UN RETOUR À LA NORMAL TARDIF ?

UN RETOUR À LA NORMAL TARDIF ?

La crise passée, les prix vont-ils continuer à baisser ?

Sur la question de la baisse des prix, tous nos interlocuteurs ont été très clairs. Il ne faut pas s’attendre à ce qu’ils redeviennent aussi bas qu’avant les inondations. D’une part parce que les fabricants ne livrent toujours pas exactement les quantités et capacités de stockage demandées. D’autre part parce que les stigmates de la catastrophe sont toujours présentes.  Enfin parce que le développement de nouvelles technologies dans le sillon des HDD coûte cher.

« Nos fournisseurs massivement installés en Thaïlande n’ont pas, eux, forcément la même force d’investissement que WD et n’ont pas pu faire repartir leur appareil productif aussi vite. Ce qui a eu beaucoup de conséquences sur la situation de pénurie. On essaye donc de travailler au-delà de nos usines pour aider ces entreprises à se remettre dans l’ordre et à se prémunir (…) Western comme Seagate avons actuellement de forts besoins d’innovation et pour ça, il faut de la marge pour investir » explique WD, qui n’a mis que 46 jours à produire un premier disque dur post-inondations.

Malgré tout, la baisse des prix est amorcée, comme en atteste David Essaiagh de RueDuCommerce : « Les fabricants ont retrouvé une cadence de production satisfaisante garantissant actuellement un bon niveau de disponibilité pour les consommateurs. D’après nos informations, la pleine production est prévue à partir de septembre. Même si nous n’avons pas encore retrouvé les niveaux de prix d’achats antérieurs à la catastrophe, nous notons une faible baisse de prix continue depuis le mois de février. Néanmoins, le taux de change euro-dollar peu favorable ralentit la baisse de prix en Europe ».

Fatalement, le disque dur ayant atteint de tels prix, c’est le SSD qui en a profité pour gagner en compétitivité. « Le SSD est une des familles de produits qui ne cesse de progresser, il en a profité pour devenir plus accessible. Mais c’est avant tout la compréhension des avantages produit (réactivité, vitesse, énergie) qui ont fait décoller ce segment » assure le chef de marché.

SSD : un ennemi qui soigne son coût au Go

Mais en face, Western Digital et Seagate qui ne sont pas présents au niveau grand-public sur le stockage flash, défendent leur bastion. Chez WD, « Avec des prix repartis à la baisse, le disque dur est sans conteste l’unité de stockage qui propose le prix au Go le plus intéressant. Une grande majorité d’utilisateurs n’a pas besoin des débits offerts par les SSD et beaucoup de paramètres restent à l’avantage du HDD : prix, pérennité, durabilité, compatibilité ». Pourtant, le fabricant nous a avoué réfléchir aux solutions hybrides et aux opportunités sur le flash.

SSD Test (4).JPG

Seagate a de son côté fait un premier pas avec la série Momentus qui mixe plateaux magnétiques et cellules de NAND. Une hybridation qui fait des adeptes : « Nous en avons déjà vendu plus d’un million. Ces disques améliorent les lectures et la réactivité tout en offrant de bonnes performances en écriture. De plus en plus de consommateurs sont séduits lorsqu’ils les essaient ». Quant au SSD grand public, « C’est un marché qui explose. Nous ne sommes pas dupes et avons acquis et développé des technologies qui sont susceptibles de nous donner un avantage. Je peux vous garantir que l’ambition de Seagate est d’être présent sur toute la chaîne de stockage » conclut Jean-Louis Cazenave. Ce qui en dit long sur la veille des deux géants du stockage en matière de SSD...

Les commentaires sur ce document sont clos.

Publié le Modifié Par
Catégorie : Hardware, Stockage
13 commentaires
ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld