Intel Nehalem : processeurs Core i7

Après l'architecture Core inaugurée il y a plus de 2 ans sur le process de fabrication 65 nanomètres et son portage vers le 45 nanomètres sous le nom de code Penryn, voici venu le temps de Nehalem, nouvelle architecture. Au programme : un quad-core natif avec un cache L3 unifié de 8 Mo, un contrôleur mémoire DDR3 intégré et le retour de l'Hyper-Threading. Nehalem débute sa carrière par le lancement de 3 processeurs de bureau : les Core i7 920, 940 et Extreme 965. Que valent-ils ? La réponse dans notre dossier...

Juillet 2006 avait marqué le retour aux affaires d’Intel avec son architecture « Core » (nommée Merom à ses débuts) et ses Core 2 Duo très performants par rapport aux Athlon 64 X2 d’AMD. Quelques mois plus tard, le fondeur dégainait le premier processeur quad-core x86 avec le Core 2 Extreme QX6700. Bien qu’il s’agisse de deux die de dual core mis sur un même substrat de silicium, son efficacité et celles des quadricoeurs qui ont suivi ont démontré le savoir-faire et la maîtrise d’Intel de son processus de fabrication en 65 nanomètres. Cette étape est ce qu’Intel appelle un Tock, soit une nouvelle microarchitecture. En octobre 2007, Intel présentait déjà l’étape suivante : Penryn que le fondeur regroupe sur la catégorie des Tick, à savoir le portage d’une architecture existante, Core, vers une nouvelle finesse de gravure, le 45 nanomètres en l’occurrence. Cette transition est une réussite puisque les processeurs « Penryn » sont bien nés, plus performants que les « Merom », consomment moins et s’overclockent toujours aussi bien.

http://i.pcworld.fr/78421-intel-nehalem-core-i7.png


Après ce Tick, voici venu le temps d’un autre Tock qui marque l’arrivée d’une nouvelle microarchitecture : Nehalem qui apporte son lot de changements. Nouveaux sockets, contrôleur mémoire intégré DDR3, quadricoeur natif, cache L3 partagé, retour de l’Hyper-Threading, etc. La suite de cette saga Tick-Tock sera le Westmere qui consistera à porter Nehalem vers le process de fabrication en 32 nanomètres avant l’arrivée d’une autre microarchitecture connue sous le nom de code Sandy Bridge, toujours avec une finesse de gravure en 32 nanomètres.


Pour revenir à Nehalem, cette microarchitecture sera déclinée comme d’habitude en version « desktop », « mobile » et « serveur ». A son propos, Intel n’hésite pas à dire qu’elle a été mise au point sur les fondements de l’architecture Core. Il s’agit donc plutôt d’une nouvelle version de l’architecture Core que d’une architecture entièrement nouvelle comme l’avait été Core justement par rapport à l’architecture Netburst des Pentium. Sauf qu’en réalité, Core a été un dérivé de l’architecture mobile des Pentium M (Banias et Dothan), ensuite déclinée en Core Duo avec les dual core Yonah. Ce choix s’est bien évidemment avéré payant vu les performances des Core 2 Duo et Core 2 Quad. Mais les puristes furent déçus par le peu d’innovations apportées par Core. Ces « retards » technologiques n’ont pas porté à conséquence dans le monde des processeurs de bureau et mobiles mais ont été quelque peu pénalisant dans le monde des serveurs. Dans ce domaine, AMD a sorti avec son Barcelona un quad-core nettement mieux adapté à cet univers que les quad-core Intel. Par contre, les déclinaisons de cette architecture en version de bureau, les Phenom, n’ont pas été à la hauteur.

http://i.pcworld.fr/78431-intel-nehalem-core-i7.jpg


Nehalem a donc pour ambition de rafler la mise dans tous les domaines : serveur, pc de bureau et ordinateurs portables. Pour y parvenir Intel mise sur la modularité de son architecture permettant plus de flexibilité, plus de choix. Un processeur à la carte en somme, un peu comme une voiture de base sur laquelle on peut ajouter des options. Point dé départ de Nehalem : les Core i 7 920, 940 et le Core i7 Extreme Edition 965. Verdict ?


COMMENTAIRES

Aucun commentaire sur cet article.

Les commentaires sur ce document sont clos.

Publié le Modifié Par Stéphane Charpentier
Catégorie : Hardware, Processeur
Aucun commentaire
POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld