Test : Samsung Galaxy S4

L'un des téléphones les plus attendus de l'année est dans nos mains depuis une bonne semaine et nous lui en avons fait voir de toutes les couleurs. Reste à savoir si Samsung a su répondre à nos attentes concernant ce "fameux" Galaxy S4.

Il n’est pas vraiment évident d’entamer l’écriture d’un test du Galaxy S4, tant tout semble avoir déjà été dit à son sujet. L’un des smartphones les plus attendus de l’année (avec, disons, le prochain iPhone) a été l’objet de toutes les rumeurs avant son annonce et de toutes les spéculations durant les dernières semaines. Certains ont été déçus de son apparent manque d’innovation, d’autres n’hésitent pas à le qualifier de téléphone le plus puissant du marché… Après une grosse semaine d’utilisation, il est donc temps de mettre les choses à plat et d’émettre un avis le plus tranché possible.

Test Galaxy S4 (10) Test Galaxy S4 (8) Test Galaxy S4 (11)
Voir la galerie complète (17 photos)

Vis-à-vis de son look et de son design général, tout d’abord, le Galaxy S4 procure deux impressions presque paradoxales. D'un côté, on regrette le manque de prise de risque de la part de Samsung devant ce qui est avant tout une mise à jour du SIII, tout comme on tique un peu devant son aspect tout plastique désormais cher à la gamme Galaxy. Mais, d'un autre côté, et à l’usage, il est impossible de nier que le S4 est agréable à regarder et à toucher, et qu'il bénéficie d'un aspect plus "solide et classe" que son prédécesseur. À quoi cela est-il dû ? Peut-être à ses courbes légèrement moins arrondies, mais toujours très agréables, à l'imitation aluminium qui entoure la coque ou, tout simplement, à la taille généreuse de son écran (en dépit de dimensions restées pratiquement identiques).

Test Galaxy S4 (6) Test Galaxy S4 (12)

À l'arrière, on retrouve la coque amovible habituelle, avec un touché très lisse qui semble assez glissant. Globalement, si le S4 est très agréable en main, on rechigne souvent à l'attraper vivement, de peur qu'il nous échappe et tombe. Un défaut qui peut être gênant lorsque vous souhaitez le dégainer pour prendre une photo, par exemple. Côté finition, rien à redire, c'est du très bon boulot, notamment au niveau des jointures de la coque, totalement invisibles et qui donnent presque l'impression que l'appareil est moulé d'un seul bloc. Un aspect supplémentaire qui contribue à rendre le S4 agréable à l'œil à défaut d'être vraiment original.

Rien d'exceptionnel à signaler côté connectique, puisqu'on retrouve l'essentiel : une prise jack 3,5mm, un port micro USB, ainsi qu'un slot micro SD à l'intérieur, qui accepte des cartes mémoire de 64 Go au maximum. À noter qu'il devrait être vite nécessaire d'en utiliser une, l'OS prenant une place énorme sur la mémoire interne, qui est, elle, de 16 Go au minimum. 16 go qui sont malheureusement réduits de moitié, Android et TouchWiz squattant allègrement 8 Go. La connectivité est quant à elle ultra complète, avec du Wifi 802.11 a/b/g/n/ac, du bluetooth 4.0, du NFC, de la 3G+ et de la 4G/LTE.

Ecran et APN : les arguments massues ?

Passons maintenant à l'un des gros points forts du Galaxy S4 : son écran. Comme dit plus haut, Samsung a réussi l'exploit d'agrandir sa taille, désormais de 5’’, par rapport au SIII, sans toutefois revoir les dimensions du corps à la hausse. Au premier regard, on constate surtout que les rebords sur les côtés sont extrêmement fins, bien plus que sur son prédécesseur. L'écran prend donc une place importante, à la mesure de la qualité d'affichage qu'il offre. Désormais la norme sur cette gamme de smartphones, le full HD apporte une finesse et un confort de lecture impeccable, même si la différence avec le 720p n'est, une fois de plus, pas flagrante. En revanche, la très grande luminosité (300 cd/m2 au maximum) rend honneur aux photos prises avec l'appareil. La colorimétrie est elle aussi excellente, et Samsung offre le choix entre différents profils de couleurs, de "dynamique" (où toutes les teintes sont plus ou moins saturées), à "vidéo" (qui propose un affichage un peu plus terne, mais du coup un peu plus fidèle). Voilà qui devrait à la fois satisfaire les amateurs du Super AMOLED cher à Samsung, comme les partisans de davantage de sobriété. À noter que, comme sur le Lumia 920, l'écran du S4 peut être manipulé avec des gants. Une option par défaut désactivée pour économiser de la batterie, mais accessible dans "paramètres - mon appareil - affichage".

Test Galaxy S4 (17) Test Galaxy S4 (16)
Test Galaxy S4 (14) Test Galaxy S4 (15)

Continuons dans les éloges, en évoquant maintenant l'appareil photo, qui nous a très agréablement surpris. Samsung a souvent été un habitué des bons APN, mais il semble que le Coréen se soit ici surpassé. Sur de nombreux points, le capteur de 13 mégapixels du S4 atteint et dépasse même parfois la qualité du mètre-étalon en la matière : le Lumia 920. En extérieur, les photos sont très lumineuses, détaillées et fidèles. Mais c'est en intérieur, de nuit et/ou avec flash que le S4 nous surprend le plus : la captation de la lumière est excellente, les couleurs ressortent bien et le grain est invisible. Le logiciel de l’appareil photo est de plus très bien doté en matière de fonctions et de modes, et propose même de l’inédit avec la fameuse fonction « dual camera », qui permet d’afficher simultanément ce que voient l’objectif avant et arrière de l’appareil. Une feature sympathique qui, avouons-le, peine à prouver son utilité sur le long terme, tout comme la possibilité de capturer le son lors d’une photo.

Photos avec GS4 (1) Photos avec GS4 (4)
Photos avec GS4 (3) Photos avec GS4 (2) Photos avec GS4 (5)

Avec une capacité de 2600 mAh, la batterie du Galaxy S4 se situe pile entre celle du SIII et celle du Note II. Une bonne nouvelle, à première vue, même si, avec toutes les fonctionnalités propres à l'appareil gourmandes en énergie de type Air Gesture ou Air View, on pourrait s'attendre à un résultat décevant. Mais rassurez-vous, ce n'est heureusement pas le cas, à condition de ne pas abuser de ce genre d'option. Dans le cadre d'une utilisation classique, mais complète, on peut tabler sur une journée et demie de batterie, en jouant un peu avec les options d'économie d'énergie. Côté lecture vidéo, le résultat est encore plus probant : le résultat de plus de 9h le place directement à la seconde meilleure place de notre classement, juste derrière le Galaxy Note II. Bref, ce n'est encore pas sur ce terrain que l’on prendra le S4 en défaut.

Test Samsung Galaxy S4 Autonomie vidéo (mn)

Sur le podium des performances 

Avec son processeur Snapdragon 600 quatre cœurs cadencé à 1,9 Ghz, ses 2 Go de RAM et son GPU Adreno 320, le Galaxy S4 est, sans grande surprise, irréprochable sur les performances et squatte largement le podium de nos benchmarks. Le podium, certes, mais pas forcément la première place, puisqu’il se fait souvent légèrement distancer par son concurrent direct, le One de HTC, comme en témoignent les graphiques suivants :

Test Samsung Galaxy S4 3D Mark (720p)



Test Samsung Galaxy S4 AnTuTu



Test Samsung Galaxy S4 Sunspider (le moins est le meilleur)

En pratique, en revanche, il n’y a strictement rien à redire : la fluidité est permanente, l’OS est stable, le multitâche fonctionne bien. Bref, le confort d’utilisation est impeccable, quelle que soit l’utilisation. Sur ce point, le S4 devient donc le smartphone le plus puissant du moment, aux côtés du HTC One.

Une bonne évolution de TouchWiz

La puissance du dernier porte-étendard de Samsung ne servirait pas à grand-chose sans toute une batterie d’applications pour la mettre en valeur. Si la surcouche TouchWiz évolue peu au niveau de son interface générale (les possesseurs de SIII ou de Note 2 ne seront pas dépaysés), Samsung a décidé de miser davantage sur la quantité des fonctionnalités, qui vont du très gadgets au très utiles. Très orientées « détection de mouvements », les technologies de défilement intelligent, veille intelligente, air gesture ou encore air view ont le mérite de donner un côté « futuriste » au smartphone même si, au final, il n’y a que l’option air view qui semble vraiment utile au quotidien. Avec cette dernière, vous pouvez en effet afficher l’aperçu d’une photo ou encore d’un SMS, simplement en approchant le pouce de l'écran, ce qui permet de visualiser un contenu sans avoir à rentrer dans une autre fenêtre. Défilement intelligent ou veille intelligente nous semblent en revanche un peu plus anecdotique et, passé l’effet de surprise, restent deux possibilités que l’on a rapidement abandonnées dans notre utilisation. 

Aperçu Galaxy S4 (16) Aperçu Galaxy S4 (17)
Air Gesture et Dual Camera : deux fonctions inédites bien pensées, mais finalement assez gadgets.

D’une manière générale, Samsung vend d’ailleurs le Galaxy S4 comme le compagnon ultime pour la vie de tous les jours, une orientation qui s’avère plutôt convaincante : rien de révolutionnaire ici - nous avons avant tout affaire à une évolution de la surcouche TouchWiz –, mais toute une quantité de petites améliorations qui le rendent très agréable à utiliser. Mention spéciale pour Story Album, qui crée automatiquement un album de vos photos quotidiennes (utile lorsque l’on est en vacances, par exemple) et S Health qui, entre autres, fait office de podomètre et de coach de remise en forme.

Capture d'écran Galaxy S4 (10) Capture d'écran Galaxy S4 (7) Capture d'écran Galaxy S4 (9) Capture d'écran Galaxy S4 (8) Capture d'écran Galaxy S4 (6) 

Vous l’aurez sans doute compris à la lecture de ce test : il est difficile de trouver des défauts au Galaxy S4. À vrai dire, il n’en a pas vraiment : l’écran est d’une qualité exemplaire, l’autonomie est très bonne, l’APN de grande qualité et les performances sont au top. Tout ce qu’on pourrait lui reprocher, finalement, c’est de n’être qu’une grosse évolution du Galaxy SIII et de ne prendre que très peu de risque en matière de design. Avec le Galaxy S4, Samsung mise avant tout sur des valeurs sûres, mais chacune des améliorations apportées ont du sens. Le constructeur coréen nous propose donc tout simplement le meilleur smarpthone du marché… avec le HTC One. En effet, ce dernier propose des qualités quasi équivalentes (il se fait surtout dépasser sur l’APN et l’autonomie) et un design que beaucoup trouveront plus racé. Lequel des deux préfère-t-on ? Très honnêtement, il est difficile de les départager, d’où la même (excellente) note.

LE VERDICT

Avec le Galaxy S4, Samsung propose une évolution logique et bien pensée du SIII, qui s’avère irréprochable sur presque tous les points : la puissance est au rendez-vous, le confort visuel également et l’autonomie ainsi que l’APN surprennent par leur qualité. Son manque de prise de risque en matière de design est sans doute le seul défaut que l’on pourrait lui reprocher même si, là encore, nous avons affaire à un produit bien fini et très agréable à l’œil. Bref, le voilà bien parti pour gagner le titre de meilleur smartphone de l’année, malgré une concurrence plus que rude.

Les plus
  • Splendide écran
  • APN de grande qualité
  • Puissant et agréable à utiliser
  • Quelques nouvelles fonctionnalités intéressantes
Les moins
  • Avant tout une grosse évolution du SIII

Les commentaires sur ce document sont clos.

POUR NOUS SUIVRE...
newsletter

ACTUALITÉS
Macworld
PCWorld