85 qui a pour lui l'avantage d'intégrer deux Jack 3,5 mm mais qui glisse une fois réhaussé sur ses pattes rétractables, alors que celles du Trigger sont antidérapantes.

Note : le CM Storm Trigger, testé ici avec des switchs Cherry MX Black, existe en plusieurs versions avec des switchs Blue, Brown et Red.

LE VERDICT

Un clavier mécanique ultra-résistant. CM Storm l'a fait avec le Trigger. Plutôt sobre au final, avec un côté militaire qui passe bien, il est rétro-éclairé. En revanche, il est cher et ne propose pas de Hub.

Les plus
  • Bon look
  • Qualité de fabrication
  • Rétro-éclairage réussi
Les moins
  • Hub USB 2.0
  • Pas de connecteurs Jack déportés
  • Prix élevé

Les commentaires sur ce document sont clos.

POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld