Test Phenom II X6 1090T : le processeur six coeurs d'AMD

Après les processeurs dual core et quad core, voici venu le temps des processeurs dotés de 6 coeurs d'exécution. Après Intel, c'est en effet au tour d'AMD de sortir des processeurs dotés de 6 coeurs. Valent-ils la peine face à des quad-core ? Ont-ils un réel intérêt ? La réponse dans notre article...

Le multicore est devenu une réalité dans nos PC de bureau et dans nos ordinateurs portables. Rares sont les modèles vendus dans le commerce qui utilisent un processeur monocore, la très grande majorité sont au minimum équipés de deux cœurs d’exécution. Si l’intérêt d’avoir deux cores dans un ordinateur n’est plus à démontrer, c’est moins évident pour les processeurs dotés de 4 ou 6 cœurs. Il faut en effet utiliser des applications massivement multithreadées pour en tirer profit. Pourtant, le multicoeur n’est plus si récent que cela et on aurait pu espérer un support logiciel plus rapide pour profiter de la puissance disponible.

Les CPU multicore : chronologie

Petit rappel historique pour mieux situer la problématique. Les premiers processeurs dual core sont l’œuvre d’Intel en avril 2005 avec l’arrivée des Pentium D. A l’époque, ils n’ont guère été convaincants car il s’agissait en réalité de deux Pentium Prescott mis côte à côte sur un même substrat de silicium. Pour communiquer entre eux, ces deux processeurs devaient alors passer par le chipset, ce qui avait pour conséquence de prendre du temps et de perdre en efficacité. Un mois plus tard, en mai 2005, AMD sort ses processeurs dual core Athlon 64 X2. Le choix du fondeur de Sunnyvale avait été plus intéressant puisque les deux cœurs partageaient un seul contrôleur mémoire, ce qui les dispensait de passer par le chipset pour communiquer entre eux. Par contre à l’époque, on ne parlait pas encore de cache partagé, chaque core disposant de son propre cache de second niveau.

Il faudra attendre juin 2006 pour qu’Intel se réveille et sorte une véritable architecture dual core : l’architecture Core. Elle fut la première à mériter l’appellation d’architecture unifiée puisqu’au sein du même die, on avait droit à deux cœurs d’exécution se partageant un seul et unique cache de second niveau. AMD n’avait à l’époque pas les moyens de répliquer et commença alors l’hégémonie Intel qui est toujours d’actualité aujourd’hui. En novembre 2006, Intel enfonça le clou avec le Core 2 Quad QX6700, le premier processeur quad-core x86. Mais il ne s’agissait pas d’un quadricoeur natif mais de l’assemblage de deux die de Core 2 Duo sur un même substrat de silicium.

En octobre 2007, Intel devance AMD qui s’apprête à sortir son Phenom et sort le Core 2 Extreme QX9650. Il inaugure l’architecture Penryn qui est le portage de Core d’une finesse de gravure de 65 nanomètres vers une finesse de gravure de 45 nanomètres. Pas de changement au niveau de la conception des quad-core qui continuent d’être deux die de dual-core Penryn mis côte à côte. Mais le passage à une finesse de gravure plus petite permet à Intel de faire monter la quantité de cache L2 de 4 à 6 Mo, soit 12 Mo pour les plus puissants quadricoeur de la gamme. Il faut attendre novembre 2007 pour voir AMD sortir enfin son architecture Phenom. Si sur le papier elle est intéressante, dans les faits elle va s’avérer être une petite catastrophe face à l’offre Intel. Il s’agit néanmoins du premier processeur nativement quadricoeur. En effet, sous le même die on a droit à quatre cœurs dotés chacun d’un cache L1 et L2 qui lui sont dédiés et partageant un unique cache L3. Il découlera de cette architecture Phenom des processeurs double cœur et triple core, les Phenom X3 sur lesquels un cœur est désactivé, ce qui fera dire aux mauvaises langues qu’il s’agit là de quad-core dont un cœur est défectueux. C’est le cas pour certains d’entre eux mais ça ne l’est pas pour d’autres.

Die

Le die complexe du Phenom II X6

En novembre 2008, Intel continue d’avancer et dévoile sa toute nouvelle architecture Nehalem gravée en 45 nanomètres. Il s’agit de la première architecture Intel qui débouche sur des processeurs quad-core natifs. Sous un même die, on a en effet droit à quatre cœurs d’exécution utilisant un large cache L3 partagé de 8 Mo. Des plus petits caches L1 et L2 sont de la parte aussi pour chaque cœur. Autre nouveauté, longtemps après AMD, l’intégration du contrôleur mémoire au sein du processeur. A l’époque, Intel dote ses processeurs de l’Hyper-Threading et du mode Turbo, ce qui en fait des processeurs ultra-puissants gérant 8 threads sous le système d’exploitation.

Du côté d’AMD, les évolutions sont lentes et timides puisqu’il faudra attendre 14 mois pour voir arriver les Phenom II qui corrigent un peu le tir des désastreux premiers Phenom. Ces Phenom II sont finalement ce qu’auraient du être les Phenom à leur sortie. Au programme de cette seconde itération, un passage enfin vers une finesse de gravure en 45 nanomètres et un triplement du cache de second niveau puisqu’il passe de 2 à 6 Mo. Cette révision va surtout permettre à AMD d’enfin monter en fréquence, ce qui a toujours fait défaut aux premiers Phenom.

Intel décline ensuite son architecture Nehalem vers des processeurs plus abordables, les Core i7 et i5 sur socket LGA 1155. Ils inaugurent une autre nouveauté, l’intégration du contrôleur PCI-Express, en sus du contrôleur mémoire, au sein du processeur, ce qui simplifie le design des cartes mères qui résume le chipset à un southbridge. Enfin, en janvier 2010, arrivent les Core i3 et i5 qui inaugurent la finesse de gravure en 32 nanomètres et sont aussi les premiers processeurs à inclure une solution graphique. Cette dernière n’est pas intégrée sous le même die que les cores mais placée à côté, sur le même substrat de silicium. C’est également au sein de ce die que l’on trouve désormais le contrôleur mémoire et le contrôleur PCI-Express, ce qui au final équivaut à avoir intégré un northbridge à côté du processeur. AMD de son côté s’est principalement concentré sur le bas et le milieu de gamme en sortant de nouveaux processeurs dual core et quad-core sous la marque Athlon II X2 et Athlon II X4 et également sous l’appellation Phenom II X2.

Des processeurs dotés de 6 coeurs !

Enfin en mars dernier, Intel a sorti le Gulftwon, le Core i7 980X, qui est un véritable monstre composé de 6 cœurs sous un même die. On retrouve également le contrôleur mémoire et un cache partagé L3 de pas moins de 12 Mo ! Supportant l’Hyper-Threading, ce processeur propose donc pas moins de 12 threads ! Il profite de la bonne maîtrise d’Intel de ses processus de fabrication pour lui aussi bénéficier d’une finesse de gravure en 32 nanomètres. Pour la petite histoire, il s’agit du premier processeur de bureau doté de 6 cœurs mais pas du premier processeur hexacore x86, puisqu’Intel et AMD avaient lancé au préalable des processeurs 6 cores pour les plateformes serveurs.

Après Intel, c’est donc au tour d’AMD d’officialiser son premier processeur de bureau doté de 6 cœurs : le Phenom II X6. Que vaut-il ? C’est ce que nous allons étudier dans cet article.


Les commentaires sur ce document sont clos.

Publié le Modifié Par Stéphane Charpentier
Catégorie : Hardware, Processeur
Tags : ,
34 commentaires
EN SAVOIR PLUS
AMD
POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld