SSD : l'importance du contrôleur !

La démocratisation des SSD a amené des personnes à en acheter un avec quelque fois des déceptions à l'arrivée. La cause est principalement le recours par des fabricants à des contrôleurs peu onéreux, bas de gamme et ne gérant pas optimalement les écritures sur les puces NAND Flash. Parmi ces contrôleur, le plus populaire est le JMicron JMF602, désormais en version "B" et qui équipe deux SSD que nous avons passé sur le banc, l'un à base de puces MLC et l'autre à base de puces SLC. L'occasion d'étudier ce contrôleur que nous n'avions pas encore eu l'opportunité de tester...

Le disque dur fut longtemps le périphérique le plus critiqué à cause du manque d’innovation et d’évolution dans ce secteur. Certes, les fabricants nous offrent toujours plus de capacité grâce à de plus grand plateaux améliorant chaque fois un peu les performances, sans pour autant marquer un progrès sensible. Hormis Western Digital avec ses Raptor, on ne peut pas dire que l’évolution des performances des disques durs soit du niveau de ce que l’on observe du côté des cartes graphiques et des processeurs. Et un jour, le messie est arrivé : le SSD. Pour être plus correct, précisons que le SSD existe depuis très longtemps mais que ce n’est que récemment qu’il se popularise grâce à une réduction du coût de production des puces de mémoire flash. En conséquence, les modèles se multiplient à vitesse soutenue avec du très bon mais aussi du très mauvais. Souvent les SSD bon marché sont décevants en termes de performance mais même des SSD plus onéreux génèrent chez leur propriétaire un sentiment de frustration. Le problème vient principalement de tous ces SSD, souvent à bas prix, qui utilisent le déjà tristement célèbre contrôleur JMicron JMF602. Selon certaines sources, ce contrôleur pose principalement problème avec des SSD dotés de puces MLC tandis qu’en combinaison avec de la SLC, les performances seraient au rendez-vous.

Image
Deux SSD dotés du contrôleur controversé JMicron JMF602,
le Transcend équipé de SLC et le CSX doté de puces MLC


Histoire de tirer cela au clair, nous nous sommes procurés des SSD utilisant ce contrôleur, l’un à base de SLC et l’autre à base de MLC. Nous avons donc mis la main sur un SSD S-ATA 64 Go 2.5 pouces de la marque Transcend, le TS64GSSD25S-S à base de puces SLC, à ne pas confondre avec le TS64GSSD25S-M composé quant à lui de puces MLC. Le modèle utilisant le JMF602 en combinaison avec des puces MLC est le CSX Flash-SSDQ-SATA2-MLC-128.
Notre but est de vous éclairer sur les considérations dont il faut tenir compte avant de casser sa tirelire pour acheter un SSD et pour ce faire, nous allons vous rappeler de quoi se compose un Solid State Drive. Nous reparlerons donc des types de puces disponibles, SLC ou MLC, mais surtout du contrôleur et du cache qui peut l'accompagner. Enfin, des tests de performances clôtureront cet article...


COMMENTAIRES

Aucun commentaire sur cet article.

Les commentaires sur ce document sont clos.

Publié le Modifié Par Stéphane Charpentier
Catégorie : Hardware, Stockage
Aucun commentaire
POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld