Test : BlackBerry Z10

Avec le Z10, BlackBerry (ne dites plus RIM, malheureux !) joue rien de moins que son avenir. Après plus d'une semaine d'utilisation, il est temps d'attribuer une note au smartphone. Mais avant, détaillons la chose avec minutie, point par point.

Dire que BlackBerry mise énormément sur le succès de son Z10 est un doux euphémisme, tant le constructeur a besoin de retrouver le chemin du succès. Autrefois stars des entreprises - et un temps chouchous des ados grâce à BB Messenger - les smartphones BlackBerry ont perdu la cote face à des iPhone ou des Android plus sexys aux yeux du grand public. La société a donc décidé de revoir sa copie et de repartir de zéro. Une véritable tentative de renaissance, qui repose sur deux aspects : un appareil au design repensé et un OS tout nouveau, qui essaie de redéfinir notre utilisation du smartphone.

Lorsque l’on sort pour la première fois le Z10 de sa boîte, ce n’est cependant pas la surprise qui domine. En effet, à première vue, le terminal affiche un design très classique qui, avouons-le, reprend dans les grandes lignes celui des iPhone 4 et 5. Très monolithique d’aspect, le Z10 ne s’embarrasse d’aucun bouton en façade et propose des courbes dans l’esprit de ce que fait Apple, avec toutefois des arrêtes un peu plus arrondis, du coup plus agréable au toucher. Plus généralement, c’est la sobriété qui prime ici : le noir est partout et seuls les boutons de tranches (volume et contrôle vocal) ainsi que la touche d’allumage au-dessus apportent une couleur argentée d’assez bon goût. Bien qu’extrêmement différent du design des anciens modèles de BlackBerry, ce Z10 reste tout de même dans l’esprit de ce qu’a toujours fait la marque : ici, c’est la classe, la sobriété et le sérieux qui prime. La face arrière confirme largement cette impression, avec une coque - amovible - dotée d’un revêtement piqué très agréable au toucher et orné du logo de la marque.

Test BlackBerry Z10 (6)                Test BlackBerry Z10 (4)           Test BlackBerry Z10 (2)
Voir la galerie photos complète (23 images)

Classique, mais beau à regarder, le Z10 est également irréprochable dans sa prise en main. Un peu plus large et plus haut qu’un iPhone 5, mais moins imposant qu’un Galaxy S3, il tombe parfaitement dans la main et peut s’utiliser d’un seul pouce. Le poids (137g), bien que supérieur aux dernier appareils d’Apple (112g) et Samsung (133g), nous a également semblé très satisfaisant. Ceux qui ont hurlé face au chiffre du Lumia 920 (185g) peuvent donc être rassurés. Globalement, le Z10 jouit donc d’un très bon design, d’une ergonomie impeccable, ainsi que d’une finition à la hauteur de son prix. On peut juste regretter que les ports USB et HDMI soient « à nus » sur l’appareil, un cache pour les dissimuler et les protéger aurait été à la fois plus rassurant et agréable à l’œil. Cela dit, la présence d’un port HDMI va dans le sens d’une connectique très complète et de fonctions réseaux exhaustives : Bluetooth 4.0, Wifi 802.11, NFC, GPS et LTE.

Test BlackBerry Z10 (11)Test BlackBerry Z10 (12)
Le BB Z10 face à l'iPhone 5 : la différence de taille est plus flagrante qu'il n'y parait.

Des accessoires un peu décevants mais un écran irréprochable

Un mot rapide sur les accessoires fournis, qui ne nous ont pas totalement convaincus : la housse est conçue avec un revêtement assez désagréable au toucher et, surtout, n’est qu’une simple pochette difficilement utilisable en l’état. Les écouteurs sont quant à eux dans la moyenne de ceux fournis avec un téléphone, c’est-à-dire pas franchement confortables et sortant une qualité et une puissance sonore largement insuffisantes pour tout mélomane qui se respecte. À noter tout de même la présence d’une pince « cravate » pour les faire tenir sur un vêtement et une touche permettant de mettre un morceau en pause. Le micro intégré est par contre de bonne qualité et l’unique bouton permet à la fois de décrocher/raccrocher et de passer en mode muet. Bref, ces écouteurs s’avèrent très corrects lorsqu’ils font office de kit mains libres, mais restent décevants quant à leur qualité sonore.

Test BlackBerry Z10 (9) Test BlackBerry Z10 (10)
Malgré une luminisoté max un peu juste, l'écran reste très lisible...

La déception n’est par contre pas au rendez-vous du côté de l’affichage qui nous a globalement convaincus. Le Z10 est équipé d’un écran LCD de 4,2 pouces Gorilla Glass, qui affiche une définition de 1280 x 720 et 355 ppp. Bref, sur le papier, il semble meilleur que ses concurrents directs, que ce soit l’iPhone 5, le Galaxy S III ou le Lumia 920. En pratique, il n’y a quasiment rien à redire : la finesse d’affichage est au rendez-vous (impossible de déceler le moindre pixel) et les photos semblent fidèlement affichées, avec un taux de contraste très bon, des couleurs qui ressortent bien et paraissent naturelles, ainsi que d'excellents angles de vision. Le seul bémol concerne la luminosité de l’écran, qui, même poussée à fond, nous a paru un peu juste. Cela ne l’empêche pas d’être extrêmement lisible en toute circonstance, que ce soit en intérieur ou en plein soleil. Les traces de doigts restent quant à elles très discrètes. Bref, l’écran du Z10 est une réussite quasi totale, et se place largement au niveau des derniers smartphones haut de gamme.

L’autonomie : ça coince vraiment ?

Test BlackBerry Z10 (15)Passons maintenant à l’un des points les plus importants lorsque l’on doit juger de la qualité d’un tel appareil : son autonomie. Si vous avez déjà parcouru le web pour lire les premiers retours de la presse, vous savez sans doute déjà que cet aspect du Z10 est très critiquable. La batterie du dernier BlackBerry est-elle si décevante que ça ? Oui et non. Clairement, elle se situe en dessous des autres terminaux du marché, mais sa durée de vie varie énormément en fonction de l’utilisation.

La lecture d’une vidéo 720p est par exemple satisfaisante, puisqu’elle peut tourner pendant 6h37 avant épuisement. Mais c’est dans le cas où l’on ne fait rien d’autre, où l’on ne reçoit pas d’appel et où l’on reste au même endroit toute la journée. Lors d’une utilisation plus classique et très nomade, le constat est plus alarmant : passez une journée entière à l’extérieur, recevez quelques appels, surfez, consultez vos mails, prenez quelques photos… Et le téléphone s’éteindra irrémédiablement en milieu de soirée, vers 22h.

La plus grosse consommation semble venir du passage d’un réseau à l’autre (attention si vous êtes chez Free) lorsque vous vous déplacez. Dans une journée de travail en semaine, plus sédentaire, le téléphone tient en revanche mieux la charge : vous pouvez l’utiliser derrière votre bureau et toute la soirée, avant de devoir le brancher avant de vous coucher. Mais bref, s’il ne faut retenir qu’une chose de cette batterie, c’est qu’elle vous accompagnera au maximum 24h avant de tomber et que vous aurez intérêt, de toute manière, à la charger chaque soir. Reste à savoir désormais si BlackBerry pourra améliorer ce résultat assez faible via une mise à jour de l’OS, certains soucis d'autonomie pouvant être réglés par des corrections logicielles. Bonne nouvelle, tout de même : la batterie étant amovible, rien ne vous empêchera d’en acquérir une plus performante, à terme. Mais c’est une dépense supplémentaire, qui suit l’achat d’un téléphone à presque 600€, et c’est forcément dommage.

Test BlackBerry Z10 (23) Test BlackBerry Z10 (13)
L'appareil photo du Z10 est une vraie bonne surprise

Est-ce le prix à payer pour que le Z10 s’offre des performances de haut niveau, une fluidité d’utilisation excellente et un appareil photo de qualité ? Ces trois points sont en effet irréprochables. L’APN, notamment, nous a très agréablement surpris. S’il n’atteint pas le niveau de qualité de celui du Lumia 920 (qui reste imbattable en intérieur), son objectif de 8 mégapixels, son autofocus et son flash lui permettent de prendre de très belles photos, un cran au-dessus d’un iPhone 5 ou d’un HTC One X. BlackBerry a eu la bonne idée de le doter de quelques fonctions intéressantes, comme un mode rafale qui peut shooter une scène à l’infini, un mode « détection des visages » qui permet de sélectionner le meilleur cliché (un système similaire à la « Photo Intelligente » des Nokia sous Windows Phone 8) ou encore différents filtres très « instagram » et quelques fonctions de retouches basiques (recadrage, contraste, luminosité, etc.) pratiques pour améliorer rapidement une photo. La qualité des vidéos n’est pas en reste, avec la possibilité de filmer en 720p ou 1080 ainsi qu'un stabilisateur et un éclairage d’appoint intégrés.

BlackBerry 10 : remise à plat

Côté matériel, le Z10 est donc une vraie réussite, si l’on excepte sa batterie quelque peu faiblarde. Passons maintenant à son autre argument majeur : BlackBerry 10. Comme dit lors de nos premières impressions sur l’OS, BB10 se veut à la fois un système d'exploitation innovant et rassurant. Il emprunte en effet bon nombre d’idées de la concurrence, tout en proposant une façon de naviguer inédite, qui peut dérouter les premiers temps. Il faut en effet prendre l’habitude de glisser ses doigts depuis les bords de l’écran pour accéder au multitâche, aux apps ou au BlackBerry Hub, les trois grandes sections de cet OS.

BlackBerry Hub est très certainement la meilleure idée, puisque cette partie regroupe l’ensemble de vos communications : SMS, mails, BB Messenger, appels, mention Twitter, messages Facebook et Linkdin… Le tout est extrêmement exhaustif et, surtout, étonnamment clair. L’interface reste simple et l’on sait d’une seule icône à quel type de canal de communication l’on a affaire. D'autant plus qu’il est évidemment possible d’afficher uniquement tels ou tels types de message. Passé un léger temps d’adaptation, on navigue dans ce BB Hub avec plaisir, rapidité et fluidité.

Un constat encore plus évident lorsque l’on souhaite écrire un message, puisque le clavier virtuel du Z10 est tout simplement un des meilleurs qu’il nous ait été donné de voir. Non content de proposer des touches bien placées, il est doté de fonctions de correction automatique très puissantes et d’un système de suggestions très efficace. Celui-ci vous propose en effet le prochain mot de votre phrase juste au-dessus de la prochaine lettre et vous n’avez qu’à faire glisser votre doigt vers le haut pour l’écrire automatiquement. Encore une fois, passé un certain temps d’adaptation, les phrases se tapent en un temps record.

Test BlackBerry Z10 (21) Test BlackBerry Z10 (17) Test BlackBerry Z10 (22)
BB Hub et le clavier virtuel : les deux grandes réussites de BlackBerry 10. La gestion du multitâche est quant
à elle inspirée du N9 Meego de Nokia, mais limite le nombre d'apps ouvertes à huit

Globalement, BlackBerry 10 est donc un OS très bien pensé, mais, en dehors de son hub très innovant, reste finalement assez classique. Le multitâche fait office d’écran d’accueil et affiche vos huit dernieres apps ouvertes, dans une fenêtre réduite très lisible. Un coup de pouce vers la droite affiche les apps installés, et l’on se retrouve alors dans une organisation qui ressemble beaucoup à ce qu’on trouve sur iOS : chaque appli bénéficie de sa petite icône uniformisée et l’on peut les regrouper en dossier en les faisant glisser l’une sur l’autre. En parlant d’apps, évoquons également le store, baptisé BlackBerry World qui, lancement oblige, est encore assez peu rempli, même si la compagnie en annonce 70.000 déjà disponibles. On retrouve tout de même quelques immanquables (Twitter, Facebook, Linkdin, Angry Birds Star Wars, Cut The Rope, etc.) ainsi que certaines apps' qui sont en fait issues d'un Android émulé, comme celle du journal Le Monde. Attention cependant, cette émulation n’a pour le moment pas l’air très au point, puisque l’affichage des pages se paie quelques ralentissements assez disgracieux.

Test BlackBerry Z10 (19)  Test BlackBerry Z10 (18) Test BlackBerry Z10 (20)
Le store d'applications, malgré quelques immanquables, reste trop succint

Au final, que pensez de BlackBerry 10 ? Ce nouvel OS est clairement prometteur et, s’il va moins loin en terme d’innovations que Windows Phone 8, apporte un vrai coup de fouet à la mobilité, tout en gardant des bases connues et immédiatement assimilables. Il est encore un peu jeune (quelques bugs et freeze apparaissent, assez rarement heureusement) et son store a besoin du soutien des développeurs, mais le chemin pris par BlackBerry semble encourageant.

De retour dans l’arène

« Encourageant », c’est d’ailleurs le mot qui nous vient à l’esprit à propos de ce Z10, qui est clairement un très bon smartphone, à la fois bien fini, performant et doté d’un système séduisant. S’il conviendra avant tout à ceux qui souhaitent centraliser un maximum leurs communications, grâce à une fonction Hub très bien pensée et un clavier irréprochable, il pourrait aussi convaincre les amateurs de multimédia (les formats vidéos supportés nativement sont variés : mkv, avi, mp4, xvid…), mais moins les fans de jeux, tant que le store n’est pas plus achalandé. Dans tous les cas, si l’on excepte sa batterie en deçà des concurrents, le BlackBerry Z10 est largement de taille à lutter. Pourrait-il truster la troisième place du podium tant convoitée ? La bataille avec Microsoft s’annonce en tout cas rude, mais passionnante à suivre.

LE VERDICT

Le BlackBerry Z10 marque une véritable remise à plat de BlackBerry, qui parvient ici à proposer un smartphone haut de gamme très bien conçu et qui, malgré un design prenant peu de risque, montre bien la direction prise par la société. Le discours est le même pour l’OS BlackBerry 10, qui se dote de fonctionnalités innovantes et bien conçues, tout en reprenant astucieusement ce qui a fait le succès des autres. Avant tout pensé pour nos communications, le Z10 ne déçoit pas et s’avère même une jolie surprise. Pourquoi, alors, "seulement" quatre étoiles ? L’OS est encore un peu jeune et a besoin de quelques patchs et, surtout, la durée de la batterie déçoit quelque peu. À vous de voir si ces défauts sont rédhibitoires.

Les plus
  • Design sobre et élégant
  • BlackBerry 10, un OS prometteur
  • APN de bonne qualité
  • Clavier virtuel exceptionnel
Les moins
  • L'autonomie, un peu décevante
  • L'OS est encore un peu jeune
  • Il faut plus d'apps sur le store

Les commentaires sur ce document sont clos.

POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld